Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les fonds de Private Equity anticipent une croissance annuelle de 5 à 10% sur le marché de la mode et du luxe

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Les politiques mondiales, les réformes fiscales et les nouvelles politiques commerciales sont autant de facteurs qui influencent les business models de l'industrie de la mode et du luxe. Dans ce contexte, les investisseurs mondiaux redéfinissent leurs attentes et futures stratégies sur ce marché.

Tel est le principalement enseignement de la 3ème édition de l'étude Deloitte Global Fashion & Luxury Private : Equity and Investors, qui analyse les tendances et attentes en matière de Fusions & Acquisitions sur le secteur de la mode et du luxe.

« Notre étude démontre que, malgré une conjoncture complexe, l’industrie de la mode et du luxe continue d’être un terrain fertile pour les investisseurs. 2 secteurs, en particulier, ont enregistré en 2017 une croissance importante des volumes de deals en fusions & acquisitions : les vêtements & accessoires et les parfums & cosmétiques ont surperformé en termes de profitabilité et ont ainsi contribué à rendre le secteur plus attractif pour les investisseurs. » commente Bénédicte Sabadie, Associée en charge du secteur Luxe chez Deloitte.


Les fusions-acquisitions sur le marché de la mode et du luxe continuent d'augmenter 

En 2017, le marché du luxe a enregistré 217 fusions & acquisitions, soit une augmentation de 6 deals par rapport à l’année précédente. 134 transactions ont été réalisées sur le segment des biens personnels de luxe (+5 deals vs 2016), dont 77 deals dans les Vêtements & Accessoires (+8 deals), et 28 deals dans les Parfums & Cosmétiques (+6 deals). Le secteur Montres & Joaillerie fut le seul parmi les biens personnels de luxe à connaître une diminution du nombre de ses transactions (29 deals vs 38 en 2016). Avec 46 deals, le secteur de l’Hôtellerie de luxe a été quant à lui un des moteurs de la croissance de l’activité Fusions & Acquisitions en 2017 dans le monde.

A noter que la valeur moyenne d'un deal s'est fortement dépréciée, passant de 449M$ à 230M$ en 2017, soit -49%.

D'un point de vue géographique, l'Europe est la seule région qui a connu une augmentation du nombre de ses deals (109 deals vs 95 en 2016), en grande partie grâce au secteur Vêtements & Accessoires (+9 deals). L'Amérique du Nord et l'Asie-Pacifique affichent le même nombre de deals que l'année précédente, avec respectivement 59 et 36 transactions.


Des prévisions de croissance optimistes sur le marché de la mode et du luxe

Les principaux acteurs des Biens Personnels de Luxe devraient multiplier leurs ventes par 1,2 d'ici 2020 tandis que ceux des autres secteurs du luxe devraient voir leurs ventes multiplier par 1,3. Au cours des 3 prochaines années, les investisseurs prévoient que l'industrie de la Mode et du Luxe devrait connaître une croissance de 5 à 10% chaque année. Les Produits de Luxe Digitaux et les Parfums & Cosmétiques devraient fortement surperformer, avec un taux de croissance de plus de 10% par an. Avec des croissances annuelles attendues comprises entre 5 et 10%, les secteurs Vêtements & Accessoires, Montres & Joaillerie, Hôtellerie et Ameublement se consolident (avec des croissances annuelles attendues entre 5 et 10%), alors que le secteur des jets privés devrait rester stable (entre 0 et 5% de croissance annuelle). Un ralentissement des secteurs Automobile, Yatchs, et Distribution spécialisée est envisagé.

« Les investisseurs anticipent que les acteurs situés en Asie et au Moyen-Orient stimuleront la croissance de l’industrie de la mode et du luxe. Les prévisions pour l’Amérique du Nord sont positives (5-10% de croissance annuelle), mais les estimations sont en deçà de celles de 2017. L’Amérique Latine restera stable. Pour le Japon, les perspectives dépassent les attentes par rapport à l’année dernière, avec des investisseurs qui envisagent une croissance consolidée (5-10%) », affirme Lisa Lauv, Associée M&A Transaction Services chez Deloitte.


