Connexion
/ Inscription
Mon espace

Quand la géostratégie dicte sa loi aux marchés financiers

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Daniel Gerino, Président et Directeur de la gestion de Carlton Sélection

L’incertitude sous toutes ses formes est le pire ennemi des marchés financiers. Une mauvaise nouvelle est parfois mieux « digérée » que son risque potentiel présumé. Les bonnes perspectives économiques couplées aux résultats encourageants des sociétés ont masqué les grandes manœuvres géostratégiques qui bousculent actuellement la planète.

Mais est-il raisonnable de fermer les yeux sur les bouleversements en cours ? Comment adapter son allocation d’actifs ?

En premier lieu, nous ne croyons pas à la catastrophe que certains annoncent sur les Etats-Unis. La raison l’emportera car le pays cherche davantage le rééquilibrage des relations économiques avec ses partenaires qu’une politique mercantiliste dont ils seraient les premières victimes. Dans ses échanges internationaux, Donald Trump cherche à redonner espoir aux américains « déclassés » professionnellement dont le taux de suicide atteint des sommets rarement égalés. Cette phase doit permettre de rassurer une fraction de la population profondément inquiète et touchée par la mondialisation.

Certes, le taux de chômage atteint des points extrêmement bas mais le taux d’activité également, témoignant d’une réelle fragilité de la croissance. La panne de la consommation et des investissements constitue un sérieux handicap que l’économie américaine doit contrecarrer. Le dollar particulièrement fort au cours de ces dernières années a littéralement plombé la balance commerciale vis-à-vis de ses principaux partenaires. Un retour vers une parité de 1,15 $ pour 1 € nous semble très probable d’ici la fin de l’année 2017.


Vers un sérieux coup de frein de la croissance chinoise ?

La Chine souhaite à tout prix le maintien d’un niveau de croissance au-dessus de 6% quitte à utiliser le poison à dilution lente qu’est l’octroi débridé de crédit. Les agents économiques privés cumulent une dette représentant plus de 250% du PIB chinois. Cela n’est pas sans rappeler une certaine époque de crédit facile aux Etats-Unis… Sa position stratégique en Asie est claire, elle souhaite dominer l’Asie et a déjà obtenu l’assentiment de tous les pays de la zone en échange d’une protection à l’exception de la Corée du Sud.

Sur le plan économique, la Chine a très vite compris que son avenir passerait par des acquisitions de savoir-faire à l’extérieur de ses frontières mais également par une montée en gamme de ses produits. Les sociétés technologiques se multiplient. La question du rééquilibrage des relations commerciales avec les Etats-Unis nous semble centrale. Un retour vers des échanges plus en faveur des Etats-Unis pourrait donner un sérieux coup de frein à la croissance chinoise car la reprise par la consommation domestique, même si elle est une réalité aujourd’hui, n’est pas suffisante pour maintenir une progression du PIB au-delà de 6,50%.

La Russie marque son retour sur la scène internationale (Crimée, Ukraine, Syrie) mais qu’en est-il de son économie ? Force est de constater que l’économie n’est pas la question centrale pour le président russe dont le mandat arrive à expiration en 2018. Sa préoccupation est de redonner aux Russes le sentiment d’exister sur la scène internationale. Le rouble et le MICEX (indice boursier local) ont particulièrement bien performé en 2016 mais l’année en cours sème le doute. Les ressources issues du secteur énergétique avaient fortement progressé avec les cours du brut. Mais les accords conclus avec les pays de l’OPEP de limitation de la production de pétrole auxquels se sont associés Russes et Kazakhs risquent de coûter cher car des vents contraires soufflent à présent avec la dégradation du rouble et la baisse du brut… la double peine !

La vraie source d’inquiétude est au Moyen-Orient où les tensions entre l’Arabie Saoudite et l’Iran peuvent dégénérer. L’affrontement Sunnites-Chiites pourrait potentiellement déstabiliser plus encore la région sur fond de baisse des prix du baril et donc de difficultés budgétaires sérieuses. Un choc dans la région provoquerait une brusque remontée des cours de l’or noir malgré des stocks abondants.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Les thèmes de la technologie, des actifs émergents et des dettes bancaires restent attrayants

Ce monde en rééquilibrage conduit-il à repenser profondément son allocation d’actif ? Pas nécessairement, le monde semble prendre ses marques et hormis le Moyen-Orient, chaque grande économie a trouvé satisfaction dans ses velléités locales, y compris le Japon dont l’alliance avec l’Inde constitue un contre-pouvoir à l’hégémonie chinoise en Asie. Les vrais défis sont économiques. La formidable transformation du monde avec l’ouverture aux pays émergents bouscule l’ordre établi et pousse à la montée en gamme. Nous devons investir dans la technologie et dans les savoirs afin d’exister encore demain. Les acteurs des marchés financiers l’ont bien compris. La valorisation de bon nombre de sociétés de technologie de l’information a des parfums de bulles spéculatives, alors prudence dans son stock picking.

Par ailleurs, l’inflation n’est plus un thème d’investissement pour les mois à venir. La dette d’état est également à éviter car les flux en quête de taux sans risque peuvent s’inverser après l’allègement des programmes de Quantitative Easing. De leur côté, les actifs sur les dettes corporate et notamment bancaires restent de bonnes solutions de repli. L’or également, en assurance de portefeuille, ainsi que les actifs captant les primes de risque. En revanche, l’achat de volatilité est une fausse bonne idée car s’il est vrai que son niveau est extrêmement bas, sa configuration en contango réduit l’intérêt de cette classe d’actifs. Les actifs émergents (actions et obligations) peuvent prendre le relai des belles performances déjà acquises sur les marchés des économies avancées.

La réactivité mais aussi une recherche puis une observation attentive des indicateurs susceptibles d’apporter une information prédictive des marchés en devenir sont nécessaires pour assurer la génération de performances. La surveillance des risques géostratégiques est indispensable pour générer une performance régulière, sans draw-down.

http://www.carltonselection.fr/


Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...