Connexion
/ Inscription
Mon espace

Assurance vie : prendre un minimum de risque pour valoriser son capital

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Par Eric Lefèvre-Pontalis, Responsable de la Gestion de la banque privée Degroof Petercam

Des rendements en berne, une réglementation qui évolue. La notion de capital garanti attachée aux fonds en euros des contrats d’assurance vie a vécu. Les épargnants doivent s’habituer à la notion de capital protégé plus adaptée au nouvel environnement

La baisse continue du rendement des fonds en euros au sein des contrats d’assurance vie oblige l’épargnant à s’interroger sur la pertinence de laisser son épargne se déprécier en la laissant sur des fonds en euros dont le rendement ne parviendrait même plus à compenser l’inflation sous prétexte de le placer sur des fonds sans risque. En effet, quand le rendement ne couvre même plus les frais de gestion, l’épargnant peut très bien se retrouver avec un rendement net négatif.

Or, que constate-t-on ? En France, 80% des encours de l’assurance-vie en France sont constitués de fonds en euros. C’est une preuve tangible de l’aversion au risque des épargnants français. Ces derniers plébiscitent les fonds en euros pour deux raisons principales : le capital est garanti et la liquidité assurée. En effet, les aléas boursiers de ces vingt dernières années (crise des valeurs internet en 2000/2001, crise des subprimes en 2007/2008, crise de la zone euro en 2011/2012) ont renforcé la conviction chez de nombreux épargnants que les placements boursiers comportaient trop de risque.

Par ailleurs, la notion même de capital garanti attaché aux fonds en euros et à l’assurance vie en général vient d’être sérieusement écornée par la loi Sapin 2. En cas de risque systémique pour un établissement, le HCSF (Haut conseil de stabilité financière) pourra en effet prendre plusieurs mesures préventives en suspendant ou retardant le rachat de tout ou partie d’un contrat.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Ainsi, la notion de capital garanti s’efface progressivement au profit de celle de capital protégé. Dans ce contexte, il existe des placements plus risqués que d’autres mais aucun ne peut garantir, en toutes circonstances, un capital garanti et un placement totalement liquide.


Des solutions existent néanmoins

Les souscripteurs d’une assurance vie peuvent se tourner davantage vers les placements de type SCPI ou OPCI en vue de valoriser leur capital. L’absence de garantie en capital et la moindre liquidité sont largement compensées par un rendement qui ressort en moyenne au-delà de 4%. Dans un environnement de marché immobilier haussier, il est, certes, plus facile d’orienter les clients vers ce type de placements.

Les investisseurs particuliers pourront également privilégier les fonds Euros à coussin, qui offrent l’avantage d’inclure une part majoritaire de fonds en euros, mais aussi des OPCVM flexibles exposés aux marchés financiers. Ce type de fonds euros dynamique a pour but d’améliorer la rentabilité du fonds en euros. En cas de chute des marchés, l’épargnant récupèrera au minimum sa mise initiale. Une stratégie pertinente consiste à optimiser son profil de risque mais en restant suffisamment flexible pour capter des opportunités de marchés dans un environnement de risque maîtrisé. Nous proposons ainsi différentes solutions susceptibles de répondre à cet objectif. 

Désormais, un épargnant doit intégrer l’idée que la moindre recherche de performance doit s’accompagner d’une prise de risque minimum.

https://www.degroofpetercam.com/index


Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Fonds patrimoniaux : notre sélection limite les dégâts

  Un gérant qui a une très longue expérience vient de déclarer qu'il n'a jamais vu une année comme 2018, avec de telles moins-values dans pratiquement toutes les classes d'actifs, le mouvement s'accélérant en fin d'année. Dans ces conditions, le repli trimestriel de 10,1 % enregistrée par notre liste de fonds patrimoniaux doit être relativisée.   Depuis la mise à jour du 4 octobre 2018, notre sélection patrimoniale a, notamment, été affectée par les reculs d'Amilton Global (particulièrement...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Petites capitalisations européennes, des opportunités selon RJAMI

Les petites capitalisations sont celles qui, l'an dernier, ont payé le plus lourd tribut à la baisse des marchés. Mais Louis de Fels et Edwin Faure, gérants des fonds Raymond James MicroCaps et Raymond James SmallCaps, deux des fonds de la gamme de Raymond James Asset Management International (RJAMI), ne jettent pas le bébé avec l'eau du bain !   Repricing du risque C'est essentiellement en raison de leur moindre liquidité et, aussi, parce que la pratique du small is beautiful a peut-être été...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection diversifiée bat à nouveau le CAC40

Les incertitudes politiques, la hausse des taux aux Etats-Unis, la perspective d'un ralentissement économique mondial et la guerre commerciale sino-américaine brouillent les cartes. Dans ce contexte où l'imprévisibilité règne, les marchés ont tout de même rebondi. Notre sélection en a profité. Depuis la dernière mise à jour (le 6 décembre), notre sélection s'est adjugé 1,6 %. C'est mieux que le Cac 40 dans la période : + 0,5 %. Cette relativement bonne tenue d'ensemble, en dépit de l'étonnante...