Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Vous craignez une hausse de l'inflation ? Si oui, gardez votre calme pour le moment ! »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 

Selon Deutsche AM, les anticipations d'inflation expliquent moins de la moitié de la hausse des rendements sur les marchés obligataires.

Depuis la publication des données de janvier sur les hausses de salaires aux Etats-Unis, les craintes d'inflation ont significativement augmenté. Les risques inflationnistes ont ainsi été accusés d’être à l’origine de la récente correction des marchés actions. Cette explication est pourtant incomplète. Les bons du Trésor américain à 10 ans ont certes bondi d'environ 90 points de base après être tombés à 2% en septembre 2017, mais la hausse des anticipations d’inflation n’a joué qu’un faible rôle dans ce phénomène. L’explication provient surtout de la hausse des rendements réels, qui reflètent les prévisions de croissance. La même explication s’applique aux obligations souveraines allemandes, comme le montre notre graphique de la semaine.

Pour Oliver Eichmann, co-responsable des investissements obligataires en zone EMEA chez Deutsche AM, la hausse des rendements obligataires reflète une hausse de la croissance et non une hausse de l'inflation.

Moralité : il est important de ne pas exagérer l’importance des indicateurs économiques, notamment des données mensuelles sur l’évolution du salaire horaire aux Etats-Unis. Comme nous l'avons souligné précédemment, les anticipations d'inflation déduites du marché des obligations indexées à l'inflation ont régulièrement augmenté depuis plus de 2 ans. Ceci est cohérent avec notre scénario central d'une accélération modérée de l’inflation. Avec un marché du travail américain aussi dynamique, il était imprudent d'ignorer les risques d'inflation avant la récente correction du marché, mais il serait tout aussi imprudent d'attendre une accélération rapide dans un avenir proche.

Les anticipations d'inflation semblent désormais bien ancrées : en l’absence d’évolution, il est important de rester calme même si une certaine vigilance doit rester de mise.

https://deutscheam.com/

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...