Connexion
/ Inscription
Mon espace

La prise en compte des facteurs ESG, nouvelle norme dans les stratégies d’investissement

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Mais, pour la société de gestion nordique Evli, l’intégration des facteurs ESG ne doit pas se faire en dépit de la performance. La société de gestion publie à cet effet un dossier dédié aux enjeux ESG, permettant de choisir, en 4 étapes, la bonne stratégie d’investissement durable


Première étape : définition et lexique

Le champ de l’ESG - qui consiste à prendre en considération les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance dans l’investissement - est saturé de terminologies et de différents types de stratégies. Faire le point sur les méthodes telles que l’exclusion ou la sélection positive (best in class par exemple) permet de comprendre comment sont réalisés les investissements et ce que l’on peut attendre d’un gérant de fonds
Evli a réalisé 1 glossaire et 2 infographies afin de remettre à plat quelques définitions :

- Pour les investisseurs institutionnels, fiche de révision ESG (tous liens sont en anglais)
- Glossaire
- Guide des secteurs ESG


Deuxième étape : définir ses objectifs

Une fois familiarisé avec l’ESG et ses méthodes, il convient de définir des buts précis. Quels sont les objectifs en matière d’investissements ESG ? S’agit-il d’une couche supplémentaire sur tous les investissements tandis que l’objectif principal restera le rendement ? Ou y-a-t-il des valeurs qui guident cette quête de performance ?
Sur ces questions, Evli propose le témoignage d’Anna Vapula, Conseil Investissement Responsable auprès du fonds de pension finlandais VER, et un second commentaire rédigé par Tomas Hildebrandt, gérant Senior en charge des clients institutionnels chez Evli :

- Le fonds de pension finlandais vise des performances durables
- Se jeter à l’eau, la clé d’un investissement ESG réussi  est de savoir ce que l’on veut

 


Troisième étape : se poser les bonnes questions

Après avoir défini ses objectifs, il est temps de poser les bonnes questions aux gérants de portefeuille. L’investisseur ne doit pas hésiter à entrer dans les détails de la stratégie, à poser des questions sur les données, sur leur provenance, et aussi sur l’engagement ou non des gérants auprès des sociétés qu’ils ont en portefeuille.
La transparence est la clé d’un investissement ESG réussi. Il faut donc s’assurer de recevoir des rapports réguliers et rigoureux sur les critères ESG des investissements, ainsi que sur l’activité ESG des gérants au sens large.
Sur l’enjeu de transparence, lire le commentaire d’Outi Helenius, Directrice du Développement Durable chez Evli :

- Demander des données, appeler à la transparence


Quatrième étape : agir !

Enfin, il est temps d’agir. Même si l’investissement ESG est toujours en train de se structurer et si les méthodes de mesure des différents efforts ESG au sein de l’industrie restent perfectibles, Evli pense qu’il est préférable d’anticiper aujourd’hui plutôt que d’attendre que tout soit parfait. L’ESG s’affirme en effet comme la nouvelle norme. Plus l’ESG sera pris en compte dans les investissements, plus les stratégies seront claires et précises en la matière.

Pour en savoir plus, consultez le dernier rapport annuel dédié à l’investissement responsable : Rapport annuel investissement responsable - 2017

www.evli.com

 

 

Lire la suite...


Articles en relation