Connexion
/ Inscription
Mon espace

La prise de conscience des marchés obligataires

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Paul Flood, Gérant de Portefeuille Multi-Asset chez Newton IM (BNY Mellon IM), dresse un état des lieux de l'économie et des marchés financiers aux États-Unis en vue de la publication des chiffres officiels du PIB américain ce vendredi.

Alors que le président Trump sollicite les Républicains du Sénat sur l’identité du prochain président de la Fed et que le professeur de l’Université de Stanford John Taylor semble être en bonne voie pour se voir attribuer le poste, ce contexte devrait soutenir deux tendances que nous observons déjà sur les marchés : le raffermissement du dollar américain et un mouvement de vente sur les marchés obligataires, dans la mesure où Taylor est partisan d’une remontée des taux d’intérêt et de la sortie de la politique monétaire non-conventionnelle.

Les marchés prennent conscience du fait qu’il n’y a plus d’acheteur « contraint » sur le marché obligataire, bien au contraire. Alors qu'ils ne vendent pas en bloc leurs obligations en portefeuille, la Fed ne réinvestit pas dans des titres arrivant à échéance, toutefois l’effet est le même : il y a désormais un vendeur « contraint » sur le marché.Le Trésor va devoir trouver un nouvel acteur pour remplacer un acheteur qui était totalement indifférent aux prix des actifs, pour un montant qui totalisera in fine 50 Mds$ par mois et les marchés obligataires ouvrent les yeux sur cette nouvelle réalité. Les données économiques sont robustes, les indices PMI en Europe et aux Etats-Unis ont dépassé les attentes du marché et l’inflation reprend progressivement : les marchés obligataires ont continué à subir des ventes, et le plafond de rendement de 2,4% sur l’obligation américaine à 10 ans a été atteint il y a peu. Les investisseurs se sont généralement positionnés sur les actions au moment des mouvements de vente coordonnés, mais nous n’avons pas l’impression que les obligations soient une classe d’actifs que les investisseurs ont intérêt à acheter pendant des replis comme celui-ci, étant donné les attentes d’un resserrement monétaire mondial.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

La saison des résultats démarre, et les premières annonces des sociétés américaines de qualité dites « blue-chip » sont prometteuses, ce qui provoque un effet d’entraînement sur les valeurs boursières de la première économie du monde. L’indice DJ Industrial frôle toujours de nouveaux sommets, ce qui contribue à l’appréciation du dollar. Si les résultats continuent à dépasser les attentes, les rendements du marché américain pourraient même atteindre les 20% cette année. Le marché suivra de près les commandes de biens durables aux États-Unis pour voir si les données économiques demeurent solides, de même que les ventes de maisons neuves pour le mois de septembre, attendues en baisse suite aux récents ouragans.

Egalement, le marché continuera à se concentrer sur tous les signes d’avancement de la réforme fiscale américaine. Si ce projet politique mène à un assouplissement du déficit budgétaire, alimentant ainsi les pressions inflationnistes, cela serait alors favorable aux actions tout en portant préjudice aux obligations. Avec la publication des chiffres du PIB américain attendue vendredi, des indicateurs positifs pourraient recentrer l’attention des marchés sur la trajectoire de la politique de la Fed, la dynamique budgétaire à venir, la stabilisation de la croissance économique et le resserrement monétaire mondial, ce qui maintiendrait les pressions à la hausse sur les rendements obligataires américains jusqu’en 2018.

Le sentiment des marchés boursiers reste positif compte tenu de l’actualité : bonne tenue des indicateurs économiques, baisses des impôts, et un début en fanfare de la saison des résultats. Cela tire aussi les prix des métaux industriels vers le haut sur les marchés des matières premières.
La seule classe d'actifs qui n’a visiblement pas anticipé un rebond de la croissance est le marché obligataire, mais une prise de conscience semble être en marche !

www.bnymellonim.com/fr/


 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...