Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Les institutionnels devraient se tourner vers la gestion active en 2018 »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 

Etude mondiale réalisée par BlackRock auprès de 224 de ses plus importants clients institutionnels, représentant plus de 7 000 Mds€.

Confrontés à de faibles taux d’intérêt et à des actifs à risque relativement surévalués, les grands investisseurs institutionnels mondiaux cherchent à se protéger contre le risque de ralentissement en maintenant le niveau de leurs liquidités et en augmentant, au cas par cas, leur allocation aux stratégies de gestion active.

Tandis que 65% des clients ne prévoient aucune évolution majeure de de leur poche de liquidités cette année, l’étude montre chez les investisseurs institutionnels un certain intérêt pour la gestion active, qui devrait s’exprimer à travers un éventail varié de classes d’actifs alternatives, dont les actifs illiquides et les hedge funds, ou encore les actions.

L’étude révèle que les actifs illiquides ou réels, toujours favoris des grands investisseurs institutionnels, devraient être les grands gagnants en termes de flux. 60% prévoient d’augmenter leur allocation aux infrastructures et aux énergies renouvelables.
L’immobilier et le private equity ne seront pas en reste avec respectivement 42 et 43% des investisseurs institutionnels interrogés comptant accroître leur allocation à ces classes d’actifs.


Les hedge funds en ligne de mire, la gestion actions active plébiscitée

20% des investisseurs interrogés prévoient d’augmenter leurs investissements dans les hedge funds. Malgré les prévisions de recul global des investissements dans les actions, 24% des institutionnels comptent se repositionner sur la gestion active par rapport à la gestion indicielle, contre 16% prévoyant de faire le contraire.


Le crédit privé prêt à capter des capitaux frais

Dans la chasse mondiale au rendement, les autres formes de financement, comme le crédit privé, restent attrayantes : 58% des investisseurs pensent augmenter leur allocation de ce segment.
Plus largement, dans le crédit, les marchés émergents ont aussi la faveur des investisseurs, pour 37% des clients interrogés. Un recul des placements « core » et « core-plus » à 28% est globalement attendu, une tendance conforme aux résultats de l’étude d’une année sur l’autre.

« Le contexte actuel de performance historique des actifs devrait inciter les investisseurs institutionnels à opter pour des stratégies de gestion active de leurs portefeuilles cette année. Nos clients sont sensibilisés depuis plusieurs années maintenant à la nécessité d’adopter des stratégies alternatives en vue de diversifier les sources de performance et de compenser les faibles taux actuels. Voir nos clients continuer d’investir dans ces actifs nous conforte dans l’idée qu’ils finiront par devenir la norme pour les investisseurs institutionnels à la recherche de sources différenciées de rendements, d’instruments de couverture contre l’inflation et d’investissements contra-cycliques », conclut Edwin Conway, Responsable mondial de la clientèle institutionnelle chez BlackRock.

 

www.blackrock.com

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...