Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les obligations libellées en dollars affichent des écarts de taux attractifs

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

A la recherche de rendements avec Deutsche AM 

Les obligations libellées en dollars constituent des actifs attrayants pour un nombre croissant d’investisseurs. Le différentiel de taux entre les bons du Trésor américain et le Bund allemand à 10 ans, de l'ordre de 2%, est proche du record atteint fin 2016. Les titres libellés en dollars bénéficient par ailleurs d’une profondeur et d’une liquidité de marché élevées. Sur le segment des obligations d’entreprises par exemple, l’univers des titres en dollars représente 5 000 Mds$ d’actifs, soit plus de la moitié de l’ensemble du marché mondial estimé à 8 000 Mds$. Cette proportion ne cesse par ailleurs de croître.

Allant des obligations d’entreprises aux bons du Trésor en passant par les obligations des pays émergents libellées en dollars, l’éventail des choix est large pour les investisseurs à la recherche de titres en dollars. Les bons du Trésor américain, les obligations d’entreprises et les obligations sécurisées représentent à eux seul plus de 80% de l'ensemble du marché obligataire en dollars, mais d'autres segments de ce marché offrent également un intérêt en termes de diversification grâce à des profils rendement/risque différents.

Il n'est donc pas surprenant que les investisseurs se tournent de plus en plus vers les obligations en dollars. En 2017, la collecte en provenance d’investisseurs européens sur les ETF répliquant la performance des bons du Trésor américain et des obligations émergentes libellées en dollars a été nettement supérieure à la collecte enregistrée sur les produits équivalents libellés en euros. Les investisseurs doivent néanmoins garder un œil sur les risques associés à ces titres. Cela inclut le risque de crédit (particulièrement présent pour les émetteurs des marchés émergents), le risque de sélection des titres dans chaque segment, et les éventuels risques de change découlant des variations possibles entre la monnaie nationale de l’émetteur et le dollar américain.


Des profils de risque variés

Ce marché présente néanmoins une caractéristique particulièrement intéressante pour les investisseurs. Au cours des dernières années, le marché des obligations « investment grade » libellées en dollars a considérablement changé. L'écart de taux entre ces obligations et les bons du Trésor américain représente maintenant près de la moitié du rendement total. Cela signifie que, par rapport aux obligations d'État, les obligations de sociétés américaines sont actuellement attrayantes pour les investisseurs à la recherche de rendement. Il y a 10 ans, cet écart de rendement était plus faible. Même en tenant compte du coût de la couverture de change, cet écart de taux reste une composante essentielle du rendement à long terme pour les investisseurs.

Cela nécessite toutefois que les investisseurs fassent des choix appropriés pour s’exposer à un segment de marché qui leur convienne. Plusieurs configurations peuvent convenir à chaque groupe d’investisseurs en fonction de leur appétence au risque et de leur horizon d’investissement. Il y a par exemple des différences considérables de profil de risque entre les obligations d'entreprises « investment grade » et les obligations souveraines de pays émergents. De même, les obligations souveraines de pays émergents n’offrent pas le même profil de risque que les obligations d’entreprises « high yield ». En moyenne, les obligations d’entreprises « investment grade » offrent un écart de rendement d'environ 120 points de base avec une note moyenne de « A- ». Pour leur part, les obligations souveraines de pays émergents offrent des écarts de taux d'environ 280 points de base et les obligations d'entreprises « high yield » affichent des écarts de taux allant jusqu'à 360 points de base, mais au prix d'un profil de risque de crédit nettement plus élevé.

https://deutscheam.com/

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...