Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les pays de la zone euro ont rétabli leurs balances courantes

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Selon Deutsche AM, la stabilité de la zone euro n’est plus un sujet d’inquiétude pour les marchés.

A juste titre ? 

Peu de médias ont abordé récemment le sujet de la stabilité de la zone euro. Est-ce le signe que nous sommes dans une période de calme avant la tempête, ou bien cela signifie-t-il que la zone dotée de la monnaie unique a gagné en stabilité ?
Nombreux sont ceux qui se réfèrent à la tempête qui a déferlé aussi bien sur les économies du Vieux continent que sur les marchés financiers plus tôt dans la décennie, tempête marquée par la crise des dettes souveraines. Il s’agissait d’une crise, assurément, mais on peut douter sur le fait que la dette souveraine était vraiment au cœur du problème. En se référant aux statistiques du FMI, on observe que l’Irlande avait un ratio dette/PIB de 24% avant la crise, 39% dans le cas de l’Espagne, et 69% pour le Portugal, tandis que la Belgique culminait à 91%. Au regard de ces chiffres, on aurait pu croire que ce dernier pays était aussi le plus risqué de la zone euro. Mais c’est en fait l’Irlande qui a été le deuxième pays, après la Grèce, à devoir être renfloué. Par conséquent, l’indicateur des niveaux de dette publique ne s’est pas avéré être pertinent pour identifier les pays vulnérables.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Les soldes des comptes courants ont été bien plus éclairants.

Celui de l’Irlande était négatif (à plus de 5% du PIB), celui de l’Espagne était proche de -10%, celui du Portugal à -11%, et la Grèce affichait un solde de son compte courant à -15%. En revanche, la Belgique enregistrait un excédent (légèrement en dessous de 2% du PIB). Ainsi, il en ressort que la crise de la zone euro était bien plus une affaire de solde de la balance courante que de niveau des dettes souveraines. 
Où en sont, aujourd’hui, les pays périphériques européens en la matière?
- L’Espagne, qui affichait un déficit de sa balance courante à plus de 110 Mds€ par an avant la crise, enregistre maintenant un excédent d’environ 20 Mds€.
- Le Portugal a également réussi à remettre en bon ordre sa balance courante.
L’Italie également est parvenue à générer un excédent de plus de 45 Mds€.

Par conséquent, nous en conclurons que la zone euro a en effet réussi à stabiliser sa situation financière. Pour encore longtemps ? Continuons de regarder attentivement les balances des comptes courants.

https://funds.deutscheam.com

   

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...