Connexion
/ Inscription
Mon espace

Hausse des taux d’intérêt et dette privée en zone euro…

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

… Rien à craindre, si ce n’est la peur elle-même.

Dans leur dernière étude, Euler Hermès, leader mondial de l’assurance-crédit, et Allianz, leader européen de l’assurance, analysent l’impact d’une hausse des taux d’intérêt en zone euro sur le coût de la dette pour le secteur privé.

Contrairement au secteur public (et aux grandes entreprises), les petites entreprises et les ménages ne peuvent pas se protéger d’une hausse des taux d’intérêts en ayant recours à la dette à long terme, arrimée aux très faibles taux actuels. Pour eux, qui dépendent des prêts bancaires, l’impact est plus direct : près de 80% des prêts bancaires récemment octroyés à des entreprises ont une période initiale de fixation du taux de moins d’1 an.


Une première hausse du taux directeur de la BCE est à prévoir en 2019

Les auteurs de l’étude ont estimé l’impact d’une hausse du taux directeur de la BCE sur les taux d’intérêt bancaires moyens des prêts attribués au secteur privé. « Nous avons établi trois scénarios de hausse du taux directeur de la BCE à horizon 2022 : une normalisation très graduelle (scénario central), initiée en 2019, une normalisation modérée, et une normalisation accélérée. Selon nos calculs, à la fin de 2022, le taux directeur devrait atteindre 2% dans le 1er cas, 3% dans le 2ème , et 4,25% dans le 3ème. Dans le même temps, nous supposons que les années de désendettement arrivent à leur terme : avec la modeste reprise économique qui suit son cours en zone euro, la dette privée devrait croître au même rythme que l’activité économique », explique Ana Boata, économiste en charge de la zone euro chez Euler Hermes et co-auteure de l’étude.

« L’ère des taux d’intérêts extrêmement faibles touche à sa fin », analyse Michael Heise, Chef économiste d’Allianz. « Les marchés craignent de plus en plus que l’économie ne résiste pas à cette évolution, car ils voient les agents économiques comme dépendants à l’argent bon marché. Mais notre étude montre que le poids des intérêts additionnels à payer restera globalement modéré, ce qui ne justifierait pas le prolongement d’une politique monétaire européenne accommodante. » 


Un impact modéré pour la zone euro dans son ensemble…

Contrairement au secteur public, le secteur privé a profité de ces dernières années pour réduire son niveau de dette. La dette privée en zone euro s’est en effet contractée de -16 points de pourcentage depuis son pic de 2008. Avec des taux d’intérêts très bas, les paiements d’intérêts ont fortement chuté : le ratio du service de la dette (paiements d’intérêts exprimés en pourcentage du PIB) a perdu 3,4 points de pourcentage sur la période, s’établissant à 3% du PIB en 2016. Pour rappel, il atteignait des niveaux supérieurs à 5% avant la crise. Les montants évoqués en valeur absolue sont colossaux : en 2016, le secteur privé a payé 300 Mds€ d’intérêts en moins qu’en 2008. En cumulé, le secteur privé européen a économisé près de 1 550 Mds€ sur ces 8 ans. « Au final, la BCE a beaucoup œuvré pour aider le secteur privé », ajoute Kathrin Brandmeir, économiste chez Allianz et co-auteure de l’étude. « Les pays les plus affectés par la crise ont particulièrement profité de ce soutien. L’Irlande, l’Espagne et le Portugal en ont tiré le meilleur parti : leur ratio du service de la dette s’est contracté de 7 points de pourcentage en moyenne. De leur côté, les moteurs de la zone euro que sont la France, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique ont moins bénéficié de la situation. Le ratio du service de la dette a reculé de 2,3 points de pourcentage dans ces pays. »

Cependant, dans le futur, les taux d’intérêt et les niveaux de dette devraient à nouveau croître. Cela débouchera naturellement sur une hausse du poids des intérêts de la dette pour le secteur privé. Pour autant, la charge additionnelle à supporter pour les entreprises et les ménages européens ne sera pas insurmontable. Même dans le scénario le moins favorable (normalisation accélérée), les paiements d’intérêts n’augmenteront “que” de 282 Mds€ en 2022 par rapport à 2016. En d’autres termes, le secteur privé devrait toujours payer moins d’intérêts en 2022 qu’en 2008, 14 ans après le boom du crédit. Dans le cas d’une normalisation très graduelle, les paiements d’intérêts devraient croître de près de 160 Mds€ en 2022 par rapport à 2016. Le ratio du service de la dette en zone euro devrait gagner entre 0,7 (très graduelle) et 1,6 point de pourcentage (accélérée), atteignant respectivement 3,7% ou 4,7% du PIB en 2022.


