Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

+ 4,5 % en un mois pour notre sélection diversifiée

Entre le 7 février et le 6 mars, notre sélection de supports d’investissement diversifiée s’est octroyée 4,5 %. Un beau score en ligne avec la poursuite du rebond des indices boursiers depuis la fin de l’année dernière.

Un potentiel de 64,3 % pour une de nos valeurs

Au cours des quatre semaines écoulées, huit lignes sur dix se sont mises en évidence, à commencer par Spie (+ 13,8 %) et SII (+ 11,2 %). Saint-Gobain fait encore du surplace, en dépit de la politique de repositionnement ambitieuse que la firme de matériaux de construction continue à mettre en œuvre. Les trackers Italie (+ 6,9 %) et Chine (+ 6,3 %) ont bien tenu leur rang. Une seule valeur a déçu : Colas (– 1,8 % en un mois). Le titre n’intéresse pas les grands gestionnaires, car le flottant de la filiale de Bouygues se limite à 3,4 %. En outre, la société de construction de routes se contente du service minimum en matière de communication. Cela étant, son carnet de commandes est étoffé. Par ailleurs, même s’il passe de 8,20 € à 5,55 €, le dividende unitaire assure encore un rendement de 4 %.

Le groupe SII a annoncé le chiffre d’affaires sur neuf mois de son exercice 2018/2019 (clos au 31 mars). Il augmente de 13,2 % : + 9,1 % en France et + 18,6 % à l’international, notamment en Pologne, au Canada, au Chili et en Colombie. Une performance alimentée par tous les marchés du spécialiste des métiers de l’ingénieur : aéronautique-défense, banques-assurances-mutuelles, énergie, transport, automobile, commerce et distribution. « Dans la continuité du premier semestre, le groupe SII, souligne Eric Matteucci, le président du directoire, réalise un nouveau trimestre dynamique et affiche un chiffre d’affaires sur neuf mois de 458,8 millions d’euros. Notre palette d’offres combinée à l’engagement de nos équipes au service de nos clients permet au groupe de connaître une croissance supérieure à celle de son marché de référence. Nous sommes confiants dans l’atteinte des objectifs annuels : entre 625 millions et 640 millions d’euros de chiffre d’affaires, avec une hausse de la marge opérationnelle. »

Tikehau Investment Management, filiale de gestion d’actifs de Tikehau Capital, a finalisé sa quatrième génération de fonds de dette privée Tikehau Direct Lending, avec un montant record de 2,1 milliards d’euros, plus de trois fois supérieur à la génération précédente. Cette levée de fonds confirme l’attrait de la classe d’actifs dette privée pour les investisseurs, qui apprécie le profil de Tikehau IM sur le segment du direct lending en Europe (solutions de financement sur-mesure pour les PME). L’opération se traduit aussi par une amplification de l’ouverture internationale de la base d’investisseurs, avec plus de 70 % d’encours émanant de souscripteurs localisés hors de France et plus de 30 % hors d’Europe. Bien qu’il ait abaissé son objectif de cours de 2 €, le bureau d’analyse Berenberg reste à l’achat et vise 35 € (soit un potentiel de 64,3 %).

250 millions d’euros d’économies

Le communiqué de fin février annonce que Tikehau Capital a dépassé ses objectifs, grâce à l’intégration de Sofidy et d’ACE Management, avec des actifs sous gestion de 22 milliards d’euros au 31 décembre 2018, ce qui marque un doublement en deux ans. La croissance organique de l’activité gestion d’actifs s’est accrue l’an dernier de 31 %. Hors acquisitions, les actifs sous gestion se sont élevés à 16,6 milliards d’euros (+ 20 % en un an, après une collecte de 3,7 milliards d’euros). « L’internationalisation de la base de clients-investisseurs se poursuit, indiquent les dirigeants. Le rééquilibrage du business mix d’activité s’accélère, avec un élargissement de l’offre de produits et des expertises. »

Autre opération annoncée : l’acquisition, en collaboration avec Areli Real Estate, du centre commercial Nicholsons (68 magasins), situé à Maidenhead, au Royaume-Uni, à travers le fonds d’investissement immobilier paneuropéen à stratégie value added lancé l’an dernier par Tikehau Capital et qui a déjà investi, en partenariat avec Bouygues Immobilier, dans le projet de redéveloppement de Charenton-Bercy

Saint-Gobain a également diffusé un communiqué le mois dernier, pour faire part de ses résultats 2018. La croissance interne a été soutenue (+ 4,4 %), avec une bonne dynamique des prix de vente (+ 3 %), deux indicateurs bien orientés au second semestre. Au cours de la seconde partie de l’année, le résultat d’exploitation a progressé de 7,2 % (+ 4,5 % sur douze mois). Le résultat net courant s’est élevé à 1,7 milliard d’euros (+ 6 %). Compte tenu de 2 milliards d’euros de dépréciation d’actifs (distribution au Royaume-Uni, canalisation, Lapeyre, distribution en Allemagne…), le résultat net s’est établi à 420 millions d’euros, en baisse de 73,2 %. Le dividende, qui sera détaché le 10 juin, sera de 1,33 € par action (+ 0,03 €). L’exercice 2019 se présente plutôt bien, avec une amélioration attendue du résultat d’exploitation et la fin d’un programme de cessions qui portait sur 3 milliards d’euros.

« Notre nouvelle organisation se met en place, fait observer Benoit Bazin, directeur général délégué de la firme. Elle nous conduit à valoriser pays par pays notre positionnement et à concentrer les forces du groupe en optimisant l’allocation de ses ressources sur ses cœurs de métiers industriels et de distribution avec des positions concurrentielles solides, des synergies fortes et des perspectives de croissance rentable. » Par ailleurs, Saint-Gobain devrait réaliser 250 millions d’euros d’économies additionnelles d’ici à 2021.

M. L.

 

Lire la suite...


Articles en relation