Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

[Tribune] Blockchain : le secteur financier accélère les investissements

Par Clément Francomme, CEO d’Utocat, éditeur de logiciel blockchain, spécialisé dans la numérisation des processus financiers.

Alors même que les cours des crypto monnaies s’effondrent, la technologie Blockchain continue d’attirer les regards, en particulier ceux de l’industrie financière. Dans les prochaines années, les stratégies d’investissements dans cette technologie ne vont cesser de prendre de l’ampleur, notamment sous la forme de prises de participation dans les jeunes pousses prometteuses du secteur.

Dérives des cryptomonnaies, faiblesse de l’expérience utilisateur, manque d’application concrètes : dans un climat ambiant de « Blockchain bashing » où cette technologie pourtant prometteuse se trouve parfois décriée, les établissements traditionnels comme les nouveaux acteurs continuent de porter des projets toujours plus innovants. Les chiffres le prouvent : d’après les prévisions du cabinet IDC, les investissements dans les solutions Blockchain devraient enregistrer une croissance renversante de plus de 70% par an d’ici 2022, et passer ainsi de 1,5 Mds$ à près de 12 Mds$ en seulement 5 ans.


La finance, moteur de l’envolée Blockchain

L’industrie financière est tout particulièrement concernée par cette envolée. Premier marché de la Blockchain aujourd’hui, le secteur assistera sans nul doute à l’explosion du nombre de projets et de solutions Blockchain durant la prochaine décennie. Une étude récente de IHS Markit estime que les revenus générés par cette technologie appliquée à la finance dépassera 100 Mds$ en 2024 et atteindra 462 Mds$  en 2030. La raison ? Les gains attendus de la suppression de certains intermédiaires sur des marchés aux montants colossaux, comme celui des dérivés de gré à gré (plus de 500 000 Mds$ par an) ou des marchés boursiers mondiaux (plus de 70 000 Mds$ de capitalisation boursière). Il n’est donc pas étonnant que le secteur financier représente actuellement plus d’un tiers des dépenses dans cette technologie de registre distribué, soit 552 M$ sur les 6 premiers mois de 2018.


Une multiplication des prises de participation

Cet investissement se traduit très nettement par la montée des prises de participation et des acquisitions dans les startups Blockchain. D’après une enquête de la banque d’investissement JMP Securities, ce type d’opérations a très largement augmenté en 2018, témoignant d’une progression de 209%. Et ce, même si les montants des transactions restent encore faibles.

Dans cette course à l’investissement, les grands groupes bancaires sont loin d’être les derniers. Au-delà de leur implication dans des consortiums comme R3 ou Digital Asset, à l’instar de Société Générale, BNP Paribas, Goldman Sachs ou encore JP Morgan, ces acteurs déploient clairement une stratégie d’investissement dans les jeunes pousses de la Blockchain. L’un des derniers exemples en date est celui d’ING et BNP Paribas qui ont tous deux fait le choix d’investir en juin dernier dans TradeIX, une Fintech britannique qui a développé avec R3 une plateforme ouverte dédiée au financement du commerce international. Début 2018, c’était un autre Britannique, Setl, qui a su convaincre Crédit Agricole et Citigroup avec le développement d’une infrastructure de paiements et règlements permettant d'échanger des actifs ou des liquidités. Citigroup fait d’ailleurs partie des pionniers de cette tendance, et avait déjà investi dans Chain à l’été 2015. Pour ce géant bancaire, la technologique Blockchain répond clairement à son besoin d’apporter des améliorations et des réponses aux nouvelles problématiques de ses clients. Nul doute donc que dans la prochaine décennie, davantage d’acteurs, américains mais aussi européens et asiatiques, lui emboîteront le pas.

Lire la suite...


Articles en relation