Connexion
/ Inscription
Mon espace

« L’Italie et l’Allemagne n’effraient pas les marchés »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS



L'analyse de François Raynaud, Gérant Allocation d’actifs & Dettes Souveraines chez Edmond de Rothschild AM.

Les marchés font preuve d’un excès de confiance dans un environnement économique favorable. Ils semblent peu se soucier du risque politique en Italie et en Allemagne. Depuis le début de l’année, les spreads à 10 ans de la dette italienne versus allemande se sont resserrés de 30 points de base. Selon nous, il convient de rester prudent à l’approche des élections italiennes et du vote des militants du SPD, appelés à se prononcer sur la participation à une grande coalition.

Bien que le risque politique reste contenu à court terme en Italie, aucun scenario n’est véritablement acquis. Les investisseurs misent soit sur une coalition de droite- droite radicale qui n’appliquerait pas les mesures coûteuses de son programme incompatibles avec les finances de l’Italie, soit sur un accord de grande coalition entre les partis pro-européens. Mais ce scénario ne tient qu’à un fil dans les projections de sièges alors que le mode de scrutin, caractérisé par un mélange de proportionnelle et de scrutin uninominal à un tour, rend l’issue imprévisible. Dans ce contexte, nous sous-pondérons la dette souveraine italienne.

Un 2ème rendez-vous politique crucial pourrait venir déstabiliser les marchés. Depuis le 20 février et jusqu’au 2 mars, les militants du SPD sont invités à s’exprimer sur le contrat de coalition négocié avec la CDU/CSU d'Angela Merkel, déjà approuvé à la quasi-unanimité par les 1 000 délégués du parti de la chancelière allemande lundi 26 février, mais approuvé à 56% seulement par les délégués du SPD. Le résultat sera connu le 4 mars. Le « oui » ouvrirait la voie à la formation d’un gouvernement. Dans le cas contraire, l’instabilité politique allemande mettrait en difficulté les projets d’intégration avancée de la zone euro partagés par le SPD et le président Macron, ce qui devrait affaiblir les performances des dettes souveraines périphériques.

La combinaison de ces 2 échéances politiques cruciales pourrait créer de la volatilité, source d’opportunités qu’il faudra savoir saisir au bon moment. Par conséquent, nous conservons des liquidités pour disposer de marges de manœuvre dans le but de réaliser de nouveaux investissements.

www.edmond-de-rothschild.com

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...