Connexion
/ Inscription
Mon espace

Retour à « l'ancienne normalité »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par rapport aux données historiques, la récente correction des marchés boursiers n'a rien d’exceptionnel, analyse Deutsche AM.

Il y a quelques années, le fait de parler d’une « nouvelle normalité » était devenu à la mode sur les marchés. Les intervenants du marché entendaient par là qu’après la crise financière de 2008 et la récession mondiale ayant suivi, la reprise économique semblait vouée à rester terne. Le désendettement du secteur privé et la convalescence du marché du travail semblaient lents. Les banques centrales ont eu recours à des mesures non conventionnelles jusqu’alors impensables, espérant que le « quantitative easing » stimulerait les prix des actifs, encouragerait la prise de risque et réduirait la volatilité des marchés financiers. Sur Google, les requêtes de mots-clés contenant l’expression « new normal » ont atteint leur pic en septembre 2012.

Dans les années qui ont suivi, la hausse des prix des actifs et la faible volatilité ont à leur tour constitué une nouvelle normalité. L’évolution des marchés actions est presque devenue à sens unique. D'où l'inquiétude suscitée par la correction des marchés à partir du vendredi 2 février. Toutefois, par rapport aux données historiques, cette baisse de 7,8% enregistrée sur le S&P 500 ne semble pas si exceptionnelle. Notre « graphique de la semaine » analyse les chutes maximales des actions enregistrées entre les pics et les creux de chaque année civile (« maximum drawdowns »). Jusqu'à présent, 2018 a suivi les tendances observées à long terme. L’année 2017 était au contraire inhabituelle avec un « maximum drawdown » exceptionnellement faible, faisant déjà suite à plusieurs années de calme relatif

Cette analyse détaillée est à lire, en anglais, ici

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...