Connexion
/ Inscription
Mon espace

Effet Trump : Attention au décalage

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Ariel Bezalel, responsable de la stratégie taux chez Jupiter AM, explique ses doutes quant à la capacité de l’administration Trump à mener à bien ses réformes budgétaires, et les raisons qui l’ont poussé à augmenter la duration de son portefeuille pour la première fois depuis l’été dernier.

Etant donné les récentes bonnes nouvelles économiques (même s’il s’agit pour la plupart d’indicateurs « soft » comme la confiance des ménages) et le maintien de la politique de relance de Trump, les Etats-Unis semblent connaître une croissance effrénée. Néanmoins, mon équipe et moi pensons qu’il est important de garder en tête qu’il y a actuellement trop d’espoir valorisé dans les actifs risqués.

Comme prévu, le 15 mars dernier la Fed a relevé de 0,25% les taux interbancaires, les faisant évoluer entre 0,75 et 1%. Mais les déclarations de la Fed accompagnant cette remontée des taux ont surpris les marchés en réduisant le nombre de hausses des taux à venir cette année de trois à deux. Selon nous, cela pourrait être dû à l’incertitude qui entoure le plan d’actions de Donald Trump.

Nous restons prudents sur ce que nous appelons le « décalage Trump » - à savoir l’étendue des déceptions possibles entre maintenant et le moment où Trump mettra en place ses politiques. Premièrement, il nous paraît peu vraisemblable que son programme de dépenses en infrastructures de 1 000 Mds$ reçoivent l’aval du Congrès sans être réduit. Des indices laissent aussi penser que ses réformes fiscales vont être repoussées à l’an prochain.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

De plus, nous avons noté que les critères d’octroi des prêts dans les banques américaines semblaient s’être resserrés, ce qui devrait conduire à un ralentissement de la croissance des crédits, faisant peser un risque potentiel supplémentaire sur les perspectives de croissance.

Tout cela nous amène à  un regain d’intérêt pour les bons du Trésor. Avec des rendements à 10 ans atteignant 2,5% en février, contre seulement 1,3% en juillet dernier, et des rendements à 30 ans autour de 3%, nous pensons que ces valorisations tablent sur des améliorations considérables du contexte macroéconomique et ne prennent pas en compte la possibilité que l’administration Trump soit dans l’incapacité de mener à bien ses réformes.

Au niveau international, l’incertitude politique a atteint des records sans précédents et nous pensons que cette année, une approche tactique en matière d’investissement obligataire sera primordiale. Notre approche a toujours été d’être dynamique et flexible, en nous adaptant aux changements.

Compte tenu de ceci, nous avons dernièrement étendu la duration de nos portefeuilles en la faisant évoluer de 1 à 3,2 ans. Pour ce faire, nous avons augmenté l’exposition du fonds aux bons du Trésor américain à 10 ans et à 30 ans et augmenté la duration de notre position en obligations souveraines australiennes. De cette manière, nous conservons une duration relativement basse, tout en prenant toujours en compte la possibilité d’une déception en provenance des Etats-Unis.

http://www.jupiteram.com/


           

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...