Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les Etats-Unis réclament 5 milliards de dollars de dédommagement à Standard & Poor’s pour son rôle dans la crise des « subprimes »

ABONNÉS

Les autorités américaines lancent une procédure inédite contre l’agence de notation Standard & Poor’s pour sa mauvaise évaluation du risque lors de la crise financière. Eric Delannoy, spécialiste du secteur bancaire et Vice-président de weave, cabinet de conseil en stratégie opérationnelle, livre son analyse.

La plainte préparée par Washington pose la question de la légitimité, de la responsabilité et du conflit d’intérêt potentiel des agences de notation dans leur mode de fonctionnement actuel.

Légitimité : Concernant la notation de produits financiers, les méthodologies développées par les agences permettent en toute théorie d’obtenir une visibilité fiable (mais pas parfaite) des risques intrinsèques des produits. Pourtant, la question de la légitimité des agences de notation se pose à travers leur capacité à apprécier  les risques de la dette souveraine qui suppose une connaissance fine des données macroéconomiques d’un pays que seuls les instituts statistiques nationaux sont capables d’avoir.

Responsabilité : Depuis la crise, les agences invoquent la Constitution américaine sur la protection de la libre expression des opinons pour se dédouaner de leur responsabilité quant à l’usage et à l’interprétation faits de leur notation. Une telle plainte, si elle aboutit favorablement remettrait en cause ce principe de non-responsabilité.

Conflit d’intérêt : le modèle économique des agences n’incite pas à la vertu, étant payées par ceux qu’elles sont censées noter…. Par ailleurs, toutes les agences ont des fonds d’investissements ou des opérateurs de marché comme actionnaires.

Si cette plainte aboutit, cela créerait un précédent susceptible de s’étendre aux autres agences et pourrait impulser une modification profonde des modes de fonctionnement des agences. En effet, cela reviendrait à reconnaître implicitement leur rôle actif dans le déclenchement des crises alors qu’elles sont perçues aujourd’hui comme une forme d’instrument de mesure des risques financiers, au service des marchés.


Eric Delannoy (weave) : « Les agences de notations sont  plus que de simples instruments de mesure, si cette plainte aboutit cela reviendrait à reconnaître leur rôle actif dans le déclenchement des crises. »

Les autorités américaines lancent une procédure inédite contre l’agence de notation Standard & Poor’s pour sa mauvaise évaluation du risque lors de la crise financière. Eric Delannoy, spécialiste du secteur bancaire et Vice-président de weave, cabinet de conseil en stratégie opérationnelle, livre son analyse.

La plainte préparée par Washington pose la question de la légitimité, de la responsabilité et du conflit d’intérêt potentiel des agences de notation dans leur mode de fonctionnement actuel.

Légitimité : Concernant la notation de produits financiers, les méthodologies développées par les agences permettent en toute théorie d’obtenir une visibilité fiable (mais pas parfaite) des risques intrinsèques des produits. Pourtant, la question de la légitimité des agences de notation se pose à travers leur capacité à apprécier  les risques de la dette souveraine qui suppose une connaissance fine des données macroéconomiques d’un pays que seuls les instituts statistiques nationaux sont capables d’avoir.

Responsabilité : Depuis la crise, les agences invoquent la Constitution américaine sur la protection de la libre expression des opinons pour se dédouaner de leur responsabilité quant à l’usage et à l’interprétation faits de leur notation. Une telle plainte, si elle aboutit favorablement remettrait en cause ce principe de non-responsabilité.

Conflit d’intérêt : le modèle économique des agences n’incite pas à la vertu, étant payées par ceux qu’elles sont censées noter…. Par ailleurs, toutes les agences ont des fonds d’investissements ou des opérateurs de marché comme actionnaires.

Si cette plainte aboutit, cela créerait un précédent susceptible de s’étendre aux autres agences et pourrait impulser une modification profonde des modes de fonctionnement des agences. En effet, cela reviendrait à reconnaître implicitement leur rôle actif dans le déclenchement des crises alors qu’elles sont perçues aujourd’hui comme une forme d’instrument de mesure des risques financiers, au service des marchés.

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...