Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Politiques monétaires : pas de surprises majeures en vue »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Mabrouk Chetouane, responsable de la Recherche et de la Stratégie chez BFT Investment Managers

Pas de grandes surprises lors des différentes annonces de la BCE et de la Fed le mois dernier. Outre-Atlantique, la hausse attendue de 25 points de base des taux directeurs est en phase avec les projections. Côté européen, la BCE a indiqué ne pas envisager de baisse supplémentaire de ses taux. Si les États-Unis amorcent une sortie graduelle de leur politique monétaire ultra accommodante, la BCE maintient quant à elle sa politique de soutien à l’économie. Elle poursuit son programme d’achats d’obligations publiques et privées pour un montant total de 60 Mds€ par mois. Elle a aussi clairement laissé entendre qu’une hausse des taux européens n’interviendra que « bien après » la fin de ce programme lancé début 2015.


Comment sortir de ces politiques monétaires accommodantes ?

Outre-Atlantique, la question du timing de la 3e hausse de taux est au centre des interrogations : Si la Fed souhaite communiquer davantage sur un modus operandi autour de la diminution de son bilan, elle devrait le faire en septembre et augmentera ensuite, une dernière fois, ses taux de 25 centimes en décembre prochain. Cette échéance de janvier 2018 n’est pas anodine : elle correspond à la date anniversaire des 10 ans de la mise en œuvre de son plan d’assouplissement quantitatif (Quantitative Easing) via l’achat de titres hypothécaires (MBS) et de dette publique. S’amorceront à cette date d’importants remboursements de titres obligataires qu’elle a contractés il y a 10 ans.

La Fed devrait opter pour une approche séquentielle et très graduelle afin de ne pas brusquer les marchés. En premier lieu, le montant du non-réinvestissement des tombées obligataires ne devrait pas excéder 10 Mds$ par mois, pour un bilan dont la taille avoisine 4 200 Mds$. Et elle se laisse la possibilité de modifier de manière discrétionnaire ce montant en fonction de la réaction des marchés obligataires. Mais la banque centrale a rappelé, à plusieurs reprises, que son principal outil de politique monétaire restait le taux des fonds fédéraux. L’ajustement de la taille du bilan ne constitue dès lors qu’un instrument de second rang. La Fed parvient donc à maintenir des conditions financières toujours accommodantes limitant in fine la pression sur les taux longs.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Un autre élément du calendrier pourrait venir influencer ce retrait progressif de la Fed : le mandat de Janet Yellen arrive en effet à son terme au 1er trimestre 2018. La nomination d’un nouveau gouverneur pourrait venir modifier la conduite de la politique monétaire de l’institution dans le sens d’une orientation plus « hawkish » ("agressive") telle que souhaitée par Donald Trump. Mais, selon nous, une hausse plus rapide des taux est risquée, et pourrait même venir contrecarrer les plans de Donald Trump en matière de politique budgétaire.


Les annonces de la BCE n’ont pas plus surpris que celles de la Fed

La BCE devrait également rester pragmatique. Plusieurs éléments entrent en ligne de compte : d’une part Francfort a révisé à la baisse sa projection d’inflation pour 2018 dans un contexte où l’activité économique continue de croître à un rythme supérieur à celui du potentiel. La reprise de l’inflation restera très graduelle et la croissance des prix en zone euro ne devrait pas rejoindre la cible de la BCE avant plusieurs trimestres. Toutefois, la BCE devrait commencer à préparer les esprits à un ajustement de son action avant que la cible d’inflation ne soit atteinte ; autrement dit dès le mois de septembre prochain. D’autre part, la tenue d’élections en Italie, attendue pour le premier trimestre de l’année 2018, pourrait conduire la BCE à différer la mise en œuvre de son « tapering » à une date ultérieure à cette échéance politique. En supposant que la BCE utilise toute l’année 2018 afin de mettre un terme à son programme d’achat, la remontée du taux de facilité de dépôt n’interviendra qu’à l’horizon du premier semestre 2019.

Sur la question de la méthode, l’institution de Francfort ne fera pas preuve de dogmatisme. Au cours des trois derniers mois, la BCE a nettement augmenté ses achats de titres de dettes publiques françaises et italiennes tout en réduisant son action sur le marché Allemand et abandonnant la clé de répartition qui prévalait jusqu’alors. De la même manière, la BCE n’a que partialement réduit son effort en matière d’achat de titres de dettes d’entreprises. À l’instar de la Fed, la BCE se laisse donc les mains libres pour pouvoir intervenir de manière discrétionnaire sur un marché plus qu’un autre en fonction de la conjoncture économique et financière.

https://www.bft-im.fr


     

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...