Connexion
/ Inscription
Mon espace

Pourquoi s’émouvoir d’une inflation qui ne repart pas ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 

Tribune de Daniel Gerino, Président et directeur de la gestion de Carlton Sélection.

Contrairement aux idées reçues, l’absence d’inflation n’est pas une mauvaise chose en soi. L’économie entre simplement dans une phase de plus grande maturité économique. Quelques explications…

Le monde a lutté pendant plus de trente ans contre une inflation galopante qui fut une source majeure de destruction de valeur. Les politiques monétaires conduites pour endiguer le mal ont provoqué des saignées dans toutes les économies du monde avec en toile de fond un système peu vertueux défavorisant l’investissement créateur de valeur ajoutée et d’emplois.


Depuis 2012 l’inflation a disparu des radars ! Que s’est-il passé ?

En premier lieu, les grands Etats de la planète ont eu à faire face à l’une des plus graves crises économiques de leur histoire, conduisant à une accélération de l’endettement des Etats. Avec un niveau moyen de 60% en 2007, le ratio dette/PIB avoisine, voire dépasse dans certains pays, la barre des 100%. Seule la Russie affiche un ratio extrêmement bas de 14%.
En second lieu, la diffusion d’un nouveau mode de consommation et une plus grande communication entre consommateurs leur a redonné le pouvoir. Les outils de cette transformation sont internet et les réseaux sociaux. Une concurrence effrénée entre les modes de distribution traditionnels et le e-commerce a rebattu les cartes en faveur des nouveaux modes de distribution. L’impact à la baisse de l’indice des prix a été considérable.
En troisième lieu, le corolaire de la crise économique est l’accroissement d’un chômage de masse bloquant toute velléité de hausse des salaires première cause inflationniste.
Enfin, les ravages de la crise des subprimes qui a laminé la croissance mondiale passant de 5,60% en 2007 à 3,60% prévu pour 2017. Cette crise a provoqué avec un effet retard (2014) l’effondrement du prix des matières premières, notamment de l’énergie. A cela est venu s’ajouter des conditions climatiques exceptionnelles en 2015 et 2016 favorisant une forte production de grains de mauvaise qualité. Les conditions requises étaient réunies pour un effondrement du prix des matières premières agricoles.


Des acteurs endettés à taux variable n’ont pas à redouter une inflation basse

Faut-il pour autant s’alarmer de cette absence d’inflation ? Certainement pas, car l’inflation n’est pas passée en territoire négatif, nous évitant l’impasse de la déflation. Le taux d’inflation est resté modérée, entre 1 et 2%, selon les périodes et les zones géographiques. Il serait préférable de rester à ces niveaux. En effet, le stock de dette des Etats est entièrement structuré en « in fine ». Il doit donc régulièrement se régénérer. La faiblesse de l’inflation conduit à des taux nominaux bas, ce qui s’avère au final moins onéreux pour le budget des Etats dont les finances sont plutôt en eaux basses. En outre, en période de taux bas, les taux d’intérêts réels sont également davantage comprimés. Une situation favorable aux emprunteurs. Ainsi, en zone euro, le taux moyen du stock de dettes est de 1,60%, un niveau très proche des taux d’inflation conduisant à un coût réel de la dette très faible.

Par ailleurs, les acteurs privés des pays développés et émergents sont fortement endettés. Cette dette est majoritairement contractée à taux variable, toute remontée de l’inflation conduirait à renchérir le budget des ménages consacré à la charge de la dette et à réduire leur consommation. Rappelons que si le stock de dettes détenu par les ménages américains ramené au revenu disponible est bien inférieur à ce qu’il était avant la grande crise de 2008, son volume a dépassé celui qui préexistait en 2007 ! Il en va de même pour les entreprises qui ont regagné en profitabilité en partie grâce à la baisse des charges financières due à la baisse de l’inflation (cf. Italie).

Les financements à taux réels et nominaux bas favorisent l’innovation, l’investissement et la rentabilité des projets.

Les banquiers centraux sont arque boutés sur une inflation cible à 2%. Et si 1,50% était la norme, ne serait-on pas plus serein vis-à-vis de la normalisation de la politique monétaire ? En effet, la cible de 2% a été fixée il y a plus de 15 ans alors que la croissance était bien plus élevée et que l’économie évoluait encore dans un modèle traditionnel, avec des stocks de dettes infiniment plus bas et une meilleure capacité des entreprises à fixer leurs prix. Ne peut-on prospérer avec une inflation plus basse donnant plus de visibilité aux acteurs économiques ?

La croissance doit reposer sur des bases stables pour prospérer, que ce soit en matière d’inflation, de règlementation ou de fiscalité. Nous entrons progressivement dans une phase de plus grande maturité économique. Ne boudons pas notre plaisir !

www.carltonselection.fr/

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...