Connexion
/ Inscription
Mon espace

Et si la Grèce revenait sur les marchés aux taux actuels ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Elle risquerait de compromettre la soutenabilité de sa dette !


L’analyse de Kim Lubbers, Senior Portfolio Manager Fixed Income chez Kempen Capital Management

La fin du dernier plan d'aide à la Grèce est programmée pour le mois d'aout. A partir de cet été, la Grèce devra à nouveau se financer entièrement auprès des marchés financiers et ne pourra plus compter sur l’aide du FMI. Mais le haut niveau d'endettement du pays, à 180% du PIB, met la Grèce dans une situation où elle sera très vulnérable à une remontée des taux d'intérêt, si modeste soit-elle. Toute la question est de savoir si le pays sortira « proprement » du plan d'aide ou s'il restera sous surveillance. Tout dépendra du montant de l'allégement de la dette dont bénéficiera la Grèce. Les négociations sur les modalités précises de l'allégement de la dette se poursuivent actuellement et devraient se terminer en avril ou en mai. Une sortie bien négociée  devrait être accompagnée d’un allégement substantiel de la dette.


Plusieurs évolutions positives ont été enregistrées en Grèce l'année dernière.

- D'abord, la reprise économique s'est accélérée. La croissance de l'économie s'est élevée à 1,6% en 2017. Il s’agit de la meilleure performance économique depuis 10 ans. Pour sa part, la Commission européenne table sur une croissance du PIB de 2,5% en 2018 ainsi qu’en 2019.
- Ensuite, la Grèce a réussi un premier retour sur les marchés financiers. Le ministère des Finances du pays a procédé à un premier test en février avec une émission d'obligations à 7 ans d'un montant de 3 Mds€. Les conditions dans lesquelles s'est effectuée cette opération ont su rassurer quant à la capacité de la Grèce à emprunter de nouveau directement sur les marchés.
- Enfin, le pays détient assez de réserves pour faire face à ses besoins de financement pendant plus d'1 an.

Cela dit, même si la Grèce a accumulé un excédent budgétaire primaire important, il faut qu'elle puisse bénéficier d'un allégement de sa dette d'une façon ou d'une autre (qu'il s'agisse de rallonger la maturité de la dette ou de plafonner les taux). Si la Grèce revenait sur les marchés aux taux actuels, elle risquerait de compromettre la soutenabilité de sa dette. Les 3 grandes agences de notation ont déjà relevé la note de la Grèce. Un nouveau relèvement de celle-ci pourrait se traduire par une nouvelle baisse des coûts de financement, une évolution encourageante en ce qui concerne la soutenabilité de la dette du pays.

www.kempen.com

 

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...