Les Vêtments et Accessoires, secteurs les plus attractifs pour les investisseurs

En 2018, 89% des fonds envisagent d’investir dans la Mode et le Luxe, avec un intérêt notable pour les Vêtements & Accessoires (où 73% essayent d’investir), les Parfums & Cosmétiques (60%), les Meubles (45%), les Montres & Joaillerie (19%), les Produits de Luxe Digitaux (16%), et la Distribution spécialisée (10%). Même si l’intérêt diminue par rapport à l’année dernière, les secteurs Montres & Joaillerie et Produits de Luxe Digitaux restent remarquablement attractifs pour les investisseurs.

« Alors que les investisseurs, principalement localisés dans la région EMEA, s’orientent davantage vers des segments innovants comme les Produits de Luxe Digitaux, les nouveaux arrivants préfèrent se focaliser sur des secteurs consolidés où la connaissance du marché est plus avancée. Par rapport à 2017, la consolidation continue dans l’industrie Mode & Luxe impacte les investissements qui se déplacent vers des sociétés de plus petite taille (+10 points de pourcentage), où les investisseurs prévoient de stimuler la performance en mettant en œuvre des stratégies d’internationalisation, et de conduite du changement », analyse Lisa Lauv. 

L’étude complète est disponible ici

www2.deloitte.com

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Claude Chasson, Bacchus Conseil

Bacchus Conseil : Une vision durable et raisonnable de l'investissement « plaisir » Loin des spéculations observées ces dernières années sur les bouteilles de vin, Monsieur Jean-Claude CHASSON s'est spécialisé avec Bacchus Conseil dans le développement durable et harmonieux du patrimoine viticole français. Retour sur une belle aventure entrepreneuriale avec le fondateur de l'entreprise. Quand avez-vous créé votre premier GFV ? C'était en 1989. Dans le cadre de l'expertise comptable et fort de...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Marc Divoux, Finance SA

Entretien avec Jean-Marc Divoux, gérant du fonds Expert Patrimoine Après avoir réuni certaines expertises de Robeco, de Commodities AM, de KBL Richelieu et AG2R AGICAM, Finance SA a accueilli Jean-Marc Divoux dans l'équipe de gestion en février dernier. Il y déploie désormais son expertise de gestion dont il nous parle avec passion. Quel a été votre parcours ? Après une formation d'ingénieur (avec une option en intelligence artificielle, ce qui, dans les années 80, n'était pas encore à la...

BE - Financement des intiatives
ABONNES
Financement de l’innovation : les tendances au 3e trimestre 2018

Un ticket moyen en progression et un léger recul du nombre de levées sur les 3 premiers trimestres 2018, tel est le résultat du Baromètre des Levées de Fonds des startups françaises. Entité du réseau Deloitte, In Extenso Innovation Croissance publie les résultats du 8e Baromètre des Levées de Fonds des Entreprises Innovantes pour les 3 premiers trimestres 2018. Décliné à l'échelle nationale comme à l'échelle régionale, cet outil permet de suivre avec précision l'évolution du nombre des...

BB - Acteurs du secteur immobilier
ABONNES
L’EPRA renforce les standards de reporting du secteur immobilier

Une étude Deloitte montre les progrès majeurs accomplis par l'EPRA pour une meilleure comparabilité des reportings financiers.  Grâce à son programme triennal qui visait à augmenter l'adoption de ses recommandations en matière de reporting financier au sein des foncières cotées, l'EPRA* a vu la conformité à ses BPR** atteindre des niveaux record et surpasser ses objectifs selon une étude réalisée par Deloitte. *European Public Real Estate Association (porte-voix du secteur immobilier européen...