Connexion
/ Inscription
Mon espace

AXA IM étudie l'intégration de facteurs ESG dans l'investissement en dette souveraine.

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Dans un rapport intitulé « Investir dans la dette souveraine : Modèle d'analyse ESG et applications », les auteurs décrivent les deux manières dont les investisseurs peuvent analyser leurs portefeuilles d'obligations d'État selon des critères ESG.

La première répond au désir des investisseurs de limiter leur risque de réputation en filtrant l'univers d'investissement, avant la phase de construction du portefeuille, avec des critères ESG. Un filtrage intégrant différents critères a permis d'identifier 10 émetteurs souverains exposés à un risque de réputation significatif (sur 57 au total) – ces 10 émetteurs représentaient 9,7% de la capitalisation boursière de l'univers. L'application de ce filtre n'a pas entraîné de modification significative des caractéristiques de l'univers d'investissement en termes de qualité, de rendement et de duration. Elle a permis d'améliorer la qualité de signature du portefeuille à travers une réduction de la pondération des obligations très spéculatives.

Dans un second temps, l'étude évalue comment l'intégration ESG pourrait avoir un impact sur les caractéristiques clés d'un portefeuille d'obligations d'État. Les résultats montrent qu'une approche ESG respectant des paramètres de risque bien précis impacte l'allocation géographique, mais peut en même temps améliorer la performance ESG du portefeuille tout en ayant une incidence limitée sur ses autres caractéristiques clés, telles la qualité et la duration.

En ce qui concerne les marchés émergents, les auteurs recommandent de surpondérer la Hongrie, la Pologne et le Chili, et de sous-pondérer les Philippines, la Colombie et l'Indonésie.

S'agissant des marchés développés, l'Espagne figure en tête de liste en raison de sa performance plus élevée que la moyenne dans le domaine ESG, en dépit de la médiocrité de sa note attribuée par les agences de notation et de ses perspectives économiques. Le Japon quant à lui fait l'objet de la plus forte sous-pondération en raison de ses problèmes de gouvernance, tandis que des pays dont la dette à long terme est bien notée, à l'image du Royaume-Uni et des États-Unis, doivent faire l'objet d'une légère sous-pondération, du fait de la médiocrité de leur performance dans le domaine environnemental.

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...