Connexion
/ Inscription
Mon espace

Europe forte et pragmatisme dans les affaires indispensables pour contrer le jeu de l'« America first »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 

Par Isabelle Saladin, Présidente d'I&S Adviser

Face aux nouvelles règles économiques internationales que veulent imposer les États-Unis, nos entreprises ont à la fois besoin de décisions politiques audacieuses et collectives au sein de l'UE et de savoir être à l'écoute des opportunités que les rapports commerciaux actuels vont engendrer.

Ce qui était prévisible et que nous avions anticipé lors de la prise de fonction de Donald Trump il y a 1 an est aujourd'hui effectif : la publication le 8 mars dernier du décret fixant les modalités d'application des taxes sur l'import d'acier et d'aluminium par les États-Unis entérine le changement des règles du commerce international. Selon un grand nombre d'experts, cette décision signifie la fin du multilatéralisme à l'œuvre depuis les accords de Breton Woods de 1944 qui laisse désormais la place à un jeu entre 3 grands blocs économiques régionaux : l'Amérique, l'Asie et l'Europe.

Face à ces mouvements en cours, et si la France a vraiment l'ambition de devenir une Scale-Up Nation, le statu quo ne saurait être de mise. L'application du principe « America First » appelle des actions qui vont préserver et défendre la compétitivité des entreprises françaises tout en leur donnant les moyens de leur croissance. Il s'agit d'agir à deux niveaux : macroéconomique et microéconomique.


4 initiatives pour l'Union européenne
forte

Du point de vue macroéconomique, il faut créer un environnement économique et financier solide à l'échelle européenne. C'est un point sur lequel tous les dirigeants de l'UE doivent s'entendre pour prendre des décisions audacieuses. 4 initiatives semblent indispensables :
- La création d'une zone euro forte qui rééquilibrera les échanges commerciaux et donnera à l'Union européenne une réelle force de négociation avec ses partenaires internationaux ;
- La création d'un Nasdaq européen ou a minima franco-allemand pour que les entreprises technologiques à fort potentiel- start-up, scale-up, ETI, licornes, etc. - trouvent sur le continent les ressources nécessaires à leur développement. Il permettrait notamment aux fonds d'investissement d'accéder à des liquidités plus importantes pour des opérations dépassant les 10 millions d'euros
- L'harmonisation de la fiscalité des entreprises au sein de la zone euro pour éviter les distorsions de concurrence et permettre de négocier d'une seule voix face aux acteurs nord-américains et asiatiques.
- L'alignement des taxes douanières à l'entrée dans l'UE au moins au niveau de celles des États-Unis.


De nouvelles opportunités à détecter et à saisir

A cela s'ajoute la nécessité pour les chefs d'entreprise de changer de posture et de regard sur l'économie internationale. Car si elle génère des contraintes, la politique économique de D. Trump crée aussi de nouvelles opportunités, par exemple liées au rapatriement de productions aux États-Unis ou encore aux nouvelles relations avec la Chine, la Russie certains pays d'Amérique latine. Les gagnants de demain seront ceux qui sauront analyser les évolutions économiques et géopolitiques sous le prisme des conditions de marché et de la création d'opportunités business.
Plus que jamais il est urgent d'aider nos entrepreneurs à avoir une lecture « business » des faits internationaux. L'époque où la politique, l'économie et le monde de l'entreprise était 3 éléments séparés est révolu ... En France et à l'international aujourd'hui, ils ne font qu'un.


La partie d'échecs ne fait que commercer

La partie d'échecs entre la France et les États-Unis, mais aussi plus globalement avec la Chine et la Russie, a démarré. L'État français devra prendre des décisions macroéconomiques en accord avec ses partenaires européens qui empêcheront nos adversaires d'avancer leurs pions. De leur côté, les entreprises devront chacune prendre des décisions faire gagner leur camp. L'action respective des uns et des autres peut faire échec, mais seule la puissance de l'intelligence collective nous permettra de faire mat.

http://isadviser.com/

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...