Connexion
/ Inscription
Mon espace

2018 : une nouvelle année de hausse en perspective sur les marchés actions

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 

Par Benjamin Philippe, responsable de la gestion action chez Degroof Petercam Gestion 

Les prévisions de croissance pour 2018 et l’effet de la réforme fiscale aux Etats-Unis devraient continuer de soutenir les indices boursiers l’an prochain. 

Les marchés européens offrent de belles opportunités à saisir. Les marchés ont salué, début décembre, le vote par le Sénat de la réforme fiscale aux Etats-Unis. Certains analystes estiment que cette réforme devrait entraîner une révision à la hausse de 10% des bénéfices par action (BPA) des entreprises américaines l’an prochain. Ainsi, les indices boursiers américains, qui affichaient des PER élevés, se retrouvent mécaniquement moins fortement valorisés. Avec un indice S&P qui se négocie à 16 fois les bénéfices 2017 contre près de 20 fois en 2002, les actions américaines ne sont pas si « chères » et les investisseurs peuvent envisager l’année 2018 avec une certaine sérénité. D’autant que 75% des entreprises américaines ont battu le consensus lors de la publication de leurs derniers résultats trimestriels.

De leur côté, les marchés européens ont déçu les investisseurs, au cours du mois écoulé, avec seulement 45% d’entreprises du Stoxx Europe 600 ayant battu le consensus. Les valeurs européennes conservent, malgré tout, un potentiel de hausse réel en 2018. Le PER moyen des actions européennes ressort à 13,8 fois les bénéfices 2017 contre une moyenne historique de 13,2. Par ailleurs, le retour du risque politique (problème catalan, élections allemandes, négociations difficiles sur le Brexit) s’atténue semaine après semaine. Or, le scénario économique pour l’année qui vient s’avère positif avec une croissance attendue de la zone euro de 2% et un taux d’inflation de 1,4%.


Des réactions du marché parfois excessives sur certaines valeurs

Si le « newsflow » reste globalement positif, il faut néanmoins souligner que la moindre publication décevante provoque, depuis plusieurs semaines, des réactions assez marquées, signe d’une nervosité palpable des investisseurs. Ainsi, le « profit warning » d’Elior a fait chuter le titre du groupe de restauration collective. Fin octobre, une étude décevante de phase III avait entraîné l’effondrement de l’action DBV Technologies. Mais ces réactions excessives des marchés offrent aussi l’occasion de se repositionner sur des valeurs parfois injustement sanctionnées. Ainsi, la baisse récente du titre d’Altran ne doit pas faire oublier que le groupe d’ingénierie vient de réaliser une acquisition très pertinente, celle de l’Américain Aricent pour 1,7 Md€, qui devrait lui permettre d’atteindre ses objectifs 2020 avec 2 ans d’avance.

Dans cet environnement de faible volatilité générale mais de suréaction de certaines valeurs face à un « newsflow » parfois capricieux, les opportunités restent nombreuses sur les marchés européens. Parmi les valeurs les plus attractives, les équipementiers automobiles comme Valeo et Michelin restent à privilégier. Vinci (concessions) et Bouygues (BTP) devraient profiter du climat d’embellie économique. Les réformes votées sous l’impulsion d’Emmanuel Macron et visant à redonner du pouvoir d’achat aux salariés devraient également profiter à une valeur de consommation comme Carrefour qui suscite actuellement une véritable défiance de la part des investisseurs. Avec l’arrivée d’Alexandre Bompard et la réorganisation du management, le titre pourrait connaître une vraie « recovery ». Le contexte de remontée des taux longs devrait également rester favorable aux valeurs financières (Société Générale, Axa).

www.degroofpetercam.be/fr

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...