Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Il ne peut y avoir de crise la semaine prochaine, mon agenda est déjà plein ! »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Emmanuel Auboyneau et Xavier d’Ornellas, tous deux Gérants Associés d’Amplegest Gestion                                                                                 

En ce début d’année la croissance mondiale accélère de manière homogène et les profits des sociétés semblent repartir à la hausse. L’amélioration économique est de moins en moins un sujet de débat. Aux États-Unis, en Europe, au Japon et en Chine l’activité croît, même si chacune de ces zones n’est pas au même niveau de cycle économique.

Les États-Unis sont certainement les plus avancés dans le cycle. Jusqu’alors la reprise reposait presque exclusivement sur une consommation forte, des services solides et un immobilier florissant. Désormais, l’investissement repart et l’industrie se redresse, après une courte récession liée en grande partie à la crise énergétique, venant conforter la croissance et ainsi la prolonger. Très logiquement l’inflation repart progressivement pour atteindre les objectifs de la FED, même si une partie importante de la remontée est liée à l’effet de base des matières premières. La Banque Centrale a commencé à normaliser ses taux d’intérêts courts comme elle s’y était engagée et pour l’instant, les taux longs restent à des niveaux compatibles avec la situation économique. Tout parait sous contrôle, à une exception notable près : monsieur Trump… L’Europe est au début de son cycle économique.

La politique monétaire de la BCE a largement contribué à remettre le continent sur les rails, la dévaluation de l’euro, la baisse du pétrole et les réformes (inégales) faisant le reste. La croissance parait désormais installée et pourrait même surprendre en 2017. Les indicateurs de confiance sont hauts, la production industrielle remonte et la consommation est solide. Le sentiment sur l’Europe est bien meilleur qu’il y a un an et les profits des sociétés devraient enfin en bénéficier cette année.

Le Japon renait également de ses cendres et surprend les plus pessimistes, même si tous les problèmes, et notamment celui de la dette, ne sont pas réglés. Dans ce pays à la démographie vieillissante une croissance de l’ordre de 1% est en réalité un bon résultat.

Enfin la Chine, après une période de stabilisation, donne des signes de reprise, comme l’indiquent les productions d’acier et d’électricité.

Si le constat est donc positif et nous conduit à envisager cette année boursière sous un angle favorable, les risques politiques n’ont jamais été si nombreux, jetant une ombre sur cette embellie. Ils nous incitent à la vigilance et à la mobilité.

« Il ne peut y avoir de crise la semaine prochaine, mon agenda est déjà plein », plaisantait Henry Kissinger. Jamais une boutade n’aura été autant d’actualité : entre l’imprévisible Donald Trump, les élections risquées en Europe, la mise en place du Brexit et les risques géopolitiques divers, la coupe est pleine. Elle fait peser un climat anxiogène chez les investisseurs, qui cache en partie l’amélioration fondamentale évoquée plus haut. Cela pourrait amener à certains moments un regain de volatilité. En France, par exemple, l’hypothèse d’une élection de madame Le Pen commence à inquiéter les salles de marchés étrangères, qui comprennent mal le système électoral français.

Notre politique d’investissement repose sur l’analyse de l’économie et des entreprises. À ce titre nous sommes confiants, en dépit de la remontée des taux longs dans les principales zones.

« L’espérance est un risque à courir » disait Georges Bernanos : un risque qui doit se gérer, pouvons-nous ajouter ! Notre positionnement sur des actifs de grande qualité nous permet d’être sereins dans l’environnement actuel.

http://www.amplegest.com/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...