Connexion
/ Inscription
Mon espace

D’étranges phénomènes se produisent sur les marchés obligataires

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 

Une analyse de Deutsche AM

C’est le monde à l’envers : la volatilité des obligations souveraines de certains pays émergents est devenue inférieure à celle des Bunds allemands et des bons du Trésor américains.

Pour de nombreux investisseurs, la volatilité est un paramètre important à prendre en compte lorsque l'on compare les risques aux rendements attendus. En règle générale, un rendement plus élevé est lié à des risques plus importants ainsi qu’à une volatilité plus forte. Pour un même émetteur, les obligations de maturité longue ont donc tendance à être plus volatiles que les obligations à maturité courte.

Cette règle est actuellement valable au sein des actifs dits « refuges », comme les bons du Trésor américains ou les Bunds allemands, dont la volatilité augmente avec la durée des maturités. Toutefois, si l’on compare leur volatilité à celle des obligations souveraines émises par certains pays émergents, une tendance inattendue se dégage. En effet, les bons du Trésor américains ont dernièrement été plus volatils que les obligations comparables émises en dollars américains par certains pays émergents, comme le montre notre graphique de la semaine.

Il en va de même entre les Bunds allemands et les obligations souveraines polonaises libellées en euros, et cela malgré les taux globalement plus élevés des obligations émergentes. Cela est surprenant car les investisseurs considèrent généralement les obligations des marchés émergents comme plus risquées, ce qui devrait se traduire par une volatilité plus élevée que celle des « actifs refuges ».

Toutefois, depuis un certain temps, les investisseurs recherchent des actifs aux rendements plus élevés pour compenser les éventuelles pertes en cas de hausse des taux dans les pays-cœurs. La forte demande pour les obligations des marchés émergents se traduit donc par une volatilité relativement faible. Il est peu probable que cette situation change véritablement tant que la conjoncture économique reste favorable aux actifs risqués.

https://deutscheam.com/

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...