Connexion
/ Inscription
Mon espace

Crise du logement : l’urgence de faire tomber les masques !

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

Communiqué de la FNAIM le 1er février 2013

A chaque nouvelle édition du rapport de la Fondation Abbé Pierre, c’est toujours le même leitmotiv qui nous hante : la crise du logement. Les chiffres publiés ne peuvent pas nous laisser indifférents. En 2013, la France compte 3,6 millions de personnes mal logées et au moins autant en situation de précarité énergétique.

Un appel pour quel écho ? La question mérite d’être posée. Mécaniquement, à tort ou à raison, c’est la politique du logement qui est jugée sévèrement par l’ensemble des acteurs.

Oui, il faut construire plus. Oui, il faut améliorer les conditions d’accès au logement et la mobilité résidentielle. Oui, il faut aider les ménages les plus modestes.

« Ne restons pas candides, posons-nous les bonnes questions et osons ouvrir un vrai débat »,estime Jean-François BUET, Président de la FNAIM.

- Avec 5 millions de logements sociaux (15,3% du parc de logements) éligibles à 60% de la population, une révision des plafonds de ressources pris en compte pour leur attribution est nécessaire.

- Les 16 Mds€ d’aides personnelles ne sont sans doute pas allouées de façon optimale. Par exemple, les célibataires au SMIC en zones tendues n’en sont pas bénéficiaires. Le barème de l’APL ne peut plus être révisé sur le seul critère de l’évolution du taux du livret A.

- Il faut mettre un terme aux rentes de situation. Le paiement d’un surloyer ne permet pas à lui seul d’augmenter le taux de rotation dans le parc social (8,8%) qui est deux fois inférieur à celui du parc locatif privé.

Une réflexion s’impose. La vocation sociale du parc locatif privé ancien doit être mise en perspective, à un moment où la vacance locative augmente. Pas seulement en raison d’une rétention des bailleurs, mais surtout parce que dans les zones détendues des logements disponibles ne trouvent pas preneur. La FNAIM y croit et souhaite que la concertation engagée avec Cécile Duflot, Ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, en constitue les fondations.

Les propositions de la FNAIM reposent notamment sur la création d’un « Bail Solidaire » qui permettrait aux locataires modestes d’accéder à des logements offerts par des bailleurs qui s’engageraient à pratiquer des loyers modérés. Cet engagement social d’intérêt général du bailleur ne saurait se passer d’un allègement de sa fiscalité, ni d’un panel de garanties efficaces, adapté aux différents publics locataires. Une réflexion qui doit aussi passer par une généralisation des contrôles du respect de la réglementation, pour ne pas rester insensibles aux difficultés rencontrées par les locataires victimes d’abus.

 

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Immobilier de luxe : clignotants au vert-dollar chez les « gilets gold »

Loin des préoccupations du Grand débat national, les millionnaires et milliardaires internationaux continuent de prospérer et d'acquérir de l'immobilier. Focus sur cette population peu nombreuse mais très active. Toujours plus riches, toujours plus nombreux : ça va bien pour les High Net Worth Individuals (HNWI, plus de 3 millions de dollars de patrimoine, soit 2,6 millions d'euros) et encore mieux pour les Ultra-HNWI (plus de 30 millions de dollars de patrimoine). Le nombre de ces derniers,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Les taux bas se maintiennent

La météo des taux de Cafpi  Comme pressenti, les taux de crédit immobilier restent bas en ce début d'année : en janvier les taux effectivement pratiqués ont été de 0,84% sur 10 ans, 1,09% sur 15 ans, 1,29% sur 20 ans et 1,50% sur 25 ans. « Le maintien des taux à ce bas niveau permet à l'activité de se maintenir en janvier. On assiste d'ailleurs à une situation exceptionnelle avec des taux qui se maintiennent au niveau de l'inflation. Cette situation devrait perdurer dans les mois à venir »,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Explosion des encours de crédits immobiliers : merci les taux bas !

Selon la Banque de France, l'encours de crédits immobiliers avait atteint 1 003 Mds€ à fin novembre 2018. Un chiffre jamais atteint auparavant et qui représente l'équivalent de la moitié de la dette de l'État. Ce chiffre record s'explique bien évidemment par les taux de crédits immobiliers très bas qui poussent toujours les emprunteurs à emprunter massivement et ce, même malgré l'augmentation des prix de l'immobilier. « Aujourd'hui le crédit immobilier reste le seul outil de captation de...