Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Sclérose sur les indices boursiers, de bonnes affaires sur les small & midcaps, des traders usés par le Brexit…

Un commentaire de Nicolas Chéron, Responsable de la Recherche Marchés chez Binck.fr, spécialiste de la bourse en ligne.

Des indices atones
Le CAC40 est comme figé, sa volatilité est au plus bas depuis août 2018, les 6 dernières séances ont été contenues dans un mouchoir de poche entre 5 435 et 5 490 points. Les opérateurs semblent en manque d’inspiration, les big caps stabilisent en l’attente des résultats du premier trimestre qui devraient engendrer des décalages de cours. Parallèlement, les marchés ont rarement été aussi ballotés au gré des rendez-vous politiques. Conférence de presse de Mario Draghi, réunions des 27 au sujet d’un nouveau report du Brexit, minutes de la FED, réunions du printemps du FMI et de la Banque mondiale, ces évènements s’enchainent cette semaine engendrant en quelque sorte une situation de sclérose.

Chasse aux bonnes affaires
Cela faisait des mois que les Small et Midcaps n’avaient pas été aussi recherchées. Certaines grâce à des actualités positives, d’autres suite des partenariats ou contrats, mais on constate également une chasse aux bonnes affaires sur des valeurs oubliées, délaissées, survendues, parfois dans des volumes significatifs, signe d’un regain d’intérêt des investisseurs.

Marché des changes
L’euro a une nouvelle fois montré sa résilience ce mercredi suite aux propos de Mario Draghi. Malgré un trou d’air sur les 1 123 dollars la monnaie unique a terminé la séance au plus haut vers 1 127 et ne donne aucun signe de faiblesse. Notons que les positions spéculatives vendeuses sur l’euro sont au plus haut depuis 2016, un short-squeeze, c’est-à-dire un décalage violent prenant à contre-pied le consensus baissier, n’aurait donc rien d’étonnant.
La Livre tient parfaitement les 1,30 dollars depuis un mois et ce malgré 4 attaques de ce seuil. Quoi qu’on pense de l’issue du Brexit force est de constater que les cambistes ne penchent pas pour le scénario du pire pour l'instant (hard Brexit). Nous pourrions même dire que les traders sont usés par ce dossier, les Européens ont décidé de reporter la date du Brexit cette nuit, Theresa May est repartie pour une série de négociations, l'histoire sans fin continue et retient de moins en moins l'attention.

Lire la suite...


Articles en relation