Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le Brexit a entraîné un développement rapide des stratégies transfrontalières

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Plus de la moitié des gérants d’actifs envisagent de recruter dans de nouvelles implantations

L’étude State Street 2018 Fund Strategy Survey, menée auprès de 250 sociétés de gestion dans le monde, analyse la manière dont elles développent des stratégies transfrontalières, notamment les facteurs influençant leur choix en matière de véhicule, de passeport et de domiciliation.

Selon cette étude, 54% des sociétés de gestion sont en train de revoir leur stratégie de distribution et espèrent renforcer leurs effectifs dans de nouvelles implantations au cours des 5 prochaines années, dans le sillage du Brexit.
« Les gérants d’actifs doivent absolument rester agiles pour tirer leur épingle du jeu dans cet environnement de marché », explique Liz Nolan, Directrice générale de State Street EMEA. « L’impact du Brexit est complexe, en raison notamment des incertitudes entourant les négociations. Notre étude montre que les sociétés de gestion ont pris les devants pour relever efficacement ce défi et qu’elles cherchent à conserver leur capacité à accompagner leurs clients, à rester compétitives et à continuer à accéder aux marchés après le Brexit. »

Avec la poursuite des négociations sur le Brexit, 46% des sondés anticipent une fragmentation accrue de la réglementation des fonds d'investissement en Europe au cours des 5 prochaines années. Ce résultat reflète clairement la crainte d’une divergence entre l’Europe et le Royaume-Uni dans leur manière d’aborder les marchés de capitaux et la réglementation des investissements.

Cette inquiétude est corroborée par l’augmentation du nombre de gérants envisageant de domicilier leurs fonds au Royaume-Uni : 51% d’entre eux se disent prêts à faire ce choix pour distribuer leurs produits, soit une hausse de 9% par rapport à aujourd’hui.

« Malgré l’évolution de la situation géopolitique, les données montrent que les gérants d’actifs ont compris que, quelles que soient les barrières au commerce et à la coopération internationale susceptibles d’être imposées, conserver leur accès aux marchés et aux investisseurs internationaux est une priorité de leur modèle économique, tout comme la relation qu’ils entretiennent avec les institutions et les individus qui leur confient leur épargne et leurs investissements », explique David Suetens, responsable de State Street au Luxembourg.

Accéder aux résultats complets de l’étude ici

www.statestreet.com/

 

Lire la suite...


Articles en relation