Connexion
/ Inscription
Mon espace

Malgré le récent ralentissement économique, l’Asie demeure l’une des régions où la croissance est la plus forte.

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Dix raisons d’investir en Asie  par Mike Kerley, gérant du fonds Henderson Horizon Asian Dividend Income Fund. 

Le FMI prévoit une croissance de 5,9% pour 2013 en Asie, contre 1,5% pour les économies des pays développés. Les valorisations des actions sont attractives et les bilans des sociétés restent solides. Au fur et à mesure que les perspectives de croissance pour la région s’améliorent, les sociétés devraient être de plus en plus optimistes quant à leur avenir. Ceci, ajouté au surplus d’épargne des consommateurs en Asie, diamétralement opposé aux problèmes d’endettement auxquels le reste du monde est confronté, nous permet d’affirmer que le moment est idéal pour investir en Asie à moyen et long-terme.

Les dividendes revêtent une importance capitale en Asie. Les dividendes sont d’une importance capitale en Asie et ceci s’est une fois de plus vérifié au cours des dernières années lorsque, dans un environnement de croissance et de taux d’intérêts faibles, les dividendes ont joué un rôle déterminant dans la génération de rendements sur les marchés mondiaux.

Les valorisations restent attractives en Asie comparées à leurs niveaux historiques. Les économies continuent d’être soutenues par des fondamentaux solides, en témoignent les importants bénéfices générés par les entreprises. Les bénéfices ont augmenté mais le cours des actions n’a pas suivi et les valorisations des entreprises sont donc devenues attractives.

Des entreprises en bonne santé, peu endettées et disposant de flux de trésorerie disponible importants. Les années 90 ont été marquées par une croissance rapide en Asie mais pratiquement sans aucune génération de flux de trésorerie. Ceci a affecté la capacité des entreprises à payer des dividendes. Cette croissance a été en majeure partie alimentée par des niveaux de dette élevés et certains de ces investissements ont enregistré de faibles résultats, ce qui a conduit à la crise financière asiatique de 1997. Depuis, les entreprises ont agi de façon beaucoup plus rationnelle quant à leurs investissements et ont réduit le niveau de leurs dettes sur leurs bilans. Elles ont ainsi généré d’importantes liquidités depuis l’an 2000 et elles privilégient davantage la rémunération de leurs actionnaires.

Le taux de distribution des dividendes devrait augmenter. Les entreprises asiatiques sont généralement peu endettées, plusieurs d’entre elles disposent de liquidités importantes et leurs équipes dirigeantes ont effectué leurs dépenses en capital de façon rationnelle.

Les marchés asiatiques sont bon marché comparés aux bénéfices. La déconnection des dernières années entre la performance des marchés et les fondamentaux des sociétés n’est pas fréquente. Les marchés sont affectés par les événements internationaux, tels que la crise de la dette souveraine en Europe qui a conduit les investisseurs à vendre puis à acheter des titres asiatiques en fonction du flux d’informations. Le fait que le BPA reste supérieur à l’indice montre que les entreprises asiatiques se comportent bien. Ceci est la preuve, selon nous, qu’il existe une opportunité d’achat attractive.

Un revenu élevé attractif par rapport aux autres classes d’actifs. Les actions asiatiques offrent actuellement aux investisseurs un revenu légèrement supérieur à celui de la dette publique. Contrairement aux paiements obligataires à taux fixes, qui restent stables, les dividendes des entreprises pourront être plus importants en cas de hausse des bénéfices.

Des dividendes en hausse. De plus en plus d’entreprises payent des dividendes en Asie : dans les années 90 moins de 60% des entreprises cotées de la région Asie hors Japon payaient des dividendes, contre plus de 80% en 2011 et la tendance est à la hausse. Les entreprises asiatiques ont des liquidités importantes ce qui signifient qu’elles ont la possibilité d’augmenter les paiements de dividendes.

Des valorisations attractives en Chine. La Chine continue d’être le pays asiatique le plus attractif en termes de valeur et de revenu, elle est bien placée pour faire face à l’avenir à toute éventuelle période de volatilité économique mondiale.

Une réserve d’épargne importante. Les consommateurs en Asie disposent d’une réserve d’épargne importante sous la forme de dépôts bancaires et les taux d’intérêts ayant été abaissés dans la plupart des pays asiatiques, de nombreux épargnants se retrouvent avec des rendements réels négatifs sur leurs dépôts une fois l’inflation prise en compte. En Chine, les investisseurs ont épargné l’équivalent de 14 trillions de dollars US ou de 184% du PIB du pays. Par conséquent, la possibilité que les investisseurs mobilisent leur épargne dans des actifs à haut rendement, telles que les actions, est importante.

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...