Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les facteurs déterminants pour le cours de l’or

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

« La vigueur de l’économie américaine et le resserrement monétaire de la Fed »  par Névine Pollini, Analyste financier de l’Union Bancaire Privée

Le discours de D. Trump devant le Congrès américain, le 28 février dernier, a globalement été bien accueilli, même si aucun détail précis n’a été communiqué quant aux mesures fiscales promises. L’intervention du nouveau président a ainsi entraîné une hausse de l’USD et des rendements obligataires, ce qui a pesé sur l’or. A noter parmi les autres facteurs qui auront pénalisé le métal jaune, le ton résolument ferme employé par la FED, et notamment les commentaires de certains de ses membres, comme L. Brainard, l’un des gouverneurs de la Banque centrale, et W. Dudley de la Fed de New York (tous deux étant pourtant reconnus pour être généralement conciliants), ou encore J. Williams de la Fed de San Francisco. Ce ton « hawkish » s’explique par des données macroéconomiques toujours solides outre-Atlantique ainsi que par l’amélioration des conditions financières.

Plus récemment encore, la présidente de la Réserve fédérale, J. Yellen, a clairement laissé entendre, à l’occasion de son discours à l’Executives’ Club de Chicago, qu’un relèvement de taux était probable lors de la prochaine réunion du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC). Ainsi, le marché a déjà largement valorisé la probabilité d’une hausse de taux pour le 15 mars.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Le cours de l’once d’or devrait osciller entre 1 100 et 1 300 USD dans les mois à venir

Par ailleurs, la BCE a, comme attendu, annoncé lors de sa réunion de mars qu’elle laissait inchangés ses taux d’intérêt ainsi que son programme d’assouplissement quantitatif (QE), avec notamment des rachats mensuels de 60 Mds€ sur la période d’avril à décembre. Cependant, elle a revu à la hausse ses perspectives économiques, et table ainsi désormais sur « un raffermissement constant de la reprise », avec de bonnes chances que « la reprise conjoncturelle s’accélère ». Selon le scénario le plus probable, la décision d’un nouveau « tapering » en 2018 devrait être communiquée au 3ème trimestre, ce qui pourrait encore alimenter le sentiment négatif à l’égard de l’or.

Ainsi, même si le métal jaune peut aujourd’hui apparaître attractif, du fait des mesures non conventionnelles de D. Trump - et des incertitudes qui pourraient en découler -, mais aussi des inquiétudes autour du Brexit, et des craintes liées aux élections à venir en France, en Allemagne et aux Pays-Bas, nous continuons toutefois de penser qu’il devrait connaître une évolution latérale durant les mois à venir, pour osciller entre USD 1’100 et USD 1'300 l’once.

Nous estimons en effet qu’en 2017, l’évolution des prix de l’or sera principalement conditionnée par la vigueur de l’économie américaine et le resserrement monétaire de la Fed qui en résultera.

www.ubp.com 

Lire la suite...


Articles en relation