Connexion
/ Inscription
Mon espace

Réduire le risque de son portefeuille via des entreprises socialement responsables, c'est possible !

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Par Isabelle Girerd-Potin, Professeure de Finance à Grenoble IAE.

Alors que de nombreuses études ont cherché à montrer - en vain - que les actions de firmes socialement responsables (SR) procurent des rentabilités boursières plus élevées que celles des firmes non SR, un résultat plus établi concerne la réduction du risque financier grâce au choix d'actions de firmes SR. A titre d'exemple, pensons au scandale Volkswagen qui fit perdre à l'entreprise un tiers de sa capitalisation de marché 4 jours après que le scandale ait éclaté le 18 septembre 2015. L'agence de notation sociale Vigeo a signalé dans son communiqué de presse le 23 septembre 2015 qu'avant le scandale, Volkswagen était déjà noté en-dessous de ses pairs du secteur automobile. 


Notre étude porte sur 1
169 entreprises dans 25 pays

En utilisant les notations Vigeo comme mesure du caractère SR des entreprises, nous étudions leur impact sur les risques supportés par l'investisseur financier : risque total mesuré par l'écart-type des rentabilités qui se décompose en risque systématique (lié aux fluctuations du marché dans son ensemble, par exemple une conjoncture haussière ou baissière) et risque spécifique (propre à une entreprise donnée, par exemples le départ d'un dirigeant, un conflit social, un nouveau marché...).

Les résultats montrent que le caractère SR d'une entreprise joue un rôle stabilisateur en réduisant le risque et donc les fluctuations des rentabilités, en particulier le risque spécifique. Cela s'explique par une meilleure réputation des firmes SR, une plus faible probabilité d'actions en justice à leur encontre, moins d'amendes, plus de loyauté des employés et de confiance des consommateurs, plus de transparence, etc.
Nous avons également observé des différences notables entre pays, en les distinguant selon le contexte institutionnel, approché par le système légal (common law versus civil law), le niveau de protection des actionnaires ou encore le niveau de protection des salariés. Cela permet de classer les pays selon leur inclinaison : vers les actionnaires (shareholder-oriented) ou vers l'ensemble des parties prenantes (stakeholder-oriented). 

C'est seulement dans les pays plus soucieux de l'ensemble des parties prenantes (qui sont souvent des pays de civil law) que les entreprises SR ont un risque (systématique et spécifique) significativement plus faible que les autres. Le caractère modérateur du contexte institutionnel est ainsi mis en évidence.

Notre analyse est que, dans les pays orientés vers les actionnaires, les individus ont une plus faible sensibilité au comportement SR des entreprises : les salariés ne sont pas attirés par les entreprises SR, les consommateurs n'utilisent pas le critère SR dans leurs achats. En conséquence, une firme SR ne peut pas bénéficier de plus de stabilité, de fidélité ou d'une meilleure réputation.

Inversement, dans les pays préoccupés par toutes les parties prenantes, l'attitude serait opposée : plus de loyauté des salariés dans les firmes SR, des consommateurs patients et attentifs au comportement SR des entreprises.

L'engagement SR crée dans ce cas un capital moral (Godfrey, 2005) qui agit comme une assurance face aux événements négatifs

https://www.grenoble-iae.fr/


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
L'intérêt des Français pour la finance responsable se renforce

Résultats de la 9ème enquête Ifop pour Vigeo Eiris et le FIR Quel est le niveau de connaissance et d'intérêt des Français pour l'Investissement Socialement Responsable (ISR) ? Quels sont en 2018, les tendances-clés et les nouveaux enjeux liés à cette forme d'investissement ? Cette enquête* réalisée pour Vigeo Eiris, l'agence internationale de recherche et services ESG et le FIR (Le Forum pour l'Investissement Responsable) par Ifop, confirme l'intérêt marqué des Français pour les produits...

BE - Culture & Société
ABONNES
Investissement durable: pourquoi pas maintenant?

Le Think-tank de BlackRock (BlackRock Investment Institute, ou BII) publie une étude sur les opportunités portées par l'investissement durable. Principaux enseignements de cette étude co-rédigée par Isabelle Mateos Y Lago, Directrice générale au sein du BII Investissement durable : pourquoi pas maintenant ? Cette toute nouvelle étude a été menée par le BlackRock Investment Institute en collaboration avec le BlackRock Sustainable Investing sur les enjeux des critères environnementaux, sociaux et...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
ISR et performance

La Financière de l'Echiquier présente une nouvelle étude sur ISR et performance La Financière de l'Echiquier, qui revendique un rôle de pionnier de l'application à la gestion d'actifs des critères ESG en France, vient de réaliser une grande étude sur ISR et performance. Bonne nouvelle : l'extra-financier ne détruit pas de valeur ! « Faut-il, s'interroge Didier Le Menestrel, président de La Financière de l'Echiquier, se résoudre à un sacrifice de performance lorsque l'on choisit d'investir de...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
M&G obtient le Label ISR français pour 3 de ses fonds

Décerné par Ernst & Young, organisme d'accréditation indépendant agréé par le gouvernement français, le label ISR a été attribué à : - 2 fonds actions : M&G (Lux) Global Select Fund, et M&G (Lux) Pan European Select Fund.- 1 fonds obligataire : M&G (Lux) Global High Yield ESG Bond Fund. Ce label ISR, l'un des plus respectés en Europe, est un badge unique pour les fonds et un gage de visibilité pour les investisseurs qui souhaitent prendre part à une économie plus durable.  Pour obtenir le...