Connexion
/ Inscription
Mon espace

Epargnants, acceptez la prise de risques !

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Tribune de Cyril Tramon, CEO et Fondateur de WeShareBonds, plateforme de financement participatif de crédit aux PME.

L’argent des épargnants dort à des taux de plus en plus faibles. Avec  davantage d’incitations, l’épargne pourrait avoir un rôle positif majeur. Nous, Français, sommes les premiers épargnants d'Europe. Mais, malgré cette position de champion,  nous  sommes bien peu nombreux à investir dans l'économie... Et nous privilégions outrageusement  l'épargne liquide, qui ne rapporte rien. Pourquoi ?
D'une part, dans le « nouveau monde des taux négatifs » que personne n'a vu venir, banques et  conseillers financiers naviguent à vue et concentrent leurs investissements sur des groupes qui ne  dégagent plus d'argent. D'autre part, nous, Français, avons une longue tradition de thésaurisation.

Mais la vertu de la cigale n'est pas rationnelle sur un plan économique. Rappelons-nous que la crise qui a frappé le monde dans les années 1930 n'a pu se résorber en France en partie à cause du manque d'investissement des Français dans l'économie. Il est temps aujourd'hui de tirer des leçons du passé et d'investir plus intelligemment. Avec de 4 à 10% de rendement, une des possibilités les  plus intéressantes aujourd'hui consiste à prêter directement aux PME.


Gestion machinale

L'argent des épargnants dort à des taux de plus en plus faibles. Solution décevante, quand on songe à tous les facteurs d'incertitude susceptibles d'impacter nos revenus et notre niveau de vie. L'Etat providence prend du plomb dans l'aile et nous oblige à parer nous-mêmes à toutes sortes d'éventualités : autant de raisons de mettre toutes les chances de notre côté grâce à une épargne intelligente.
L'épargne diversifiée n'est pas réservée aux plus riches, ni aux « connaisseurs » ! Pourtant, la plupart des Français n'actionnent pas encore ce levier pour améliorer leur niveau de vie. Une étude réalisée en 2014 (« Les CSP+ et l'argent ») révèle que beaucoup d'entre eux ont une gestion machinale de l'argent, qui leur fait privilégier des investissements sûrs mais peu rentables.


Eclairer les Français

Ces derniers sont culturellement averses au risque. Mais ils ont aussi la culture du raisonnement logique et ont fait leur un sage précepte : ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Et si le problème venait du panier, précisément ? Une meilleure connaissance des mécanismes aiderait sans doute les investisseurs à s'impliquer plus dans la gestion de leur épargne et à prendre des risques mesurés.
Les initiatives se multiplient pour éclairer les Français, par ailleurs désireux d'obtenir de meilleurs rendements. C'est le cas des plates-formes de prêts aux PME, qui notent la santé financière des entreprises qu'elles hébergent, pour des investissements en connaissance de cause

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 


Les PME, nerf de la guerre

Le gouvernement vient d'assouplir les conditions de recours au financement participatif, désormais accessible à tous. Sur les plates-formes, les investisseurs potentiels peuvent discuter, consulter des documents financiers, se rapprocher des dirigeants... ce qu'il n'est pas possible de faire en recourant à un simple intermédiaire. Transparence et financement participatif vont donc de pair.
Avec davantage d'incitations, l'épargne pourrait avoir un rôle positif majeur : alimenter les entreprises françaises qui veulent se développer. Les PME sont le nerf de la guerre du développement économique ! En participant activement à la relance de l'économie, les épargnants éprouveraient encore plus de satisfaction à l'investissement.

Crise oblige, les Français sont davantage en quête de sens : dans leur travail, dans leurs façons de consommer... Pourquoi pas dans leur épargne ?

https://www.wesharebonds.com


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Claude Chasson, Bacchus Conseil

Bacchus Conseil : Une vision durable et raisonnable de l'investissement « plaisir » Loin des spéculations observées ces dernières années sur les bouteilles de vin, Monsieur Jean-Claude CHASSON s'est spécialisé avec Bacchus Conseil dans le développement durable et harmonieux du patrimoine viticole français. Retour sur une belle aventure entrepreneuriale avec le fondateur de l'entreprise. Quand avez-vous créé votre premier GFV ? C'était en 1989. Dans le cadre de l'expertise comptable et fort de...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Marc Divoux, Finance SA

Entretien avec Jean-Marc Divoux, gérant du fonds Expert Patrimoine Après avoir réuni certaines expertises de Robeco, de Commodities AM, de KBL Richelieu et AG2R AGICAM, Finance SA a accueilli Jean-Marc Divoux dans l'équipe de gestion en février dernier. Il y déploie désormais son expertise de gestion dont il nous parle avec passion. Quel a été votre parcours ? Après une formation d'ingénieur (avec une option en intelligence artificielle, ce qui, dans les années 80, n'était pas encore à la...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
ISR et performance

La Financière de l'Echiquier présente une nouvelle étude sur ISR et performance La Financière de l'Echiquier, qui revendique un rôle de pionnier de l'application à la gestion d'actifs des critères ESG en France, vient de réaliser une grande étude sur ISR et performance. Bonne nouvelle : l'extra-financier ne détruit pas de valeur ! « Faut-il, s'interroge Didier Le Menestrel, président de La Financière de l'Echiquier, se résoudre à un sacrifice de performance lorsque l'on choisit d'investir de...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
+ 4,5 % en un mois pour notre sélection diversifiée

Entre le 7 février et le 6 mars, notre sélection de supports d'investissement diversifiée s'est octroyée 4,5 %. Un beau score en ligne avec la poursuite du rebond des indices boursiers depuis la fin de l'année dernière. Un potentiel de 64,3 % pour une de nos valeurs Au cours des quatre semaines écoulées, huit lignes sur dix se sont mises en évidence, à commencer par Spie (+ 13,8 %) et SII (+ 11,2 %). Saint-Gobain fait encore du surplace, en dépit de la politique de repositionnement ambitieuse...