Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les investisseurs reprennent confiance. Jusqu’à quand ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

L’analyse d’Ecofi Investissements

Après 16 mois de hausse ininterrompue, l’indice MSCI Monde a marqué le pas en février et après s’être fait peur, les investisseurs ont été rassurés par la solidité de l’activité mondiale. Ainsi, même si certains indicateurs avancés importants commencent à plafonner voire à baisser, leur niveau demeure compatible avec le scénario d’une poursuite de la croissance au-dessus de son potentiel. Dans ces conditions, les pressions inflationnistes risquent de devenir plus pressantes, rendant difficilement justifiables les politiques monétaires ultra accommodantes.

Il aura fallu que les salaires horaires accélèrent aux Etats-Unis pour mettre le feu aux poudres sur les marchés. Pourtant, ce mouvement n’est que la traduction de la bonne dynamique de l’économie que ces mêmes marchés ne cessent de saluer. C’est d’ailleurs cette bonne orientation des fondamentaux qui a permis aux investisseurs de retrouver une plus grande confiance. En effet, avec une économie qui a comblé l’écart de production négatif par rapport à son potentiel, il est tout à fait normal que la stimulation budgétaire décidée récemment se traduise par une poussée des pressions inflationnistes. Il faudra sans doute s’habituer à un régime d’inflation plus importante, car la pénurie de main d’œuvre se fait plus en plus ressentir.
D’ailleurs, selon l’enquête NFIB auprès des PME américaines, 24% des chefs d’entreprises déclarent vouloir augmenter les salaires au cours des prochains mois, au plus haut depuis décembre 1989.

Dans la mesure où l’activité reste dynamique - à tel point que le FMI a une nouvelle fois revu à la hausse ses perspectives de croissance et que l’inflation montre des signes d’enracinement - le maintien du biais ultra-accommodant des politiques monétaires devient difficilement justifiable. Il faut donc s’attendre à ce que la BCE commence à préparer les esprits à une fin prochaine de la stimulation monétaire. Cela devrait se traduire par une nouvelle poussée de l’euro, d’autant plus que l’Administration américaine, à travers une gestion laxiste des comptes publics, a pour objectif de déprécier le dollar. Si cela n’était pas suffisant, une escalade protectionniste plus importante de l’Administration Trump n’est pas à exclure.

En effet, 2017 s’est achevée sur un déficit commercial américain de 566 Mds$ au plus bas depuis avril 2009. Dans le même temps, la balance commerciale chinoise est ressortie à son plus bas niveau de 3 ans, à 435 Mds$, mais l’excédent envers les États-Unis a établi un nouveau record historique de 278 Mds$. D’où un relèvement des droits de douanes de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium au nom de la sécurité nationale américaine.

www.ecofi.fr

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...