Connexion
/ Inscription
Mon espace

Malgré le risque Trump, les marchés émergents devraient rester attractifs en 2017

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Laurent Gaetani, Directeur Général de Degroof Petercam Gestion

Après 3 années très compliquées, les marchés émergents  - actions et obligations - ont renoué avec des performances positives en 2016. Notamment grâce à l’amélioration des fondamentaux macroéconomiques, à la reprise des cours des matières premières et à des politiques monétaires toujours accommodantes dans les pays développés.
La quête de rendements a favorisé les flux positifs vers les marchés émergents et notamment les produits de taux. En effet, le rendement de la dette émergente - 6% environ - apparaît comme particulièrement attractif dans un monde où le montant des obligations souveraines à taux très faibles voire négatifs reste conséquent.

L’élection de Donald Trump a quelque peu « gâché la fête » et nous avons assisté à des sorties records sur les actifs émergents. Principales raisons :
- Donald Trump propose de dénoncer les accords commerciaux et de les remplacer par des barrières douanières,
- Il compte également pratiquer une politique budgétaire expansionniste avec pour conséquence une hausse de l’inflation, des taux en hausse et un dollar fort.
Les effets d’une telle politique pourraient fragiliser les économies des pays émergents les plus endettés en dollars, en les privant de sources de financement bon marché. Pour toutes ces raisons, il ne serait pas étonnant d’avoir des marchés émergents qui sous-performent les marchés développés en 2017.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Néanmoins, ça n’est pas notre scénario central et nous pensons que les marchés émergents devraient rester attractifs auprès des investisseurs, surtout en 2ème partie d’année (le 1er trimestre sera vraisemblablement volatil en raison des mesures prises par le gouvernent américain évoquées plus haut). Plusieurs éléments étayent notre raisonnement :

- Les fondamentaux des marchés émergents sont aujourd’hui plus solides, moins dépendants des flux en provenance de l’étranger pour financer leur déficit de balance courante
- Les futures hausses des taux de la FED sont déjà très largement intégrées dans les prix, tout comme la probable baisse des rachats d’actifs de la BCE et de la BOJ
- Certains aspects de la politique de Donald Trump devraient être favorables aux pays émergents. Notamment le programme de baisse des impôts. Rappelons que la consommation aux Etats-Unis représente environ les deux tiers du PIB américain, il est donc fort probable que les américains consommeront davantage si les allègements fiscaux leur permettent de dépenser plus. Or, bon nombre de biens de consommation ou produits de base (téléphonie mobile, textiles, composants électroniques…) sont fabriqués dans les usines des pays en développement. Et penser que Donald Trump arrivera à relocaliser les usines de grands groupes américains implantés dans les pays émergents vers les Etats Unis est une utopie. On peut également citer les projets d’infrastructures qui constituent une part essentielle des plans de relance de la politique de Donald Trump. Pour construire, il faut des matières premières ; or celles-ci proviennent souvent des marchés émergents, notamment d’Amérique du Sud, d’Afrique du Sud et de Russie.

Si dans un premier temps les marchés émergents devraient rester sous pression, le scénario de plus forte croissance devrait leur être favorable, et les facteurs fondamentaux ainsi que les valorisations (obligations comme actions) redeviendront prioritaires aux yeux des investisseurs. Il faudra néanmoins être très sélectif dans son allocation, car les économies des pays émergents sont très hétérogènes. On privilégiera notamment l’Asie pour les actions émergentes, région où le taux de croissance est le plus élevé. En parallèle, l’Amérique latine - Brésil, Uruguay, Pérou, Argentine - offre pour les investisseurs de dettes émergentes des taux de rendements très attractifs.

https://www.degroofpetercam.com/index

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...