Connexion
/ Inscription
Mon espace

La dynamique de l’intégration européenne s’essouffle

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 

Par Michaël Lok, Co-CEO Asset Management de l’Union Bancaire Privée

 

Au printemps 2017, l’élection d’Emmanuel Macron à la tête de la France a fait souffler un vent d’optimisme sur la zone euro avec la conviction que les centristes étaient désormais assez forts pour enrayer la vague populiste. De fait, les premiers jours de sa présidence ont été marqués par des progrès impressionnants en matière de réforme du code du travail.

Bien que nécessaire, la victoire d’Emmanuel Macron n’était toutefois que la première étape d’un processus en deux temps qui devait être engagé pour reprendre du terrain aux populistes. La seconde étape, considérée par beaucoup comme gagnée d’avance, a non seulement été la victoire de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de la Chancelière allemande, Angela Merkel, en septembre, mais une victoire assez convaincante pour permettre à un partenariat Macron-Merkel de guider l’UE vers des réformes de plus grande envergure sur le continent.

Si le parti conservateur d’Angela Merkel a obtenu la majorité des voix, le score relativement faible de ses anciens partenaires de coalition soulève des questions quant à la capacité d’un nouveau gouvernement de coalition de faire avancer l’intégration européenne et de renforcer le système financier de la zone euro avant le prochain ralentissement cyclique.

A défaut, l’UE et la zone euro resteront sous la menace d’un ralentissement cyclique qui pourrait mettre en évidence non seulement la fragilité persistante du système bancaire de la zone euro, mais également des faiblesses dans l’intégrité structurelle de l’Union elle-même.
En l’absence d’une telle dynamique politique, nous considérerons le rally des actions européennes comme cyclique par nature et soutenu par le regain de croissance actuel qui devrait perdurer en 2018.

Toutefois, s’il n’y a pas d’améliorations structurelles au niveau des banques en Europe, et de l’UE elle-même, les actions européennes demeureront probablement un pari à bêta élevé sur la reprise cyclique de la croissance mondiale au lieu de bénéficier de l’appui solide d’un mouvement de réformes.

www.ubp.com/fr

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...