Connexion
/ Inscription
Mon espace

Pourquoi s’émouvoir d’une inflation qui ne repart pas ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 

Tribune de Daniel Gerino, Président et directeur de la gestion de Carlton Sélection.

Contrairement aux idées reçues, l’absence d’inflation n’est pas une mauvaise chose en soi. L’économie entre simplement dans une phase de plus grande maturité économique. Quelques explications…

Le monde a lutté pendant plus de trente ans contre une inflation galopante qui fut une source majeure de destruction de valeur. Les politiques monétaires conduites pour endiguer le mal ont provoqué des saignées dans toutes les économies du monde avec en toile de fond un système peu vertueux défavorisant l’investissement créateur de valeur ajoutée et d’emplois.


Depuis 2012 l’inflation a disparu des radars ! Que s’est-il passé ?

En premier lieu, les grands Etats de la planète ont eu à faire face à l’une des plus graves crises économiques de leur histoire, conduisant à une accélération de l’endettement des Etats. Avec un niveau moyen de 60% en 2007, le ratio dette/PIB avoisine, voire dépasse dans certains pays, la barre des 100%. Seule la Russie affiche un ratio extrêmement bas de 14%.
En second lieu, la diffusion d’un nouveau mode de consommation et une plus grande communication entre consommateurs leur a redonné le pouvoir. Les outils de cette transformation sont internet et les réseaux sociaux. Une concurrence effrénée entre les modes de distribution traditionnels et le e-commerce a rebattu les cartes en faveur des nouveaux modes de distribution. L’impact à la baisse de l’indice des prix a été considérable.
En troisième lieu, le corolaire de la crise économique est l’accroissement d’un chômage de masse bloquant toute velléité de hausse des salaires première cause inflationniste.
Enfin, les ravages de la crise des subprimes qui a laminé la croissance mondiale passant de 5,60% en 2007 à 3,60% prévu pour 2017. Cette crise a provoqué avec un effet retard (2014) l’effondrement du prix des matières premières, notamment de l’énergie. A cela est venu s’ajouter des conditions climatiques exceptionnelles en 2015 et 2016 favorisant une forte production de grains de mauvaise qualité. Les conditions requises étaient réunies pour un effondrement du prix des matières premières agricoles.


Des acteurs endettés à taux variable n’ont pas à redouter une inflation basse

Faut-il pour autant s’alarmer de cette absence d’inflation ? Certainement pas, car l’inflation n’est pas passée en territoire négatif, nous évitant l’impasse de la déflation. Le taux d’inflation est resté modérée, entre 1 et 2%, selon les périodes et les zones géographiques. Il serait préférable de rester à ces niveaux. En effet, le stock de dette des Etats est entièrement structuré en « in fine ». Il doit donc régulièrement se régénérer. La faiblesse de l’inflation conduit à des taux nominaux bas, ce qui s’avère au final moins onéreux pour le budget des Etats dont les finances sont plutôt en eaux basses. En outre, en période de taux bas, les taux d’intérêts réels sont également davantage comprimés. Une situation favorable aux emprunteurs. Ainsi, en zone euro, le taux moyen du stock de dettes est de 1,60%, un niveau très proche des taux d’inflation conduisant à un coût réel de la dette très faible.

Par ailleurs, les acteurs privés des pays développés et émergents sont fortement endettés. Cette dette est majoritairement contractée à taux variable, toute remontée de l’inflation conduirait à renchérir le budget des ménages consacré à la charge de la dette et à réduire leur consommation. Rappelons que si le stock de dettes détenu par les ménages américains ramené au revenu disponible est bien inférieur à ce qu’il était avant la grande crise de 2008, son volume a dépassé celui qui préexistait en 2007 ! Il en va de même pour les entreprises qui ont regagné en profitabilité en partie grâce à la baisse des charges financières due à la baisse de l’inflation (cf. Italie).

Les financements à taux réels et nominaux bas favorisent l’innovation, l’investissement et la rentabilité des projets.

Les banquiers centraux sont arque boutés sur une inflation cible à 2%. Et si 1,50% était la norme, ne serait-on pas plus serein vis-à-vis de la normalisation de la politique monétaire ? En effet, la cible de 2% a été fixée il y a plus de 15 ans alors que la croissance était bien plus élevée et que l’économie évoluait encore dans un modèle traditionnel, avec des stocks de dettes infiniment plus bas et une meilleure capacité des entreprises à fixer leurs prix. Ne peut-on prospérer avec une inflation plus basse donnant plus de visibilité aux acteurs économiques ?

La croissance doit reposer sur des bases stables pour prospérer, que ce soit en matière d’inflation, de règlementation ou de fiscalité. Nous entrons progressivement dans une phase de plus grande maturité économique. Ne boudons pas notre plaisir !

www.carltonselection.fr/

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...