Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Point de vue] Actions émergentes : priorité à la « diversification pays »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Mathieu Nègre, responsable actions marchés émergents chez UBP

Les actions émergentes ont commencé à rattraper leur retard mais n’ont effectué qu’une partie du chemin. La diversification au niveau géographique reste un élément clé pour appréhender cette zone d’investissement.

Malmenées au cours des dernières années, les actions émergentes sont revenues dans l’orbite des investisseurs internationaux. Si le rebond s’est amorcé dès janvier 2016, le chemin effectué ne représente qu’une petite partie de la sous-performance enregistrée. Les valorisations n’atteignent pas des niveaux excessifs malgré la hausse de 30% du MSCI EM depuis le début de l’année (chiffres arrêtés le 22 septembre), soit le double de la performance enregistrée sur le MSCI World sur la même période.

Dans l’univers des actions émergentes, les grandes capitalisations offrent des performances supérieures aux petites et moyennes valeurs. Un phénomène constaté aussi sur le marché américain à travers le parcours boursier exceptionnel des FANG, le nouvel acronyme à la mode à Wall Street désignant respectivement Facebook, Amazon, Netflix et Google. Aucun sigle ne désigne l’équivalent des « méga-caps » émergentes mais cinq valeurs  se détachent nettement : le spécialiste chinois des services internet et mobiles Tencent, le Coréen Samsung Electronics, le Chinois Alibaba, le spécialiste taïwanais des semi-conducteurs TSMC et le groupe de presse sud-africain Naspers. La performance boursière de ce « Top 5 » représente cette année le double de la moyenne historique de la performance des « méga caps » émergentes. Ainsi, le phénomène de concentration de la performance observée sur les grandes valeurs technologiques américaines s’est reproduit sur les grandes valeurs émergentes, qui profitent également de l’excellente année réalisée par le secteur de l’internet et des semi-conducteurs.


La valorisation des titres « Value » à des niveaux extrêmement bas

La place prépondérante prise par la Chine dans l’indice MSCI EM mérite une vigilance particulière. Si les actions chinoises cotées à l’étranger ont tiré l’indice vers le haut, les actions domestiques chinoises ont sous-performé l’indice. L’intégration des actions A (actions libellées en yuans et largement réservées aux investisseurs chinois résidents jusqu’à récemment) est en marche et aboutirait à déséquilibrer l’indice MSCI EM. Le calendrier final reste flou mais les investisseurs doivent avoir à l’esprit cette modification de l’indice au cours des prochaines années. Par ailleurs, les actions chinoises ont profité du stimulus budgétaire et son effet va aller en diminuant, alors que le gouvernement chinois s’est engagé à accentuer le contrôle du crédit. Dans ce contexte, les investisseurs doivent accentuer leur « diversification pays » afin de mieux maîtriser le risque.

Par ailleurs,  nous continuons de privilégier la gestion de style « Value » sur la durée. La faible performance des actions « Value » conduit à retrouver des niveaux de valorisation relative extrêmement bas au sein des marchés émergents, similaires à ceux observés en 2001 et 2008. La remontée des taux et la correction des valeurs technologiques pourraient déclencher le signal du rebond. Parmi les segments de marché les plus attractifs, outre le style « Value », les investisseurs pourront également accentuer leur exposition sur les midcaps, les pays de l’ASEAN, la Russie et certains producteurs de matières premières qui sont restés en retrait lors du rally actuel.

www.ubp.com/fr

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...