Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le point sur le crédit corporate

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Tour d’horizon du marché des obligations d'entreprises - Etats-Unis, Europe et marchés émergents  - par Muzinich & Co., spécialiste du crédit corporate.


États-Unis

Le marché obligataire américain a signé une performance positive ce mois-ci, grâce notamment au segment investment grade et aux bons du Trésor américains. De son côté, le segment high yield a signé une performance aussi positive, mais équivalente au montant des coupons. Tandis que les indices VIX (indice de volatilité) et Dow Jones ont battu respectivement des records à la baisse et à la hausse, les obligations d’entreprises continuent de générer des performances stables, correspondant au carry. Dans l’ensemble, les statistiques économiques ont été bien orientées en dépit du contexte géopolitique agité.
De notre point de vue, l’interprétation des chiffres du 3ème trimestre sera plus délicate compte tenu de l’impact des ouragans. Nous anticipons toutefois une amélioration des statistiques économiques au 4ème trimestre, du fait de l’accroissement des dépenses liées aux réparations des dégâts causés par ces catastrophes. Les flux de capitaux ont été globalement positifs, et nous avons pu observer quelques nouvelles émissions. Ces dernières devraient ralentir alors que les entreprises entrent dans une période plus calme propre à la saison des annonces de résultats. Donald Trump devrait officialiser son choix pour la nomination du président de la Réserve fédérale (Fed) dans les jours qui viennent. Le marché serait sans doute plus favorable à une reconduction de Janet Yellen, mais Donald Trump subit des pressions de la part de ses soutiens pour nommer un candidat plus conservateur.
C’est en décembre que la Fed pourrait procéder à son prochain relèvement de taux. Bien qu’elle ait laissé entendre qu’une hausse était envisageable, celle-ci dépendra aussi des dépenses liées à la consommation des ménages (Personal Consumption Expenditure ou PCE). Pour l’instant, l’indice PCE s’établit à 1,4% et reste inférieur à l’objectif de 2%.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Europe 

Les obligations d’entreprises européennes se sont inscrites en hausse, avec les segments high yield et investment grade qui ont signé des performances similaires. Il n’est guère surprenant que les marchés du crédit aient fortement progressé durant le mois compte tenu de la bonne orientation des facteurs techniques et des fondamentaux. Ils confirment ainsi la tendance observée depuis le début de l’année.
Les nouvelles émissions obligataires se sont succédé à intervalles réguliers début octobre, sans pour autant égaler les volumes du mois de septembre. Les investisseurs sont généralement confiants, ce qui permet à des émetteurs moins bien notés de procéder à des émissions. La BCE se réunit à nouveau fin octobre, et nous sommes dans l’attente de connaître les détails de sa décision au sujet du «tapering». Même si elle décide de réduire les futurs volumes d’achat de son programme d’assouplissement quantitatif, la BCE devra néanmoins réinvestir chaque mois le produit des obligations arrivées à échéance ainsi que les coupons reçus. De ce fait, toute annonce de réduction faite en termes bruts sera inférieure en valeur nette après avoir pris en compte les montants réinvestis.

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Marchés émergents

Les obligations d’entreprises émergentes ont signé des performances positives sur la période, au cours de laquelle le segment high yield a surperformé le segment investment grade. La quasi-totalité des secteurs (à l’exception des biens de consommation) et des pays (à l’exception du Qatar et d’Israël) se sont inscrits en hausse. La régularité de ces solides performances est essentiellement le résultat de la recherche continue de rendement et des facteurs techniques (afflux de capitaux), et elle se justifie par le contexte géopolitique agité (guerre des visas entre les États-Unis et la Turquie, Kurdistan - Turquie, ALENA).
En Asie, l’offre en provenance de Chine a repris après la fête nationale, les émetteurs habituels autant que les primo-émetteurs ayant exploité le marché off-shore. Le marché a suivi avec attention le 19ème Congrès national du Parti communiste chinois qui s'est déroulé le 18 octobre, et nous nous attendons à ce que la Chine procède à une émission souveraine à l’issue de ce congrès. L’activité sur les marchés obligataires asiatiques est restée relativement calme en-dehors des frontières chinoises. Nous avons également observé des émissions obligataires en Amérique latine, de la part d’émetteurs habituels comme de primo-émetteurs.
Le Mexique a reculé en termes relatifs du fait à la fois des points de blocage avec les États-Unis et le Canada au sujet du de l'Accord de libre-échange nord-américaine (ALENA) et des questions de politique intérieure, puisque le candidat de l’opposition à l’élection présidentielle est en train de gagner du terrain. Le Moyen-Orient a sous-performé en valeur relative, essentiellement du fait des nouvelles émissions souveraines de grande ampleur de la part d’Abu Dhabi et de l’Arabie Saoudite que le marché a dû intégrer. Du point de vue de l’offre, les flux de capitaux vers les fonds dédiés aux marchés émergents sont restés positifs.

www.muzinich.com/

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...