Connexion
/ Inscription
Mon espace

« La preuve par les faits »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Si peu d’entreprises ont la capacité de maîtriser leurs prix sur une longue période, en Bourse, ce sont les secteurs concernés par le Pricing Power qui tirent largement leur épingle du jeu depuis 10 ans.

Par Gérard Moulin, gérant pôle actions européennes chez Amplegest

La gestion Pricing Power n’est pas une mode, ni une opportunité de court terme. En se concentrant sur les entreprises disposant d’un avantage structurel pour fixer leurs prix, elle offre la probabilité la plus grande pour dégager de la surperformance à moyen terme. Depuis 2004, date de lancement du premier fonds Pricing Power, notre conviction est qu’en raison de l’évolution naturelle de l’économie, seule une minorité de sociétés a la capacité de maîtriser durablement ses prix. Arrêtons-nous un instant sur 4 secteurs bien distincts :

- la grande distribution européenne et les télécoms, ont subi une déflation depuis 10 ans, sans possibilité de fixer ou de maintenir leurs prix.

- les spiritueux et les cosmétiques, au contraire, disposent de ce Pricing Power leur donnant le contrôle sur les prix et sur leurs marges.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

La nouvelle organisation du commerce mondial et l’explosion d’internet sont des facteurs importants de concurrence par les prix qui affectent durablement les secteurs les moins protégés. Dans la grande distribution, la déflation dure maintenant depuis des années, affectant les capacités bénéficiaires des sociétés. Chez les opérateurs télécoms les choses sont identiques. L’évolution de la facture mensuelle d’un abonnement mobile a constamment baissé depuis 10 ans, du fait d’une concurrence toujours plus forte. L’arrivée de nouveaux acteurs comme FREE en France a accéléré ce mouvement.
En revanche dans les deux secteurs Pricing Power, on constate une évolution inverse. Les prix des spiritueux, même si leur progression n’est pas linéaire, montent sensiblement depuis 10 ans : +20% sur le prix moyen global d’une bouteille. L’exemple des cosmétiques est également probant, l’augmentation des prix du secteur s’avérant régulière et constante, quel que soit le niveau de la concurrence.

Si l’on regarde maintenant les performances boursières de ces 4 secteurs depuis 10 ans, il s’avère que la corrélation entre Pricing Power et cours de bourse est évidente :  ainsi les Télécoms progressent de 6%, la grande distribution de 19%, les cosmétiques de 134% et les spiritueux de 136% : la preuve par les faits !

Gérer sous l’angle du Pricing Power, comme le montrent ces exemples (qu’on aurait pu multiplier), est bien une exigence quotidienne pour nous. Nous recherchons la croissance autonome et les sociétés qui s’affranchissent des cycles et des évolutions de l’environnement pour rester maîtres de leur gestion et de leurs prix.

http://www.amplegest.com/


Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...