Connexion
/ Inscription
Mon espace

MBS : Taille, profondeur et liquidité

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 En plus d'une volatilité assez faible et de rendements stables, les revenus des Mortgage-Backed Securities battent ceux des autres titres obligataires de moyenne ou bonne qualité sur longue période. Depuis qu'il a été touché de plein fouet par la crise financière, le marché s'est profondément réformé ; ceux qui recherchent une stratégie obligataire internationale réellement diversifiée devraient se pencher sur ces offres revisitées.

Tom Mansley et Garry Singleterry, Directeurs Investissements chez GAM, gestionnaire de fortune, reviennent sur les raisons qui devraient pousser les investisseurs à saisir une telle opportunité


Que sont les MBS?

Un MBS (mortage-backed security) est un instrument adossé à un ensemble de créances hypothécaires, grâce auquel l'investisseur perçoit les flux financiers associés à ces créances sous-jacentes. Ils sont faiblement corrélés aussi bien aux actions qu'aux obligations traditionnelles. A l'heure actuelle, la majorité des titres sur le marché sont des "Agency MBS", c’est-à-dire qu'ils sont garantis ou détenus par le gouvernement des Etats-Unis ou par ses agences (Freddie Mac et Fannie Mae). Les MBS non détenus ou garantis par des agences (non-Agency MBS) sont émis par des entités privées, comme les banques. Ces titres ne bénéficient pas d'une garantie gouvernementale et offrent donc un rendement supérieur avec un risque de défaut plus important.


Comment le marché a-t-il évolué depuis 2007?

- Les critères d'octroi de prêts ont été franchement durcis et sont rigoureusement encadrés.
- Les emprunteurs doivent dorénavant avoir un historique de crédit plus conséquent pour que leur prêt soit accepté, avec des critères d'éligibilité stricts.
- Le financement hypothécaire à 100% n'existe plus : les emprunteurs doivent avoir un apport conséquent.
- Les agences de notation de crédit intègrent maintenant un plus large spectre de scenarios de baisse dans le processus d'établissement des notations des MBS.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

D'un point de vue fondamental, le marché immobilier américain est bien plus robuste qu'il ne l'était avant la crise. Selon des chiffres de CoreLogic, au 31 décembre 2016, un million de crédits hypothécaires, soit 2,6% de l'ensemble des logements hypothéqués, étaient vraiment en souffrance (soit un dépassement de plus de 90 jours de l'échéance de remboursement). Ceci est à mettre en comparaison du pic atteint en janvier 2010 de 3,7 millions de crédits hypothécaires en souffrance. Les analystes estimaient que la hausse des prix de l'immobilier résidentiel avait permis à 62 000 logements de revenir en valeur nette positive (c’est-à-dire que leur valeur est supérieure au remboursement du capital et des intérêts) au 4ème trimestre 2016, laissant seulement 3,2 millions de logements, soit 6,2% des habitations hypothéquées, avec une valeur nette négative à fin 2016. Toujours selon CoreLogic, le nombre de procédures de saisies au niveau national ne concernait qu'environ 329 000 biens immobiliers hypothéqués, en décembre 2016, soit une baisse de 30% par rapport à l'année précédente


Pourquoi maintenant ?

Etant donné les avantages avérés de cette classe d'actifs en matière de rendements, de préservation du capital et de diversification, il nous semble que la laisser de côté reviendrait à passer à côté d'opportunités très intéressantes. Les élections américaines et l'investiture de Donald Trump ont généré une certaine incertitude sur les perspectives du marché hypothécaire américain. Avec les deux chambres du pouvoir législatif aux mains des Républicains, la probabilité que le gouvernement fédéral réduise son influence sur les marchés immobilier et hypothécaire est plus élevée. Si des changements législatifs étaient adoptés en 2017 par le nouveau gouvernement, ils auraient probablement pour objectif d'essayer d'établir un marché plus important et plus efficient de titres non-Agency - avec encore plus d'opportunités d'investissement.

https://www.gam.com/en/global/


 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...