Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Point de vue] Voyage présidentiel en Inde : Les grandes annonces qui n'aboutiront jamais ?

ABONNÉS

Par Pierre Marie Relecom, Fondateur de Relecom& Partners

Cela fait la une des medias aujourd’hui : François Hollande est en Inde pour une visite d’Etat de 48h. Accompagné de 5 ministres et d’une délégation de 60 chefs d’entreprise, le président devrait notamment aborder le marché des rafales et du nucléaire civil.

Si, sur le plan diplomatique, une telle visite est toujours la bienvenue pour entretenir les relations avec une démocratie au fort potentiel de croissance ; comment se fait-il que notre diplomatie ne soit pas mieux renseignée sur les us et coutumes indiennes et sur l’agenda politique à venir.

En effet, l’Inde va entrer en année électorale sous très peu et de fait les grandes décisions seront reportées. Seuls les investissements privés avanceront.

Il faut se méfier des grandes annonces politiques qui ne débouchent sur rien. Car s’il y a une déclaration d’intention à haut niveau politique, sur le plan opérationnel, il faut que les étages inférieurs soient d’accord entre eux et fassent passer du statut de volonté au statut d’exécution.

Alors quid du Rafales, des EPR ou autres projets à grandes vitesses... ? L’EPR est-il vraiment un produit « attendu » par les indiens, en ont-ils vraiment besoin ?  Pendant que l’on parle, les russes vendent des réacteurs plus petits, moins chers ; mais vendent depuis 4 ans…

Idem pour le TGV…

Qui décide réellement pour cet investissement ? Entre l’Etat fédéral, les Etats, les têtes de l’Indian Railways ? Qui arrivera à mettre tout le monde d’accord ? Et une fois décidé, comment régler les histoires de cadastres des terrains et des titres de propriétés… Un sujet délicat en Inde. Chaque dossier simple de construction dans une ville remonte systématiquement vers les tribunaux. Alors imaginez le TGV… Plusieurs Etats concernés (de partis politiques différents, voire opposés !), des problèmes de financements, pas de réelles volontés politiques. Allez, c’est un projet à 2O ans !

A contrario des métros et transports de proximité, où un Keolis ou Ratp ont toutes leurs chances de succès à court terme.

Pareil pour la construction… Les indiens ne nous ont pas attendu pour savoir construire des grands ouvrages, des routes, des immeubles, … Tous les groupes étrangers, et notamment français qui y sont venus, ont tous commis la même erreur : vouloir s’adosser à un gros acteur local qui lui n’avait besoin que des « credentials » de l’étranger pour se qualifier sur des appels d’offres indiens.  Mieux vaut travailler avec un groupe de taille intermédiaire qui a de forts réseaux locaux et lui apporter tout le savoir-faire technique sur les Grands Projets… Complémentarités plutôt que concurrence interne !

Il faut savoir que La population indienne est influencée par plusieurs points :

  • Les Etats ;

  • Les religions ;

  • Les éducations ;

  • Les Castes, qui ces dernières, même si elles semblent barbares et dépassés dans nos sociétés, sont le ciment de la société indienne et gage de sa stabilité. Retirer les castes, et le pays est à feu et à sang !

L’alliance avec un acteur local permettra donc d’éviter des incompréhensions voire des désillusions. Et encore, on doit raisonner Etat par Etat, et non « pan-India ».

Encore une fois, c’est un voyage diplomatique, qui s’attend à de grandes annonces (côté français), mais on a tous de mauvais souvenirs sur des grandes annonces qui n’ont jamais abouti … A quand de nouvelles méthodes d’approches des marchés à l’international ?

Et comment se fait-il que les visites d’Etat se fassent toujours et uniquement avec les grandes entreprises, qui pour la plupart sont présentes et viennent en dehors des démarches diplomatiques. Quid des ETI et PME dans ces voyages, alors que ce sont elles qui en ont besoin… rien ou presque !

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...