Connexion
/ Inscription
Mon espace

Pressions inflationnistes à prévoir ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Lettre mensuelle d’Ecofi Investissement

Le mois de janvier s’est achevé sur une note négative au niveau des marchés financiers, alors que les fondamentaux micro et macroéconomiques sont restés solides. Les investisseurs craignent désormais que la vigueur de la croissance mondiale se traduise par un renforcement des pressions inflationnistes. Ceci obligerait les banques centrales à mettre fin prématurément à leurs politiques monétaires ultra-accommandantes, qui deviennent de moins en moins faciles à justifier.

Stimulée par les effets de la relance fiscale aux États-Unis et par la dynamique des échanges commerciaux, la croissance mondiale a le vent en poupe. Le FMI s’attend désormais à ce que son rythme de progression s’établisse à 3,9% en 2018 et en 2019. En tête de gondole, l’économie américaine étonne par sa capacité à supplanter les problèmes politiques (“shutdown”) et climatiques. La vigueur de l’activité a permis la création de 200 000 postes supplémentaires. A 4,1% de la population active, le taux de chômage reste sur un plus bas de 17 ans.

Mais le principal enseignement du Rapport d’emploi de janvier a été l’accélération de la progression des salaires horaires à +0,3% en janvier après déjà une hausse de 0,4% en décembre, soit +2,9% sur une année. Ceci laisse craindre une remontée des pressions inflationnistes, d’où une flambée des rendements obligataires des deux côtés de l’Atlantique.

Simple correction ou début d’une tendance haussière des taux ? S’il est encore trop tôt pour le dire, un sentiment de défiance semble s’être installé. En effet, après un 19ème trimestre consécutif de croissance positive en zone Euro, un nombre de plus en plus important d’investisseurs s’attendent désormais à ce que la BCE interrompe plus rapidement que prévu sa stimulation monétaire. Il faut dire qu’en zone Euro, grâce à une contribution essentielle de la demande interne, un cercle vertueux semble prendre place.

Tout irait bien dans le meilleur des mondes si l’euro n’avait pas poursuivi sa tendance haussière initiée depuis fin 2016. Cette vigueur de l’euro, déjà en hausse de 3,4% en 2018 contre le dollar, devrait peser sur l’activité européenne si elle venait à perdurer. Il n’est pas impossible qu’elle engendre une hétérogénéité dans le rythme de progression des économies de la zone.

En attendant, le PIB a affiché un gain de 0,6% au 4ème trimestre. Cela porte à 2,4% la performance de la zone Euro en 2017, soit un dixième de plus que la croissance des Etats-Unis, une première depuis 2008.


Les perspectives

1/ Actions
Dans ce contexte de stabilisation du dollar et de hausse des taux maîtrisée, nous restons positifs sur les marchés actions, dont le rendement des dividendes reste très attrayant. Nous préférons les marchés européens au marché américain qui reste relativement cher et affiche une forte prime de valorisation. Nous restons positifs sur le marché japonais car la croissance reste forte. La Banque centrale du Japon est toujours à la manœuvre en termes de politique monétaire et de soutien du marché actions.

2/ Obligations
Au vu d’un contexte économique bien orienté et du risque de hausse de l’inflation, la Fed devrait remonter le taux Fed Fund à deux reprises tout en réduisant progressivement son bilan. Toutefois, au vu de la hausse des taux à long terme déjà opérée, ceux-ci n’augmenteront que légèrement d’ici juillet 2018. Dans la zone Euro, alors que les chiffres de croissance continuent de surprendre positivement, et au vu des moindres achats de de la BCE, les taux longs allemands remonteraient aussi légèrement. La convergence des taux des pays périphériques vers les pays « cœur » devrait s’essouffler.

3/ Devises contre euro
Les bonnes surprises économiques dans la zone Euro et une politique monétaire légèrement moins accommodante de la BCE devraient maintenir l’euro sur de hauts niveaux contre le dollar US, le yen et la livre sterling.

www.ecofi.fr

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...