Connexion
/ Inscription
Mon espace

Columbia Threadneedle Investments parie sur la qualité

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 

David Dudding, gérant marchés actions mondiales chez Columbia Threadneedle Investments, estime que dans un contexte de valorisations boursières quelque peu élevées, les entreprises mondiales de qualité sont les mieux placées pour tirer leur épingle du jeu à plus long terme. Son analyse.


Actions mondiales : notre pari sur la qualité

Au terme d'une année qui aura été excellente pour les actions de qualité que nous privilégions, les valorisations paraissent désormais quelque peu tendues sur certains segments du marché. Nous sommes d'avis cependant que certains investisseurs se sont trop vite détournés de secteurs entiers, jugés excessivement chers, faisant fi d'avantages concurrentiels pourtant solides et de profils de croissance à long terme positifs parmi les titres de qualité.
Ce phénomène est bien visible au niveau des sociétés technologiques, comme en témoignent les gains spectaculaires enregistrés récemment par les actions dites « FANG » (Facebook, Amazon, Netflix et Google (désormais Alphabet)).

Ces 12 derniers mois, nous avons légèrement réduit notre exposition à certaines valeurs technologiques jugées trop onéreuses. D'autres en revanche sont loin d'être surévaluées et pourraient même afficher une meilleure performance en 2018 qu’en 2017. Notre raisonnement revient à ne pas détenir les actions que nous estimons surévaluées par rapport à leurs perspectives de croissance à long terme.
La clé est de privilégier une vision microéconomique, en considérant davantage les fondamentaux des titres individuels que les secteurs auxquels ils appartiennent.

Contrairement à ce que l’on pourrait A cet égard, le cas Microsoft montre combien il est important d'évaluer les titres sur la base de leurs performances individuelles. croire, la société n'affiche pas les multiples exorbitants que beaucoup associent aux géants technologiques. Au moment où nous écrivons ces lignes, Microsoft s’échange à un PER proche de 30x ; le titre n’est donc ni sous-évalué ni surévalué. Par ailleurs, à en croire le développement d'Azure, son activité de cloud, l'année 2018 s'annonce plus prometteuse.

Nous évaluons les avantages concurrentiels pour identifier les entreprises bénéficiant de garde-fous économiques. Sur ce point, il est intéressant de noter que les utilisateurs de longue date des logiciels et serveurs Microsoft restent fidèles à l’entreprise qu’ils connaissent lorsqu’ils recherchent une solution de cloud computing. Au cours des derniers trimestres, Azure s’est développé bien plus rapidement qu'Amazon Web Services, le leader du marché de l'infrastructure cloud.2 La confiance témoignée par de nombreux utilisateurs à l’égard de la marque Microsoft a créé un véritable garde-fou économique, qui renforce l’avantage concurrentiel de l’entreprise.


Menace réglementaire

Le plus gros risque pesant sur la croissance d’entreprises telles qu’Amazon, Facebook et, potentiellement, Microsoft dans les 12 prochains mois tient moins à leur valorisation qu'à une menace croissante sur le plan politique et réglementaire.
Les gouvernements du monde entier cherchent des moyens de taxer et de contrôler plus sévèrement les géants technologiques. Les plans du ministre britannique des Finances Philip Hammond, annoncés lors du budget de novembre et consistant à envisager l’imposition des entreprises technologiques sur la base des ventes réalisées au Royaume-Uni, pourraient être un signe annonciateur de changements. Les appels en faveur d’une réglementation plus stricte se sont amplifiés depuis qu'une enquête a révélé qu'une interférence russe dans la présidentielle américaine de 2016 via Facebook et Google pourrait en avoir influencé le résultat.

Le risque réglementaire, au Royaume-Uni mais aussi à l'échelle mondiale, explique pourquoi Alphabet, qui affiche un PER de 36x au moment où nous écrivons ces lignes, est selon nous sous-évalué. Nous suivrons de près le risque d'un durcissement de la réglementation dans le secteur technologique en 2018.


Opportunités dans les pays émergents

Nous garderons également un œil sur la situation en Inde, un marché à l’égard duquel nous sommes particulièrement optimistes à long terme. La croissance économique de l’Inde a ralenti l’année dernière, après que la démonétisation des billets de banque, en 2016, eut étouffé l’activité des secteurs gourmands en liquidités. De même, l’introduction en juillet d’une taxe sur les biens et services (Goods and Services Tax, GST) a perturbé l'activité des entreprises, qui ont eu bien du mal à s’adapter.

Maintenant que ces événements sont derrière nous, nous prévoyons une nouvelle accélération de la croissance, soutenue en partie par l’introduction de la GST, qui a permis d'alléger la bureaucratie et qui stimulera les recettes fiscales. Reste à savoir si la croissance économique se traduira par une hausse significative des cours pour les entreprises indiennes en 2018 ; nous sommes cependant optimistes à long terme.
Dans la mesure où nous appliquons une approche d'investissement bottom-up, nos décisions ne sont en règle générale pas trop influencées par les facteurs macroéconomiques. Mais il est de ces opportunités macro qu’il serait déraisonnable d’ignorer, et manifestement, l'Inde en est une. De même, les changements démographiques majeurs observés à l'échelle mondiale représentent également une opportunité.

Dans la plupart des régions - à l'exception de l’Inde notamment - la population vieillit rapidement, ce qui augure des perspectives positives pour les titres du secteur de la santé. Toute entreprise qui contribue à réduire les coûts du système de santé semble particulièrement bien placée pour tirer profit de cette tendance. En 2015, les dépenses de santé représentaient pas moins de 17,8% de l’économie américaine.

La qualité avant tout

Notre approche d’investissement repose sur de fortes convictions et cible en particulier les sociétés de qualité supérieure aux avantages concurrentiels pérennes, capables de procurer des résultats constants, fiables et reproductibles. Je n’affirme pas être en mesure de prédire si les actions de qualité connaîtront une bonne année 2018 sur les marchés mondiaux.

L'ascension fulgurante des valeurs de croissance de qualité l'année dernière s'explique en partie par un effet de rattrapage. Juste après les élections américaines de novembre 2016, ces dernières ont sous-performé les petites capitalisations et les valeurs décotées, boudées qu'elles ont été par des investisseurs en quête de titres bon marché et sensibles à la conjoncture. Mais lorsque les espoirs de voir Donald Trump mettre en place des politiques reflationnistes qui stimuleraient sensiblement la croissance économique américaine ont faibli, le style croissance a fait son grand retour. Il est fréquent de voir le sentiment basculer de la sorte et je ne saurais dire si les titres de qualité surperformeront à nouveau les valeurs décotées en 2018.

Je suis cela dit convaincu que les entreprises mondiales de qualité que nous privilégions sont les mieux placées pour tirer leur épingle du jeu à plus long terme.

www.columbiathreadneedle.com

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...