Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

"Le marché dispose encore d’une marge de progression"

Malgré les craintes d’une bulle, la plupart des investisseurs européens très fortunés estiment que le marché dispose encore d’une marge de progression selon le Baromètre d’investissement d’automne, commenté ici par Annabelle Azoulay, Directrice de J.P. Morgan Banque Privée en France.

67% de nos clients français et 59% de nos clients européens restent optimistes quant aux valorisations boursières, et sont d’avis que les conditions actuelles indiquent que le marché dispose encore d’une marge de progression - c’est ce qui ressort du Baromètre d’investissement d’automne auquel ont pris part les clients J.P. Morgan Banque Privée.

Toutefois, nombre d’entre eux restent prudents : 33% des Français et 41% des Européens estiment que les valorisations actuelles signalent qu’une bulle s’est déjà formée sur le marché boursier et qu’une correction approche à grands pas.
Les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine ont continué de s’intensifier en 2018 et 40% de clients estiment qu’une guerre commerciale à l’échelle internationale constitue le plus grand risque pour les marchés émergents.
Parmi les autres obstacles qui sont source d’inquiétudes, les clients citent la vigueur du dollar (25%), le ralentissement de l’économie chinoise (18%) et le durcissement de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (17%).

Interrogés sur le plus grand risque pesant sur les marchés émergents, les clients français se sont ralliés à l’opinion de leurs homologues européens, 47% d'entre eux mentionnant l’éventualité d’une guerre commerciale avec la Chine, devant la vigueur du dollar (28%), le ralentissement de l’économie chinoise (16%) et le durcissement de la politique monétaire de la Fed (9%).
Bien que nombre de clients soient devenus moins confiants quant aux perspectives pour les marchés actions mondiaux depuis notre enquête réalisée au printemps, beaucoup identifient toujours des opportunités d’investissement de fin de cycle.

46% des clients français restent ainsi convaincus que les actions afficheront les meilleures performances sur les 12 prochains mois, suivies des placements alternatifs (27%) et des matières premières (11%).

Sur le front sectoriel, pour 44% de nos clients, le secteur de la santé apparait être le plus porteur d’opportunités. Nombre d’entre eux anticipent que ce secteur traditionnellement défensif surperformera à mesure que le cycle économique arrive à maturité ainsi qu’en raison de la persistance de tendances démographiques comme la croissance démographique et le vieillissement de la population. Les clients européens ont une meilleure opinion des actions que leurs pairs français, 58% privilégiant cette classe d’actifs.

« Des tarifs douaniers aux politiques populistes en passant par l’augmentation des taux d’intérêt, les incertitudes n’ont pas manqué en 2018 », selon Annabelle Azoulay, « L’escalade des tensions commerciales demeure à nos yeux le principal risque et suscite de vives inquiétudes parmi nos clients. Un basculement vers une véritable guerre commerciale pourrait en effet avoir un impact négatif sur les actions dans le monde entier. »

Et d’ajouter « Nous pensons que nous sommes plus proches de la fin du cycle que du début. Cela étant, stade tardif du cycle n’est pas synonyme de fin de cycle. Etant donné que les conditions de marché pourraient devenir plus volatiles, nous recommandons aux investisseurs à long terme de faire preuve de patience et de veiller à la diversification de leurs portefeuilles. »

 

 

Lire la suite...


Articles en relation