Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les conditions ne sont pas réunies pour un changement de cap de la BCE

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Mabrouk Chetouane, responsable de la Recherche et de la Stratégie chez BFT Investment Managers

L’embellie conjoncturelle constatée en zone euro et le décalage cyclique de chaque côté de l’Atlantique justifient la poursuite de la politique monétaire non conventionnelle mise en œuvre par la BCE. Le début du « tapering » européen ne devrait intervenir qu’au 1er semestre 2018.

Un changement de cap de la politique monétaire de la BCE n’est pas à l’ordre du jour. En dépit des annonces commises par M. Draghi en décembre dernier (réduction de 80 à 60 Mds€ du programme d’achat de la BCE), il est encore trop tôt pour parler de véritable « tapering ». Le bilan de la banque centrale va continuer de croître et sa taille augmentera de 540 Mds€ d’ici décembre 2017. Un relèvement des taux directeurs n’est clairement pas d’actualité.

Les conditions économiques et financières ne sont pas encore réunies pour infléchir le cap initié par Francfort. Une sortie prématurée des mesures non conventionnelles aurait des conséquences préjudiciables sur l’ensemble de la zone notamment sur les économies les plus fragiles. L’action de la BCE est une condition sine qua non de la stabilité du système financier de la zone euro. La politique monétaire ultra accommodante de M. Draghi demeure indispensable pour garantir l’homogénéité de la reprise.

Un arrêt précipité des politiques non conventionnelles risquerait d’entraîner une hausse de l’euro, préjudiciable pour l’activité des entreprises à l’exportation. Même si les conditions financières des entreprises se sont améliorées et que les projections de croissance restent bien orientées. Toutefois, l’objectif d’une progression des prix à la consommation, se situant durablement autour de 2% en rythme annuel, ne sera pas atteint avant 2019, et probablement au-delà. Par ailleurs, l’existence de capacités excédentaires sur le marché du travail (le taux d’activité n’a toujours pas récupéré son niveau d’avant crise - 65% fin 2016) milite en faveur d’une rigidité à la hausse des salaires et in fine de l’inflation sous-jacente (mesure d’inflation particulièrement suivie par la BCE).

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Zone euro : un relèvement des taux courts pas attendu avant 2020 !

Il existe un parallèle assez frappant entre les cycles européen et américain. Un décalage conjoncturel d’au moins quatre ans peut être observé. Ainsi, après la crise financière de 2007/2008, le pic du taux de chômage a été atteint très rapidement aux Etats-Unis, dès octobre 2009 alors qu’il n’a été mesuré en zone euro qu’en avril 2013 ! Idem pour le point bas sur le taux 10 ans qui a touché ce niveau dès juillet 2012 aux Etats-Unis alors qu’il n’a été observé en Europe qu’en septembre de l’année dernière.

Le calendrier des banques centrales reflète aussi ce décalage : le lancement du QE1 remonte à novembre 2010 outre-Atlantique alors que la BCE a attendu janvier puis mars 2015 pour passer à l’acte. Le début du « tapering » de la Fed (sortie progressive du QE) date de décembre 2013 et il ne devrait pas intervenir avant début 2018 en Europe. Enfin, si Janet Yellen a entrepris son premier relèvement de taux en décembre 2015, la BCE pourrait attendre le premier semestre 2020 pour le faire. En tout état de cause, Mario Draghi n’a aucune raison d’infléchir à court terme sa politique accommodante au cours des prochains mois.

https://www.bft-im.fr/?nr=1


Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...