Connexion
/ Inscription
Mon espace

L’épargne, un secteur en forte croissance qui se digitalise

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

 

84% des Français sont des épargnants, et 24% des patrimoniaux sont prêts à placer de l’argent sur une épargne digitale

Baromètre Deloitte/WeSave « Les Français et l’épargne digitale »*

L’émergence des Fintech, le développement de nouvelles technologies, bouleversent le paysage financier français. Hier réservés aux plus fortunés ou aux experts, les outils de gestion d’épargne se sont démocratisés grâce au digital pour offrir à un large public des services financiers optimisés à moindre coût. Mais les Français ont-ils pris le virage du digital pour constituer et gérer leur épargne ?

« Après les banques en ligne, de nouveaux entrants ont fleuri ces dernières années en France pour développer ce marché peu exploré de l’épargne digitale en s'inspirant des réussites américaines telles que Betterment et Wealthfront. Ces startups visent, en particulier, le marché de l’assurance-vie. Leur parti pris est celui d’un client acteur de son contrat et d’activités de back-office automatisées. Alors que la réglementation se renforce sur la protection de la clientèle et sur la transparence, elles misent également sur des technologies plus avancées d’algorithme ou d’intelligence artificielle afin de renforcer le conseil au client et sa traçabilité », commente Hugues Magron, Associé Conseil Secteur Assurances & Protection Sociale chez Deloitte.


Le rapport des Français à l'épargne est très prudent

84% des Français sont des épargnants, mais ils sont 85% à juger les marchés financiers très complexes à analyser. 33% des épargnants sont des patrimoniaux, qui disposent d’au moins 25 000€ à investir. Ce sont à 63% des hommes, 26% vivent à Paris et 21% ont entre 65 et 75 ans.

Les épargnants sont très équipés technologiquement : 83% ont un smartphone et 76% un ordinateur portable. Ils possèdent en moyenne 2,6 produits d’épargne, principalement des produits grand public et sécurisés : 92% disposent d’un compte sur livret, 47% d’un PEL/CEL et 37% d’une assurance-vie sur fonds garantis. Les patrimoniaux sont largement mieux équipés, avec une moyenne de 3,6 produits possédés.

Le conseiller bancaire, principal interlocuteur des épargnants, est la première source d’information en matière d’épargne financière : 51% le consultent en cas de question. C’est également le principal canal pour se former sur la gestion de l’épargne pour 82% des épargnants et 80% des patrimoniaux. Les Français expriment en effet un intérêt significatif d’être formés à l’épargne, notamment les jeunes : 71% des épargnants et 87% des patrimoniaux âgés 25/34 ans. En outre, 59% des épargnants souhaitent bénéficier d’outils leur permettant de mieux comprendre la façon dont est gérée leur épargne.

Bien que 52% estiment qu’il faut savoir prendre des risques pour maximiser le rendement, les épargnants ont une forte aversion au risque. Ils sont en effet 45% d’entre eux à favoriser un rendement très faible pour éliminer le risque de perte, contre 33% des patrimoniaux.


L'épargne digitale séduit près d'un quart des patrimoniaux 

25% des patrimoniaux connaissent l’épargne digitale dont un quart y ont déjà souscrit, et 24% se déclarent prêts à y placer de l’argent. L’épargne digitale est une solution bien perçue pour se former sur la gestion de l’épargne : 53% des patrimoniaux et 44% des épargnants la plébiscitent.

L’étude note une corrélation entre la connaissance de l’épargne digitale et l’intention d’y souscrire : 64% des patrimoniaux qui sont prêts à recourir à ses solutions connaissent au moins de nom l’épargne digitale. Elle y gagnerait donc à mieux faire connaître ses atouts. Les raisons d’attrait des épargnants vers l’épargne digitale sont avant tout liées à l’optimisation des revenus : ils sont 54% à apprécier les frais plus bas que la moyenne du marché, 40% les placements performants, et 35% la gestion optimisée.

Les attentes des Français à l’égard des plateformes digitales sont nombreuses, similaires pour les épargnants et les patrimoniaux, et avec peu d’écarts entre les services. La documentation, la possibilité d’avoir un rendez-vous physique avec un conseiller et un simulateur pour avoir une projection de son épargne sur plusieurs années sont leurs premières attentes. L’étude montre que le développement des solutions d’épargne digitale passe par le fait qu’elles soient associées à la possibilité de joindre un conseiller, souhait de plus de 40% des épargnants.

« L’enquête révèle que l’agrégateur d’épargne reçoit un bon accueil : 60% des épargnants utiliseraient ce service en ligne leur permettant de regrouper dans une seule et même interface les informations provenant de leurs différents comptes d’épargne. Nous constatons auprès de nos clients que l’agrégateur permet de leur offrir une expérience d’épargne digitale unique tout en maintenant le contact humain du conseiller au centre de la relation. Toutes les solutions d’épargne digitale ont de l’avenir car elles offrent concrètement une gestion optimisée »,note Jonathan Herscovici, Co-Fondateur et président WeSave.fr.

* Le baromètre « Les Français et l’épargne digitale », publié par Deloitte et WeSave, plateforme de gestion privée en ligne, est réalisé par Harris Interactive auprès de 2 000 Français.

www2.deloitte.com/fr/

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Claude Chasson, Bacchus Conseil

Bacchus Conseil : Une vision durable et raisonnable de l'investissement « plaisir » Loin des spéculations observées ces dernières années sur les bouteilles de vin, Monsieur Jean-Claude CHASSON s'est spécialisé avec Bacchus Conseil dans le développement durable et harmonieux du patrimoine viticole français. Retour sur une belle aventure entrepreneuriale avec le fondateur de l'entreprise. Quand avez-vous créé votre premier GFV ? C'était en 1989. Dans le cadre de l'expertise comptable et fort de...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Marc Divoux, Finance SA

Entretien avec Jean-Marc Divoux, gérant du fonds Expert Patrimoine Après avoir réuni certaines expertises de Robeco, de Commodities AM, de KBL Richelieu et AG2R AGICAM, Finance SA a accueilli Jean-Marc Divoux dans l'équipe de gestion en février dernier. Il y déploie désormais son expertise de gestion dont il nous parle avec passion. Quel a été votre parcours ? Après une formation d'ingénieur (avec une option en intelligence artificielle, ce qui, dans les années 80, n'était pas encore à la...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Notre sélection de fonds « dynamiques » gagne 4,9% en 3 mois

Si le mois de décembre a été meurtrier pour les marchés actions, avec un plongeon jamais vu depuis 1931, les semaines de début d'année ont marqué la 5e progression de l'histoire financière. Résultat : notre sélection de fonds dynamiques a repris des couleurs, avec un gain de 4,9 % en trois mois. Depuis la mise à jour du 6 décembre 2018, toutes les performances concernant notre liste de fonds dynamiques sont en hausse, que ce soit sur trois ans, un an ou trois mois. Notre dernière recrue,...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
+ 4,5 % en un mois pour notre sélection diversifiée

Entre le 7 février et le 6 mars, notre sélection de supports d'investissement diversifiée s'est octroyée 4,5 %. Un beau score en ligne avec la poursuite du rebond des indices boursiers depuis la fin de l'année dernière. Un potentiel de 64,3 % pour une de nos valeurs Au cours des quatre semaines écoulées, huit lignes sur dix se sont mises en évidence, à commencer par Spie (+ 13,8 %) et SII (+ 11,2 %). Saint-Gobain fait encore du surplace, en dépit de la politique de repositionnement ambitieuse...