… Mais certaines poches de vulnérabilités subsistent

Néanmoins, d’importantes disparités subsistent entre les pays de la zone euro. Les ménages portugais sont notamment sur le point d’emprunter un chemin pour le moins cahoteux. La hausse des paiements d’intérêts pourrait leur coûter jusqu’à 4 points du revenu disponible, soit un doublement du poids des intérêts de la dette (normalisation accélérée). Les entreprises italiennes, françaises et portugaises devraient aussi être plus exposées à la hausse des taux d’intérêts, pour deux raisons : les intérêts dus représentent déjà une part importante de leur excédent d’exploitation (bien au-dessus de la moyenne européenne), et la hausse attendue devrait considérablement accroître cette charge. Cependant, même en cas de normalisation accélérée, le poids des intérêts de la dette restera inférieur au niveau de 2008 pour les entreprises françaises et italiennes. De plus, dans ces deux pays, les entreprises disposent de trésoreries conséquentes, et peuvent compter sur une reprise des CA et de la profitabilité qui feront office de bouclier. Ce qui n’est pas le cas pour les entreprises portugaises, qui sont confrontées à une dette élevée et qui ont moins de trésorerie. « La prudence reste de mise, car la hausse des taux d’intérêts resserrera les conditions de financements pour les entreprises, et pourrait affecter le comportement de paiement des plus vulnérables. Le secteur de la construction au Portugal, aux Pays-Bas, en Italie et dans une moindre mesure, en France, semble en première ligne. Des faiblesses ont aussi été identifiées dans le secteur du métal au Portugal, aux Pays-Bas et en France. Enfin, le secteur pharmaceutique portugais pourrait aussi souffrir », ajoute Ana Boata.


Quid du secteur privé français ?

En France, le secteur privé a largement profité de la faiblesse des taux d’intérêts ces dernières années. Au total, les paiements d’intérêts ont reculé de plus de 30% : le secteur privé payait 103 Mds€ d’intérêts en 2008, contre 67 Mds€ en 2016. Ce recul est encore plus prononcé en pourcentage du PIB, puisque les versements d’intérêts représentaient 5,2% du PIB français en 2008 contre 3% en 2016. 

Toutefois, en cas de normalisation très graduelle, le secteur privé français paiera, en 2022, 32 Mds€ d’intérêts de plus qu’en 2016, et le ratio du service de la dette grimpera à 3,8% du PIB, plus ou moins en ligne avec la moyenne de la zone euro. Si pour les ménages, le poids des intérêts de la dette restera faible (inférieur à la moyenne de la zone euro), pour les entreprises, la situation sera plus délicate. « Pour les entreprises françaises, les intérêts à payer représentent déjà une lourde part de l’excédent d’exploitation, qui atteindra 8,5% en cas de normalisation très graduelle, soit le 2ème ratio le plus élevé de la zone euro derrière l’Italie. Ce chiffre est conséquent, mais il faut le relativiser : même avant la crise, les intérêts de la dette pesaient pour plus de 9% de l’excédent d’exploitation des entreprises françaises », conclut Ana Boata.


Taux d’intérêts dans le secteur privé en zone euro

En Mds d’EUR

 

 

2008

2016

2022 *

1   Allemagne

136

82

117

2   France

103

67

99

3   Italie

107

53

79

4   Pays-Bas

55

42

55

5   Espagne

109

30

50

6   Belgique

15

10

15

7   Autriche

17

8

14

8   Irlande

23

7

11

9   Portugal

18

6

11

Zone euro

617

326

483

 

 

 

 

En % du PIB

 

 

2008

2016

2022 *

1   Pays-Bas

8.6

6.0

6.6

2   Portugal

10.1

3.3

4.7

3   Italie

6.6

3.2

4.1

4   France

5.2

3.0

3.8

5   Espagne

9.7

2.7

3.6

6   Autriche

5.9

2.2

3.3

7   Irlande

12.2

2.7

3.1

8   Allemagne

5.3

2.6

3.1

9   Belgique

4.2

2.4

2.9

Zone euro

6.4

3.0

3.7

           
             

*Scenario de normalisation très graduelle


Plus d’informations : www.eulerhermes.com


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...