Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les marchés émergents renouent avec leur rythme de croissance de 2014, antérieur au choc pétrolier

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Dans leur ensemble, les marchés émergents ont été directement confrontés à la baisse des prix des matières premières qui, à partir de mi-2014, a causé l’inflexion de la croissance économique dans ces pays.

Selon Claudia Bernasconi, Economiste spécialiste des marchés émergents chez Swiss Life AM, ces économies sortent de ce cycle de ralentissement et la croissance s’oriente de façon très progressive vers ses niveaux antérieurs au choc pétrolier baissier. Les traditionnels ‘BRICS’ viennent d’ailleurs de sortir de récession.

Le taux de croissance réelle du PIB des pays émergents avoisine aujourd’hui 5%, un niveau supérieur à celui des marchés développés, attestant du rôle clé joué par les pays du Sud pour l’activité économique mondiale. « Nous anticipons néanmoins une forme de plateau pour la croissance des émergents, la marge pour une accélération économique future étant limitée », précise-t-elle.


La Chine, locomotive d’une globalisation Sud-Sud

Pour Jean-Joseph Boillot, Conseiller économique du club CEPII (Centre d’Etudes Prospectives et d’Informations Internationales), la Chine est sortie de son super-cycle de croissance qui s’est étendu de 1980 à 2010. « Nous observons une transition vers un nouveau régime de croissance Sud-Sud : la Chine n’a plus besoin de pays émergents exclusivement importateurs de matières premières basiques, mais d’émergents qui ont une croissance endogène, des marchés dans lesquels elle peut investir des capitaux et vers lesquels elle peut exporter des biens infrastructurels et d’équipement ». La Chine a la nécessité de s’appuyer sur les économies émergentes pour s’assurer une croissance durable, dans la mesure où ses capacités de production, hors normes, ne peuvent pas être absorbées par son marché domestique national.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Les marchés émergents mieux armés pour faire face au resserrement monétaire de la Fed

Le redressement économique des derniers trimestres a été mécaniquement plus marqué chez les pays exportateurs de matières premières. « De façon assez cyclique, les pays exportateurs ont tiré la croissance des émergents ces derniers mois, au gré de la stabilisation des prix pétroliers », analyse Claudia Bernasconi. Plus globalement une réduction des déséquilibres macroéconomiques est observée dans l’ensemble des pays en développement.
D’une part, les déficits courants ont reculé depuis 2013, en particulier dans les pays dont la situation budgétaire était fragile, comme l’Indonésie, le Brésil, l’Afrique du Sud ou la Turquie.
D’autre part, les taux d’inflation qui étaient excessifs dans certaines économies ont fortement diminué. « Le taux d’inflation global des marchés émergents a atteint un point bas record mi-2017, ce qui a permis d’impulser un important cycle d’assouplissement monétaire », constate Claudia Bernasconi.

Dans ces conditions, les marchés émergents sont aujourd’hui mieux armés pour s’accommoder de la hausse des taux d’intérêt aux Etats-Unis, d’autant que le resserrement monétaire de la Fed restera très graduel. « Nous anticipons en effet une hausse des taux de la Fed en décembre, puis trois en 2018. La hausse des taux longs obligataires sera progressive et les économies émergentes sont assez robustes pour ne pas en être pénalisées », indique-t-elle. La poursuite de la correction des déséquilibres budgétaires reste néanmoins nécessaire au sein des pays émergents, le déficit public demeurant par exemple encore important au Brésil, en Inde et en Colombie.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Favoriser les obligations Investment-Grade de courte duration et libellées en devises fortes

En termes de stratégie d’investissement, l’équipe de Swiss Life AM continue de privilégier les obligations d’entreprises de catégorie Investment-Grade et libellées en devises fortes. « Sur les marchés obligataires émergents, ce segment a été le plus dynamique au cours des dernières années et présente plusieurs atouts. L’Investment-Grade en devises fortes offre une meilleure diversification et un risque de taux plus faible, en comparaison aux obligations souveraines émergentes », explique Rishabh Tiwari, Gérant du fonds Swiss Life Funds (LUX) - Bond Emerging Markets Corporates. De plus, la majorité des émetteurs de cet univers sont de grandes entreprises soumises aux lois internationales, contrairement aux émetteurs en devises locales.

Enfin, les titres de courte duration ont la préférence de l’équipe de gestion, pour la résistance qu’ils procurent au portefeuille en cas de hausse des taux d’intérêt. « Les durations courtes issues de l’Investment-Grade émergent sont attrayantes, avec en moyenne un rendement à maturité (yield to maturity) de 2,5%. Leur volatilité est plus faible, tandis que les drawdowns observés sur ces titres pendant les séquences de correction des marchés sont moins importants, en raison de risque de crédit et de risque de taux relativement bas », résume Rishabh Tiwari.

www.swisslife-am.com

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...