Connexion
/ Inscription
Mon espace

M&A : des signaux d’alerte dans un climat toujours dynamique

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Franck Silvent, Managing Partner chez Degroof Petercam France

Les opérations financières continuent d’évoluer dans un contexte favorable mais le « ressac » actuel sur le climat économique général doit inciter les entreprises et les investisseurs à anticiper une période potentiellement plus instable. Les conditions de financement pourraient évoluer au cours des prochains mois.

Au 1er trimestre 2018, les fusions-acquisitions ont enregistré un nouveau record, atteignant près de 1 200 Mds$ en volume, soit 975 Mds€. Par zone géographique, le volume des opérations a doublé en Europe tandis que celles-ci augmentaient de 67% aux Etats-Unis et de 11% en Asie. La réforme fiscale engagée par l’administration Trump donne des ailes aux entreprises américaines et l’Europe a connu au cours des derniers trimestres une embellie économique marquée. En France, le climat général des affaires a connu une amélioration très sensible après la séquence politique de mai 2017.

Par ailleurs, l’afflux de liquidités continue de pousser les prix des transactions à la hausse.Les fonds d’investissement recherchent activement des cibles et de nombreux corporates ont accumulé des montant de cash ou assaini leur structure financière de manière telle que cela leur ouvre la possibilité de réaliser des acquisitions importantes. Le contexte de marché est globalement plutôt favorable aux vendeurs qu’aux acheteurs, même s’il existe de réelles disparités entre secteurs. Les multiples moyens de valorisation demeurent élevés, proches de 10 fois l’Ebitda, soit un niveau record en quatorze ans.

L’exemple récent du rachat de la société Idex démontre clairement également une course vers les actifs de qualité ou à profil de cash flows en partie sécurisés. Ce spécialiste des services énergétiques (3ème opérateur de chauffage urbain) va être acheté par Antin Infrastructures Partners sur la base de multiples élevés, valorisant l’entreprise entre 1,2 et 1,4 Md€. Idex suscitait la convoitise de nombreux acquéreurs, signe que les candidats à l’achat se tiennent en embuscade pourvu qu’une cible de qualité soit mise en vente !


Des vendeurs parfois trop ambitieux, des acheteurs plus sélectifs

Dans ce contexte résolument porteur, un certain nombre de signaux doit néanmoins nous alerter et pourrait peser sur la tendance générale au cours des prochains mois. Aux Etats-Unis, le mouvement général de hausse des taux est enclenché. En Europe, le risque politique est en augmentation. En mai, la crise gouvernementale en Italie a entraîné un regain de volatilité et une évolution spectaculaire du spread de la dette italienne. En outre, la conjoncture montre des signes d’essoufflement des deux côtés de l’Atlantique d’après les derniers chiffres de l’OCDE (+0,4% au T1 2018 dans la zone euro, +0,6% aux Etats-Unis). En France, la consommation a été révisée à la baisse au 1er trimestre 2018 alors que la reprise de l’investissement tend à s’émousser.

Ce « newsflow » négatif, et qui intervient après des mois de hausse des marchés et un cycle de croissance battant des records de longévité aux Etats-Unis, ne remet pas à ce stade en cause la dynamique actuelle mais ce « ressac » est un signal d’alerte à prendre en considération. Déjà, certaines opérations, initiées par des vendeurs, sont suspendues ou finissent par échouer quand les prétentions financières de ces derniers sont trop élevées. C’est le cas aussi bien en matière de M&A privé qu’en matière d’introductions en bourse. Si les conditions de marché restent encore favorables aux vendeurs, ceux-ci ne doivent pas ignorer ce nouvel environnement et considérer leurs options stratégiques en ayant en tête les risques de modification du climat général. Par ailleurs, la hausse de la volatilité peut augmenter l’incertitude et réduire les fenêtres de tirs disponibles en cas de besoin de levée de fonds. Certaines opérations sont reportées dans l’attente de conditions de marché plus favorables.

Sur les marchés de dette, il est clair que l’intérêt évident des entreprises est de profiter des conditions encore favorables pour se doter de financements diversifiés et longs, quand bien même le besoin immédiat ne se ferait pas sentir. C’est la condition pour qu’elles puissent disposer d’une structure de financement robuste qui leur permettra de ne pas être dépendantes d’un retournement de marché ou d’une période plus instable dont elles pourraient être les victimes indépendamment de leurs performances propres.

www.degroofpetercam.fr/

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
La croissance économique mondiale décélère

Tribune de Guy Wagner, chief investment officer de BLI (Banque de Luxembourg Investments) Les signes de ralentissement de la croissance économique mondiale se sont poursuivis au mois de novembre. Bien qu'aux Etats-Unis la dynamique de croissance demeure plus robuste que dans les autres régions, l'activité reste faible dans les secteurs clés de l'automobile et de l'immobilier. En Allemagne, le PIB a reculé de 0,2% en glissement trimestriel entre juillet et septembre, « principalement en raison...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
« 2019 ne sera pas au goût de tous »

Tribune de Edward Bonham Carter, Vice-président de Jupiter AM Supprimez les béquilles qui soutiennent la croissance mondiale depuis une décennie, lancez une guerre commerciale entre les deux plus grandes économies du monde, ajoutez une pointe d'inflation salariale et le Brexit en plat d'accompagnement et vous obtiendrez une recette qui pourrait s'avérer parfaitement indigeste pour les marchés mondiaux en 2019. La fête touche à sa fin. Pendant 10 ans, les banques centrales ont alimenté les...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Marchés : vers davantage de sélectivité

Pour les économistes de Groupama AM, l'environnement macroéconomique devrait rester favorable à l'horizon des prochains trimestres. Le scénario central de Groupama AM est celui d'une normalisation de l'activité économique en 2019 avec une croissance en voie de décélération, anticipée à 2,5% aux Etats-Unis et 1,6% en zone euro. « Les observateurs s'interrogent légitimement sur la fin du cycle économique américain, après une décennie de croissance positive. Selon nous, l'enjeu n'est pas celui de...