Connexion
/ Inscription
Mon espace

Il était une fois, l’industrie européenne

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Michel Raud, Directeur des gestions de FourpointsIM, acteur indépendant dans la gestion d’actifs, agréé par l’AMF en France, la CSSF Luxembourg et le CEC aux USA.

Certains secteurs bénéficient de tendances structurelles porteuses comme par exemple l’énergie, la santé, l’aéronautique civile, le luxe….. Les sociétés européennes leaders dans ces domaines tirent habilement leur épingle du jeu.

L’absence de croissance en Europe ne doit pas décourager les investisseurs. La preuve par l’exemple. Que penser de l’environnement économique actuel ? Face à l’embellie boursière des derniers mois, peut-on dire que tous les problèmes sont résolus ?   L’Europe va-t-elle poursuivre sa convergence  pour résoudre l’endettement excessif des Etats ?  Les Etats-Unis vont-ils retrouver leur taux de croissance potentiel ?

Une chose est sûre aujourd’hui : les niveaux de valorisation des actions européennes n’ont  jamais été aussi bas : l’écart entre le PE de Schiller et sa médiane long terme est de  - 33% pour l’Europe ; il n’est plus que de - 7% pour les USA.

Faut-il dès lors « jouer » l’Europe dans sa globalité en anticipant un rattrapage indifférencié ? Il nous semble que la croissance européenne sera durablement contrainte.  Seuls certains secteurs bénéficiant d’une croissance structurelle dans les marchés émergents et/ou les pays développés pourront tirer leur épingle du jeu. Sur ces secteurs, seules les sociétés ayant développé un leadership mondial, protégé par de très fortes barrières à l’entrée pourront lutter contre la concurrence et créer de la valeur pour leurs actionnaires.

Prenons l’exemple de la production de protéines de plasma. La société espagnole GRIFOLS opère sur un marché mondial oligopolistique et vient tout récemment de racheter le numéro 2 aux USA. Les débouchés pour cette activité sont nombreux et portés par une demande mondiale estimée en croissance de 5 à 7% par an.

Du côté de l’énergie, alors que les Majors ont toutes les peines du monde à renouveler leurs réserves et à faire croître leur production tout en maintenant le niveau de leur dividende, certaines sociétés indépendantes spécialisées dans l’exploration et la production disposent de positions solides dans des bassins prospectifs. La société OPHIR, par exemple, « pure player » sur l’offshore africain, a d’ores et déjà annoncé des découvertes majeures depuis son introduction en bourse en 2011.

Dans l’industrie enfin, des thèmes très porteurs comme les besoins en infrastructure, la mondialisation des échanges, l’automatisation et l’efficacité énergétique offrent des opportunités historiques à certains leaders européens. La société NORMA en est une bonne illustration. Fournisseur privilégié des grands constructeurs automobiles allemands en matière de serre-joints et connecteurs, NORMA ouvre son portefeuille à d’autres constructeurs mondiaux et élargit sa gamme à d’autres débouchés comme la marine, l’aviation et le ferroviaire où les normes environnementales sont de plus en plus strictes. Sa croissance à moyen terme devrait avoisiner 8% par an.

En conclusion, il s’agit de sélectionner en Europe des sociétés bénéficiant d’une croissance durable, et dotées d’avantages compétitifs très forts. Il faut, de plus, ne pas surpayer ces valeurs, et diversifier ses choix au sein d’un portefeuille. C’est ce que propose Fourpoints Euro Global Leaders

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation