"Les vents ne sauraient être favorables à celui qui ne sait où il va" - Sénèque
"Les vents ne sauraient être favorables à celui qui ne sait où il va" - Sénèque

[Tribune] Banques et assurances réinventent le parcours client

partager cet article sur vos réseaux sociaux favoris
partager cet article sur vos réseaux sociaux favoris

Nouvelles contraintes réglementaires, arrivée fracassante des fintech, clientèle plus volatile… banquiers et assureurs vivent une véritable révolution.

Par Monique Cohen*, Directeur Associé d’Apax Partners et spécialiste des services financiers


Sous la pression des fintech

Banquiers et assureurs font face à des concurrents d’un genre nouveau : les fintech. Ces acteurs agiles, capables en quelques dizaines de mois d’engranger des centaines de milliers d’utilisateurs, transforment les comportements des clients et réinventent certains métiers de la banque et de l’assurance. Le secteur du paiement, le rôle basique du banquier, est aujourd’hui soumis à une forte pression des fintech. Que ce soit en facilitant les règlements sur différents supports (mobiles, web) ou les paiements affinitaires (transferts et remboursements d’argent), les nouveaux acteurs ont bel et bien transformé les codes du secteur. Conséquence ? Des populations entières ne vont plus dans leur banque. Le relationnel client/banquier a beaucoup changé.

Seconde transformation structurante du secteur : les changements réglementaires. Depuis l’adoption par le Parlement Européen de la nouvelle Directive sur les services de paiement, les banques ne sont en effet plus les propriétaires exclusifs des données de leurs clients. Google ou les fintech peuvent avoir accès aux comptes des clients qui en font la demande, par exemple pour utiliser une application qui va les aider à gérer leur budget. Cette mesure a un double impact pour les banquiers. Tout d’abord, la nécessité d’anticiper de nouveaux risques liés à la cybercriminalité. Ensuite, un risque de plus forte volatilité de leur clientèle, qui peut désormais changer de banque plus aisément. C’est une tendance réglementaire que l’on observe aussi dans l’assurance, avec différentes lois (Hamon, Sapin, Macron) qui permettent aux clients de renégocier leur crédit ou de changer plus facilement d’assureur. Banques et assurances doivent ainsi intégrer ces changements structurels et revoir leur modèle en profondeur.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

+23 % en 6 mois pour une de nos sélections de fonds.

Découvrez la ! 18€ l'abonnement de 6 mois (offre limitée juillet 2017)

Gratuit ou payant, choisissez votre abonnement

 

Intégrer ces start-ups

Pour tirer rapidement profit des nouveaux usages et capter une clientèle plus jeune, banques et assurances misent sur l’innovation et n’hésitent pas à acquérir des fintech. Crédit Mutuel Arkéa a ainsi récemment pris 80% du capital de la start-up Pumpkin, une application de paiement affinitaire. BNP Paribas a choisi Compte-Nickel et ses 500 000 ouvertures de comptes pour doper son acquisition de clients et son réseau de distribution. L’acquisition de clients est aujourd’hui une véritable obsession pour les banquiers. Investir dans des start-ups permet également aux acteurs établis de mieux « coller aux attentes des clients » en allant chercher sur chaque segment le produit ou le service le plus performant. Le juste prix d’une fintech ? Il dépend de la vision du potentiel de croissance de l’entreprise et de sa rareté.

Si les partenariats entre les grands groupes et les start-ups se sont focalisés sur le parcours client, d’autres métiers cœurs de la banque se trouveront bientôt impactés à grande échelle. Des start-ups comme WorkFusion conduisent à revoir le fonctionnement du back-office des entreprises grâce au machine learning (qui permet à des robots d’effectuer toutes les tâches répétitives).

__ ________________

Directeur Associé d’Apax Partners depuis 2000, Monique Cohen est responsable des investissements dans le secteur des Services et supervise également l’activité Business Development. Elle a débuté sa carrière chez Paribas où elle a été responsable Equity Capital Market puis Senior Banker. Chez BNP Paribas, elle occupait la fonction de Global Head of Equity. Diplômée de l’école Polytechnique, Administrateur des groupes Safran et BNP Paribas et membre des conseils de surveillance de JC Decaux et d’Hermès, Monique Cohen a été membre du collège de l’AMF de 2011 à 2014.

http://www.apax.fr/

 

 

4 flux d'infos

dédiés aux professionnels

 

Gestion de Patrimoine
Financement de l'entreprise
Gestion institutionnelle et professionnelle
Immobilier


Actualités en relation

Mentions légales et conditions générales d’utilisation     Presse     Contact     RSS     Création du site : Frédéric Pocachard