Connexion
/ Inscription
Mon espace

Zone euro : le crédit soutient la reprise

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Cet article fait partie d’une nouvelle série de publications mensuelles sur le ‘credit impulse’ proposées par Christopher Dembik, Responsable de la Recherche Economique chez Saxo Bank. Un nouvel article sera publié au début de chaque mois.

La dernière enquête trimestrielle sur les prêts bancaires a confirmé l’amélioration de la dynamique du crédit au sein de la zone euro. Malgré la fin prochaine de l’assouplissement quantitatif, les banques de la zone euro anticipent une hausse de la demande de crédit au cours du présent trimestre, tant de la part des sociétés non financières (SNF) que des ménages (crédits à la consommation et prêts hypothécaires), accompagnée d’un assouplissement des conditions de crédit.

Les flux de crédit se sont un peu ralentis en décembre 2017, en raison de deux fortes hausses les mois précédents. En valeur corrigée des ventes et titrisations, la croissance des prêts au secteur privé a atteint 7 Mds€ pour les SNF (contre 16 Mds€ auparavant) et 11 Mds€ pour les ménages (contre 16 Mds€).

Compte tenu de ces chiffres, notre modèle de credit impulse, qui devance l’économie réelle de 9 à 12 mois, demeure positif, bien que faible. Il évolue à 0,25% du PIB, contre 2,8% lors de son précédent pic à l’automne 2015. Le décalage observé entre la demande intérieure et le credit impulse, mais aussi entre celui-ci et l’investissement privé au cours de ces deux dernières années, peut s’expliquer en partie par des SNF cherchant de plus en plus des alternatives au financement bancaire, comme l’émission de titres de créance.
Par ailleurs, un nombre croissant de SNF disposent de suffisamment de liquidités pour ne pas nécessiter de prêts bancaires. Toutefois, en raison d’un effet de base positif, nous prévoyons une légère hausse du credit impulse au cours des prochains mois

Le credit impulse stimule également les investisseurs à plus long terme. Notre modèle interne devance l’Euro Stoxx 50 de 9 mois et, si jusqu’à présent le credit impulse a eu un effet positif pour les marchés financiers en abaissant le coût du capital, pour 2018 les facteurs les plus déterminants sont le regain d’optimisme concernant la zone euro et les attentes liées à l’impact de la réforme fiscale américaine.
La confiance à l’égard du secteur bancaire de la zone euro s’est également améliorée de façon notable depuis le début de l’année, avec une progression de 10% de l’indice Euro Stoxx Banks (avant le contrecoup du début de semaine lié aux positions vendeuses sur le VIX).

Malgré une orientation favorable de la croissance dans la zone euro, nous continuons d’observer un certain nombre de faiblesses susceptibles d’aboutir à moyen terme à un ralentissement. Au niveau intérieur, un rebond des flux de crédit aux SNF sera nécessaire au cours des prochains trimestres pour maintenir le rythme de croissance du PIB. Le risque le plus élevé semble toutefois provenir de l’extérieur de la zone. La contraction au 3e trimestre 2017 du credit impulse américain et la décélération au 4e trimestre de la demande de prêts commerciaux et industriels (qui donnent une vision plus large de l’évolution du crédit) sont des éléments préoccupants pour le redressement de la zone euro.  

En savoir plus sur le 'credit impulse’ et accéder aux graphiques

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...