Connexion
/ Inscription
Mon espace

Europe forte et pragmatisme dans les affaires indispensables pour contrer le jeu de l'« America first »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 

Par Isabelle Saladin, Présidente d'I&S Adviser

Face aux nouvelles règles économiques internationales que veulent imposer les États-Unis, nos entreprises ont à la fois besoin de décisions politiques audacieuses et collectives au sein de l'UE et de savoir être à l'écoute des opportunités que les rapports commerciaux actuels vont engendrer.

Ce qui était prévisible et que nous avions anticipé lors de la prise de fonction de Donald Trump il y a 1 an est aujourd'hui effectif : la publication le 8 mars dernier du décret fixant les modalités d'application des taxes sur l'import d'acier et d'aluminium par les États-Unis entérine le changement des règles du commerce international. Selon un grand nombre d'experts, cette décision signifie la fin du multilatéralisme à l'œuvre depuis les accords de Breton Woods de 1944 qui laisse désormais la place à un jeu entre 3 grands blocs économiques régionaux : l'Amérique, l'Asie et l'Europe.

Face à ces mouvements en cours, et si la France a vraiment l'ambition de devenir une Scale-Up Nation, le statu quo ne saurait être de mise. L'application du principe « America First » appelle des actions qui vont préserver et défendre la compétitivité des entreprises françaises tout en leur donnant les moyens de leur croissance. Il s'agit d'agir à deux niveaux : macroéconomique et microéconomique.


4 initiatives pour l'Union européenne
forte

Du point de vue macroéconomique, il faut créer un environnement économique et financier solide à l'échelle européenne. C'est un point sur lequel tous les dirigeants de l'UE doivent s'entendre pour prendre des décisions audacieuses. 4 initiatives semblent indispensables :
- La création d'une zone euro forte qui rééquilibrera les échanges commerciaux et donnera à l'Union européenne une réelle force de négociation avec ses partenaires internationaux ;
- La création d'un Nasdaq européen ou a minima franco-allemand pour que les entreprises technologiques à fort potentiel- start-up, scale-up, ETI, licornes, etc. - trouvent sur le continent les ressources nécessaires à leur développement. Il permettrait notamment aux fonds d'investissement d'accéder à des liquidités plus importantes pour des opérations dépassant les 10 millions d'euros
- L'harmonisation de la fiscalité des entreprises au sein de la zone euro pour éviter les distorsions de concurrence et permettre de négocier d'une seule voix face aux acteurs nord-américains et asiatiques.
- L'alignement des taxes douanières à l'entrée dans l'UE au moins au niveau de celles des États-Unis.


De nouvelles opportunités à détecter et à saisir

A cela s'ajoute la nécessité pour les chefs d'entreprise de changer de posture et de regard sur l'économie internationale. Car si elle génère des contraintes, la politique économique de D. Trump crée aussi de nouvelles opportunités, par exemple liées au rapatriement de productions aux États-Unis ou encore aux nouvelles relations avec la Chine, la Russie certains pays d'Amérique latine. Les gagnants de demain seront ceux qui sauront analyser les évolutions économiques et géopolitiques sous le prisme des conditions de marché et de la création d'opportunités business.
Plus que jamais il est urgent d'aider nos entrepreneurs à avoir une lecture « business » des faits internationaux. L'époque où la politique, l'économie et le monde de l'entreprise était 3 éléments séparés est révolu ... En France et à l'international aujourd'hui, ils ne font qu'un.


La partie d'échecs ne fait que commercer

La partie d'échecs entre la France et les États-Unis, mais aussi plus globalement avec la Chine et la Russie, a démarré. L'État français devra prendre des décisions macroéconomiques en accord avec ses partenaires européens qui empêcheront nos adversaires d'avancer leurs pions. De leur côté, les entreprises devront chacune prendre des décisions faire gagner leur camp. L'action respective des uns et des autres peut faire échec, mais seule la puissance de l'intelligence collective nous permettra de faire mat.

http://isadviser.com/

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...