Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le Tango des marchés : deux pas en avant, un pas en arrière

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Eric Lefèvre-Pontalis, Responsable de la Gestion de la banque privée Degroof Petercam.

La sortie favorable du cycle politique qui menait l’évolution des marchés depuis le début de l’année a redonné une forte visibilité aux investisseurs. En France tout d’abord, l’élection d’Emmanuel Macron a évacué le risque de l’arrivée des partis populistes au pouvoir. Ailleurs en Europe, le risque d’élections anticipées en Italie se réduit après la perte d’influence sur le terrain du mouvement cinq étoiles. Le parti de la chancelière allemande a remporté des élections locales qui semblent garantir sa réélection. Ainsi, un couple franco-allemand plus fort renforce les chances d’unités en Zone Euro. Aux Etats-Unis, bien que Donald Trump rencontre des difficultés à appliquer son programme tant au niveau fiscal que des dépenses publiques, l’éloignement de la possible procédure d’« impeachement » qui fragilisait son leadership atténue le risque de crise politique.

Pendant ce temps, bien que largement ignorée par les marchés, l’économie mondiale a accéléré au-delà de la plupart des attentes. Dans l’ensemble des régions du monde (mis à part l’Amérique latine), les enquêtes de conjoncture montrent des signes encourageants à l’image des publications des résultats des entreprises au 1er trimestre. Peu dynamique depuis mi-2014, l’activité des sociétés s’est nettement reprise en début d’année. La hausse des CA s’échelonne de +4% à plus de 10% en fonction des pays. Portés par ce regain d’activité, les résultats ont connu des croissances à deux chiffres sur l’ensemble des régions.

S’agissant de l’Europe, les résultats sont encore plus encourageants avec une croissance de 23% au premier trimestre 2017. Le solde net de bonnes surprises en matière de résultat est au plus haut depuis 2010. Au plan sectoriel, on notera que ce phénomène n’est pas isolé mais s’est opéré sur un front très large sur l’ensemble des secteurs confirmant une reprise généralisée. Ce rebond des résultats des sociétés européennes et de la zone euro en particuliers recèle encore des marges de rattrapage considérables. Ce rebond ne saurait effacer le retard accumulé au cours des dix années précédentes par rapports aux sociétés américaines. Ainsi, de 2007 à 2016, les bénéfices par action ont baissé de 45% en Europe et jusqu’à 50% en zone Euro, alors que dans le même temps, ceux du Standard and Poor 500 ont bondi de près de 30%.

Actuellement, malgré ces bonnes nouvelles, les marchés ne suivent pas l’optimisme politico et macro-économique. La faiblesse de l’inflation, liée à la baisse des prix du pétrole, et l’incertitude autour de la politique économique américaine ont conduit les investisseurs à faire un pas en arrière et a déprimé les marchés de taux. Le marché obligataire n’intègre désormais quasiment plus d’augmentation des taux directeurs aux Etats-Unis dans les 18 prochains mois.

Le marché sous-estime la force de cette reprise et ce repli doit être mis à profit pour compléter les investissements en actifs risqués en privilégiant la zone euro.

https://www.degroofpetercam.com/index



 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...