Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les facteurs déterminants pour le cours de l’or

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

« La vigueur de l’économie américaine et le resserrement monétaire de la Fed »  par Névine Pollini, Analyste financier de l’Union Bancaire Privée

Le discours de D. Trump devant le Congrès américain, le 28 février dernier, a globalement été bien accueilli, même si aucun détail précis n’a été communiqué quant aux mesures fiscales promises. L’intervention du nouveau président a ainsi entraîné une hausse de l’USD et des rendements obligataires, ce qui a pesé sur l’or. A noter parmi les autres facteurs qui auront pénalisé le métal jaune, le ton résolument ferme employé par la FED, et notamment les commentaires de certains de ses membres, comme L. Brainard, l’un des gouverneurs de la Banque centrale, et W. Dudley de la Fed de New York (tous deux étant pourtant reconnus pour être généralement conciliants), ou encore J. Williams de la Fed de San Francisco. Ce ton « hawkish » s’explique par des données macroéconomiques toujours solides outre-Atlantique ainsi que par l’amélioration des conditions financières.

Plus récemment encore, la présidente de la Réserve fédérale, J. Yellen, a clairement laissé entendre, à l’occasion de son discours à l’Executives’ Club de Chicago, qu’un relèvement de taux était probable lors de la prochaine réunion du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC). Ainsi, le marché a déjà largement valorisé la probabilité d’une hausse de taux pour le 15 mars.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Le cours de l’once d’or devrait osciller entre 1 100 et 1 300 USD dans les mois à venir

Par ailleurs, la BCE a, comme attendu, annoncé lors de sa réunion de mars qu’elle laissait inchangés ses taux d’intérêt ainsi que son programme d’assouplissement quantitatif (QE), avec notamment des rachats mensuels de 60 Mds€ sur la période d’avril à décembre. Cependant, elle a revu à la hausse ses perspectives économiques, et table ainsi désormais sur « un raffermissement constant de la reprise », avec de bonnes chances que « la reprise conjoncturelle s’accélère ». Selon le scénario le plus probable, la décision d’un nouveau « tapering » en 2018 devrait être communiquée au 3ème trimestre, ce qui pourrait encore alimenter le sentiment négatif à l’égard de l’or.

Ainsi, même si le métal jaune peut aujourd’hui apparaître attractif, du fait des mesures non conventionnelles de D. Trump - et des incertitudes qui pourraient en découler -, mais aussi des inquiétudes autour du Brexit, et des craintes liées aux élections à venir en France, en Allemagne et aux Pays-Bas, nous continuons toutefois de penser qu’il devrait connaître une évolution latérale durant les mois à venir, pour osciller entre USD 1’100 et USD 1'300 l’once.

Nous estimons en effet qu’en 2017, l’évolution des prix de l’or sera principalement conditionnée par la vigueur de l’économie américaine et le resserrement monétaire de la Fed qui en résultera.

www.ubp.com 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...